Actualités

Bonne nouvelle pour les Varois, ils n’auront plus besoin d’aller dans les départements voisins pour traiter un kératocône. Le Centre laser de la clinique Saint-Michel, à Toulon, est équipé de deux nouveaux appareils pour soigner cette maladie évolutive, au cours de laquelle la cornée perd sa forme arrondie et régulière pour devenir conique et irrégulière.

 " A l’examen, le kératocône se manifeste par une myopie et un astigmatisme irrégulier (1), explique le Dr Amélie Dornadin, ophtalmologueLa vision n’est pas bien corrigée par les lunettes ".

 Devant une suspicion de kératocône, une topographie est pratiquée, c’est-à-dire une cartographie de la cornée, qui va montrer un bombement de celle-ci de l’ordre de quelques microns.

" Comme l’image passe à travers la cornée avant d’être interprétée par le cerveau, c’est une image déformée qui arrive", précise la spécialiste. Quel que soit le stade auquel la maladie est découverte, elle peut bénéficier d’un traitement adapté.  

Cross-liking, anneaux, laser, greffe

La prise en charge initiale passe par l’arrêt des frottements oculaires (via des gouttes contre les allergies par exemple) et celui des positions nocturnes qui compriment les yeux durant le sommeil. Puis un contrôle est réalisé au bout de quelques mois.

" Si la maladie continue d’évoluer, on peut proposer un cross-linking, ajoute t- elle. Ce traitement consiste à appliquer de la riboflavine (vitamine B2) en gouttes pendant quinze minutes sur la cornée, puis on applique des UV-A grâce à un appareil dédié pendant neuf minutes. Cette exposition aux UV-A va renforcer les liaisons entre les fibres de collagène de la cornée de façon à la rendre plus rigide et à stopper sa déformation. "

A l’issue de l’intervention, des lentilles pansements sont utilisées durant trois jours afin de favoriser la reconstitution de l’épithélium, couche protectrice de la cornée.

Dans un second temps, une fois que le kératocône est stable, il est possible d’améliorer son acuité visuelle selon le type de kératocône et sa gravité.

" On peut proposer la pose d’anneaux intracornéens. Cela permet de supprimer la déformation et de rendre la correction par des lunettes ou lentilles souples efficaces ", indique le Dr Dornadin.

Là encore, c’est un nouvel équipement, le laser femtoseconde, qui permet de découper la cornée pour insérer les anneaux.

L’intervention est réalisée sous anesthésie locale (avec des gouttes dans l’œil) et sur-mesure : " On adapte la taille, l’épaisseur, la longueur et le nombre d’anneaux à chaque œil. "

Troisième solution, une intervention au laser topoguidée est préconisée dans certains cas, lorsque l’astigmatisme est associé à la myopie.

Enfin, la spécialiste rappelle qu’" avec un kératocône très avancé et une vision très basse, la greffe est le dernier recours. La cornée saine d’un donneur est greffée pour remplacer la cornée malade. "

Une maladie évolutive

Le kératocône est une déformation de la cornée (en forme de cône vers le bas) qui touche en général les deux yeux, mais de façon asymétrique, l’un étant plus atteint que l’autre.

Maladie évolutive, elle affecte une à trois personnes pour mille. Le plus souvent diagnostiquée entre 15 et 30 ans, elle peut néanmoins survenir à tout âge. On lui connaît deux facteurs de risque : les micro-traumatismes de la cornée consécutifs à des frottements oculaires répétitifs (allergie, travail sur écran) et la position pendant le sommeil, latérale ou sur le ventre, avec appui prolongé de l’œil sur l’oreiller.

Les symptômes sont une impression de flou, des contours moins nets, comme une vue à travers le brouillard puis une baisse de vision. Les personnes sont également plus sensibles à la lumière.

1. L’astigmatisme est une déformation de la cornée qui la rend ovale. L’astigmatisme du kératocône irrégulier c’est un ovale dans le bas de la cornée seulement.

 Article VAR MATIN, Edition Santé, du dimanche 15 mars 2020.