Actualités

En France, près d’un femme sur cinq donne naissance à son enfant par césarienne.

Parce que cette intervention est loin d’être anodine pour les futurs-parents, le parcours des césariennes programmées a été entièrement repensée, dans l’esprit d’une prise en charge respectueuse des besoins des usagers et garante de leur bien-être.

Tout d’abord, le parcours de la parturiente a été individualisé et personnalisé en permettant à une auxiliaire puéricultrice référente de l’accompagner tout au long du parcours le jour J (depuis l’accueil en chambre jusqu’à l’arrivée de son nouveau-né). Et pour que la naissance puisse être vécue et partagée en famille, la parturiente peut aussi, si elle le souhaite, être accompagnée au bloc opératoire par son conjoint ou une personne de son choix.

Pour l’équipe médicale, il était important de changer les pratiques afin de réunir le couple dans la salle opératoire. Ainsi la présence du papa (ou de l’accompagnant) est autorisée conjointement par le gynécologue-obstétricien et le médecin anesthésiste suivant les critères suivants :

  • la césarienne est programmée
  • sous rachi-anesthésie
  • l’intervention ne présente aucune difficulté pour la mère et l’enfant
  • présence de l’auxiliaire puéricultrice référente

Il est toutefois demandé à l’accompagnant de se soustraire aux principes d’hygiène hospitalière.

Depuis la mise en place de cette nouvelle organisation en Juin 2019, l’équipe médico-soignante a constaté des effets bénéfiques pour les couples et les nouveaux nés, le but étant de créer un état émotionnel favorable au lien mère-enfant.

Chez la maman, le soutien et le contact de l’accompagnant et de l’auxiliaire puéricultrice favorisent un sentiment de confiance et de sécurité. Du côté du papa, fini le sentiment de solitude en faisant les quatre cents pas dans la salle d’attente. Après la naissance, il peut assister aux premiers soins du bébé, et le contact en peau en à peau est encouragé pendant la surveillance de la maman en salle de réveil.