Actualités

La fatigue est un phénomène auquel bon nombre de patients cancéreux, et notamment ceux recevant un traitement de radiothérapie, sont confrontés. Souvent plus importante en fin de traitement, la fatigue peut perdurer 2 à 3 mois après l’arrêt des séances de radiothérapie, et atteint parfois un niveau d’épuisement tel qu’elle en devient fortement invalidante. Pour autant, la fatigue du patient cancéreux n’est pas une fatalité. Il existe aujourd’hui de nombreuses alternatives thérapeutiques permettant de la prendre en charge pour accroître significativement la qualité de vie du patient durant et après son traitement contre le cancer.

Fatigue et cancer

La fatigue chez le patient cancéreux, qu’est-ce que c’est ?

La fatigue est un état se traduisant par un manque d’énergie, un épuisement plus ou moins profond, qui diminue les capacités physiques et mentales. Lorsqu’elle n’est pas liée à une pathologie, la fatigue est un phénomène normal, réversible grâce à une période de repos. Chez le patient cancéreux, la fatigue adopte une autre dimension. Le repos ne permet pas de restaurer les capacités physiques et intellectuelles du patient, et la fatigue perdure, s’installe, jusqu’à devenir permanente voire invalidante dans certains cas.

Causes de la fatigue chez le patient cancéreux

La fatigue du patient cancéreux est fréquemment le résultat de l’accumulation de multiples facteurs épuisant l’organisme et créant un milieu anxiogène, éreintant sur le plan intellectuel. Le cancer, en lui-même, est susceptible de provoquer une fatigue importante. L’organisme peut se fatiguer en luttant contre la maladie, et le diagnostic d’un cancer est une annonce à l’origine d’un stress conséquent qui peut engendrer une grande fatigue psychologique. Les différentes armes thérapeutiques couramment utilisées dans la prise en charge du cancer ont également une grande part de responsabilité dans l’épuisement du patient. Une chirurgie oncologique peut être très invasive, anxiogène, douloureuse. C’est souvent un traitement lourd, qui s’ensuit d'une période de convalescence conséquente pour permettre au corps de cicatriser et de récupérer. Bien que la médecine progresse vers des techniques de chirurgie mini invasive permettant de traiter certaines petites tumeurs locales en minimisant les effets secondaires de l’opération, la prise en charge de nombreux cancers requiert encore des interventions chirurgicales lourdes. Les traitements par chimiothérapie sont également susceptibles d’engendrer une fatigue conséquente. En effet, le renouvellement de cellules saines (détruites lors du traitement) est un processus qui tend à épuiser l’organisme. Par ailleurs, la chimiothérapie est particulièrement délétère pour les cellules sanguines de l’organisme, et provoque fréquemment une anémie. L’anémie correspond à une baisse du nombre de cellules sanguines, responsables du transport de l’oxygène vers les différents tissus de l’organisme. Ce manque d’oxygène se traduit – entre autres – par une fatigue, un essoufflement, des palpitations, voire des vertiges (même au repos). Les différents effets secondaires communs de la chimiothérapie (nausées, vomissements, perte d’appétit, perte de poids, troubles cognitifs, etc.) ont aussi un impact de taille sur le phénomène de fatigue chez le patient cancéreux. La radiothérapie, traitement de référence de la plupart des cancers, est également à même d’engendrer une fatigue conséquente chez le patient cancéreux. Cela tient non seulement au mode de fonctionnement de ce traitement, mais également à ses effets secondaires et à ses modalités d’administration.

