Actualités

Après trois ans de travaux, la clinique de la Pergola à Vichy présente ses dernières nouveautés, parmi lesquelles l'ouverture, très attendue, d’un service de chimiothérapie.


La chimiothérapie

Faire des allers-retours, plusieurs fois par semaine, entre le bassin de Vichy et Clermont-Ferrand. C’était jusque-là le quotidien de nombreux patients atteints d’un cancer, obligés de se rendre dans la préfecture puydomoise pour suivre leur traitement de chimiothérapie. Des trajets contraignants et fatigants pour les malades, qui devraient toucher à leur terme.


«50% des patients atteints d’un cancer devaient se rendre à Clermont-Ferrand », avance Pascal Rivoire, directeur de la clinique. L’établissement proposait déjà un service chirurgical de traitement du cancer, mais pas de chimiothérapie. « C’est une volonté sanitaire de faire rester les patients au plus près. Le module de chimiothérapie manquait afin d’accompagner le patient sur tout son parcours de soins. Maintenant, tous les patients atteints d’un cancer peuvent être traités sur le territoire. C’est un service de proximité. », Seule corde qui manque à l’arc de la Pergola(et au bassin de Vichy),le traitement par radiothérapie,qui se fait notamment en partenariat avec l’hôpital privé Saint François à Montluçon.


Ouvert il y a un mois,le service de chimiothérapie accueille déjà une quinzaine de patients. Un service qui présente une capacité totale de 40 patients pris en charge par semaine,selon les protocoles définis. Des protocoles qui varient en fonction des patients et qui sont décidés en concertation avec plusieurs médecins spécialisés, afin de répondre aux spécificités de la maladie. Les traitements sont préparés à Montluçon et livrés, tous les jours, à la Pergola. Pascal Rivoire assure également qu’aucun coût supplémentaire ne sera à la charge du patient qu’il se fasse soigner à la Pergola plutôt que dans un établissement public.


- 324.000. Le nombre de patients ayant suivi une chimiothérapie en France en 2017, selon l’Institut national du cancer.

- 2.500. Le nombre de nouveaux cas de cancer par an dans l’Allier.

- 1.417 nouveaux cas de cancer apparaissent chez les hommes,1.086 chez des femmes.

Les plus fréquents. La prostate, le poumon et le côlon-rectum chez l’homme; le sein, le côlon-rectum et le poumon chez la femme.

Il n’y a pas que le cancer. Il y a tout ce qui va autour

Au sein du service, une salle est mise à disposition des associations. « Nous souhaitions que les associations se réunissent et se rencontrent afin de suivre au mieux les patients pendant le traitement mais aussi après.» La Ligue contre le cancer sera présente, ainsi qu’une assistante sociale, un psychologue ou un hypnothérapeute. « Il n’y a pas que le cancer. Il y a tout ce qui va autour. »


La clinique enregistre six nouvelles arrivées cette année,dont un ORL,une gynécologue et un chirurgien spécialisé dans les opérations du rachis et des cervicales. La structure ouvre également un service dédié à l’étude du sommeil, sous la direction de trois spécialistes (un neurologue, un pneumologue et un cardiologue.) « Ce service permettra de traiter les troubles du sommeil, qu’ils soient respiratoires ou cardiaques, explique le directeur. L’évaluation se fait sur une ou deux nuits et le patient est filmé constamment. »


Un nouveau bâtiment,un peu particulier devrait également voir le jour. 15 médecins ont décidé d’acheter le terrain jouxtant la clinique pour y monter leurs cabinets. « Il y aura des médecins de la clinique et de nouveaux arrivés. Tous seront spécialisés », expose le directeur. Des travaux qui se feront sur les deniers propres des praticiens,qui deviendront maîtres de leurs consultations et travailleront en collaboration avec la clinique.


Un laboratoire d’analyses sera construit au sein du bâtiment. Fin des travaux prévue au premier semestre 2021.


 ©  Antoine Jézéquel_La montagne