Actualités

La clinique Bouchard vient d’ouvrir le premier centre dédié à cette maladie.

En mars dernier, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn avait annoncé à l’occasion de la journée de la femme, le lancement d’un plan pour mieux prendre en charge l’endométriose et la mise en place de réseaux de professionnels de santé spécialisés dans le diagnostic et le traitement de la maladie. Une annonce dont l’objectif est une meilleure prise en charge des patientes souffrant de cette maladie qui touche une femme sur dix en âge de procréer.

À la clinique Bouchard, on n’a pas attendu pour lancer Endo- Marseille, le premier centre dédié à la prise en charge de cette pathologie. Celui-ci sera développé autour de plusieurs axes dont une détection précoce de l’endométriose et un meilleur accompagnement des femmes diagnostiquées.

 

Jusqu’à 12 ans pour poser un diagnostic

"C’est une nouveauté pour l’endométriose mais ces filières sont déjà très actives dans certaines maladies chroniques, explique Jean-Philippe Estrade, gynécologue et médecin coordinateur. Il a fallu adapter et former le personnel. C’est ce que nous avons fait auprès des sages-femmes. Puisque la ministre leur a ouvert la possibilité de faire de la consultation gynécologique de premiers recours. Ces dernières seront désormais en première ligne pour recevoir les patientes et procéder à un dépistage. La douleur est un des signes de l’endométriose mais aussi un signe de beaucoup d’autres maladies. Elles ont été formées à cette pathologie et pourront poser le diagnostic primaire à partir d’un scoring établi au niveau international. En clair, un test de dépistage. Les sages-femmes auront aussi la possibilité de prescrire les premiers examens précliniques en cas de résultats positifs. L’intérêt est de raccourcir le délai diagnostic, donner une vision guidée à chaque patiente et répondre à leurs questions en termes de pronostic à la fois douloureux, de qualité de vie et de fertilité. Pour les patientes chez qui, un traitement plus important est indiqué, elles pourront être adressées vers les centres ou les médecins experts en la matière. De plus, avec la téléconsultation et le transfert des données médicales sécurisé, on va ainsi établir un réseau de soin avec le médecin traitant pour la suite de la prise en charge. N’oublions pas que la moyenne de découverte de l’endométriose reste encore affolante avec une durée comprise entre 6 et 12 ans."

L’établissement de santé a également mis en place un hôpital de jour pour concentrer tous les examens en une seule journée.

Toute cette nouvelle organisation sera d’ailleurs expliquée à l’occasion de la présentation, le 19 juin, de la filière de soins endométriose "EndoMarseille"en présence de l’association EndoFrance.

 

© La Provence - Florence Cottin - Vendredi 7 juin 2019