Actualités

Un article de la Dépêche du Midi - Paru le 05 aout 2020

Le plus beau jour d'une vie. Si l'adage est répandu, pour Angélique et Loic les choses n'ont pas été aussi simples.

En couple depuis plusieurs années, les deux amoureux qui vivent à L'Isle-sur-Tarn, ont décidé de faire le grand saut. "Lorsque l'on a prévu de se marier, mon papa était en rémission après un cancer du pancréas, mais il y a quelques mois on a appris qu'il était de retour et son état s'est rapidement dégradé", confie Angélique.

Commence alors une course contre la montre…"Je ne pouvais pas me marier sans mon père"

Celle qui a été adoptée par ses parents une fois majeure, après que ces derniers l'ont élevé comme leur propre fille en tant que famille d'accueil depuis ses six mois ; tenait à vivre ce moment entourée de sa famille au complet, y compris son père. "

Le mariage était prévu le 29 août. Nous avons tenté de l'avancer mais la seule date disponible était le 22 août, et on ne pouvait pas attendre", témoigne-t-elle.

Niunenideux,elledécidedetenterletoutpourletoutetcontacteladirection de la clinique Ambroise Paré à Toulouse, au sein de laquelle son père est hospitalisé. "C'est une grande première mais notre clinique est un établissement de proximité à dimension et valeur humaine donc on a tout fait pour que ça ait lieu", indique la direction. Hier, le couple a ainsi pu "s'unir" lors d'une cérémonie symbolique dans la chambre de Jean, le papa, qui a fêté ses 83 le 29 juillet dernier.

"C'était un moment magique"

Prévenu la veille seulement, le père d'Angélique n'a pas retenu son émotion à la vue de sa fille et son gendre en tenue de mariés. "Il était tellement content… il a même pleuré. C'était un moment magique et inoubliable", assure la jeune femme.

Pourl'occasionunedizainedemembresdelafamilleaexceptionnellementété autorisée à se réunir dans la chambre munie d'un masque, et l'entrée du service a été bloquée le temps de la cérémonie."Le directeur nous a accompagnés lui-même jusqu'à la chambre et il sont fait en sorte qu'on ait une intimité pour ce moment spécial, c'était parfait. Quand on fera le vrai mariage dans un an ou deux, on affichera une photo en grand pour se souvenir de ce moment", souligne Angélique. Pour l'heure, elle préfère profiter des moments passés avec son père.

 

Plus d'actualités

Elle se marie à la clinique au chevet de son père malade

Un nouveau service des Urgences pour la clinique Ambroise Paré

Comment le Dr Durrieu a mobilisé 400 bénévoles contre le Covid