Rôle de la radiothérapie dans la fatigue du patient cancéreux

La radiothérapie peut participer à la fatigue du patient cancéreux de multiples manières. Les effets secondaires de la radiothérapie sont fréquemment mis en cause, tout comme ses modalités d’administration et son mode de fonctionnement particulier. Le mode de fonctionnement de la radiothérapie repose sur l’irradiation des cellules cancéreuses à l’aide de rayons ionisants à haute densité. Ces rayons ionisants sont dirigés avec le plus de précision possible vers la tumeur cancéreuse, mais détruisent également les cellules saines qu’ils rencontrent. En fonction de la zone irradiée, les effets secondaires de la radiothérapie diffèrent, mais la destruction de cellules sanguines est presque toujours au rendez-vous, dans des proportions variables, ce qui se solde par une anémie à l’origine de fatigue chronique plus ou moins importante. L’irradiation de la moelle osseuse, notamment en cas de cancer des os, est particulièrement susceptible de provoquer une anémie significative. Le mode d’administration de la radiothérapie joue aussi un rôle considérable dans l’épuisement du patient cancéreux. Pour cause, c’est un traitement long, qui se poursuit habituellement sur 4 à 8 semaines, au rythme de 5 jours par semaine. Les séances de radiothérapie exigent donc autant de trajets, plus ou moins épuisants en fonction de la distance séparant le domicile du patient de son centre de soins. Le cumul de ces éléments peut engendrer une fatigue particulièrement prononcée et persistante. Le patient est typiquement de plus en plus épuisé à mesure que le traitement progresse, et la fatigue est donc couramment plus importante à la fin du traitement. Plus la fatigue est profonde, plus la récupération est lente. Il est commun de rencontrer une fatigue chronique chez le patient cancéreux plusieurs mois après la fin des séances de radiothérapie.

Prise en charge de la fatigue chez le patient cancéreux Centre Finistérien de Radiothérapie et d'Oncologie

La fatigue du patient cancéreux mérite d’être prise en charge comme tous les autres effets secondaires des traitements et de la maladie. Il est important de noter que cet état d’épuisement n’est pas « normal », et ne doit pas être subi en silence. Certes, la fatigue chronique est un effet secondaire habituel du cancer et de ses traitements, mais ce n’est pas pour autant une fatalité que le patient se doit de supporter. En l'espèce, les impacts de la fatigue sur la santé physique et psychologique du patient ne doivent pas être relégués au second plan derrière la gravité de la maladie, et l'épuisement, quel que soit son degré de sévérité, ne doit pas être minimisé. De fait, le repos et le bien-être – autant psychologique que physique – sont des aspects essentiels de la guérison du patient. Il a notamment été démontré que l’épuisement peut compromettre la cicatrisation des tissus, ce qui favorise l’apparition de séquelles durables. Par ailleurs, au Centre Finistérien de Radiothérapie et d’Oncologie, les soins de support font partie intégrante du parcours de soins. Des soins de support permettant de favoriser le repos pour atténuer au mieux la fatigue chronique du patient cancéreux vous seront proposés gratuitement dans le cadre de votre prise en charge. Tout commence par l’échange avec votre équipe médicale et votre médecin oncologue référent. Il convient d’essayer de mettre des mots sur votre fatigue pour en déterminer les causes et agir sur ces dernières. Les disciplines et soins de support proposés par le CFRO en lien avec l’Association Brestoise de Soins de Support en Oncologie et en Radiothérapie (ABSSOR) et l’Association pour la Promotion de la Radiothérapie et de l’Oncologie du Finistère (APRO 29) comprennent des soins socio-esthétique, des massages basés sur l’acupression, de l’Activité Physique Adaptée (APA), la réflexologie, la sophrologie Etc… Aussi, des médicaments contre le stress, l’anxiété et la douleur peuvent permettre aux patients de retrouver une certaine sérénité nécessaire au repos et à la récupération. Un accompagnement diététique peut permettre de lutter contre la dénutrition et atténuer les effets de l’anémie. Les séances de rééducation et de kinésithérapie peuvent également agir sur la douleur et les séquelles des traitements. Bien que la fatigue soit un symptôme habituel des pathologies cancéreuses et de leurs traitements, tous les patients cancéreux n’y sont pas confrontés. Ces inégalités entre les patients n’ont pas nécessairement de liens avec l’efficacité des différentes thérapies ou la gravité de leur maladie. Chez les patients qui ressentent une fatigue légère ou sévère, un dialogue avec l’équipe médicale est hautement recommandé. La prise en charge efficace de la fatigue est, en effet, un aspect essentiel de la guérison, et fait partie intégrante de la lutte contre le cancer au sein du CFRO.

Plus d'actualités

Prise en charge du cancer du foie

Impact de la radiothérapie sur la vie sexuelle des patients

La prise en charge du cancer du sein