Actualités

A l’occasion de la journée européenne de la prostate le 20 septembre prochain, la Polyclinique les Fleurs à Ollioules présente les avantages de la chirurgie robotique.

Baptisé Da Vinci, en hommage au célèbre inventeur, cette technologie de pointe était attendue avec impatience par les équipes médicales des Fleurs. Grâce à ce nouveau dispositif, le médecin installé derrière sa console, a un geste chirurgical plus précis et plus sûr. Ce robot est utilisé en urologie, notamment pour le cancer de la prostate.

Le cancer de la prostate

Il s’agit du deuxième cancer le plus fréquent au monde chez l'homme. Mais pour certains pays dont la France, il prend la première place, devant le cancer des poumons. Chaque année, plus de 50 000 nouveaux cas sont diagnostiqués en France. Il est responsable de 8 100 décès par an et 1 homme sur 7 en sera touché au cours de sa vie.

« Le dépistage individuel permet d’identifier les patients ayant un cancer de la prostate de haut risque de progression. Plus il est détecté tôt, mieux il est traité », explique le Dr Olivier Alenda, urologue à la Polyclinique les Fleurs.

Il peut être localisé, c’est-à-dire limité à la zone prostatique ou se déplacer de la prostate vers d’autres parties du corps (os, vessie, rectum) et ainsi provoquer des métastases.

Robot Da Vinci : comment ça marche ?

Assis derrière la console de commande, le médecin contrôle à distance le robot à l’aide de 4 bras articulés et d’une caméra binoculaire, haute définition. Il utilise une manette, dont les mouvements sont reproduits par le robot, en filtrant les gestes parasites (tremblements par exemple).

Avec leurs 7 degrés d’articulation, les bras manipulateurs du robot peuvent amplifier ou réduire l’amplitude du mouvement de rotation, afin d’obtenir une précision impossible pour un humain. De plus, l’usage de la caméra permet une vision en trois dimensions et un zoom (X15) sur les zones à opérer. Elle offre ainsi au chirurgien une vue en immersion du champ opératoire, surclassant l’œil humain et la capacité naturelle du médecin. Comme si l’on se trouvait à l’intérieur du patient !

Les bénéfices pour le patient sont ceux de la chirurgie mini-invasive : les cicatrices sont minimes et la cicatrisation est plus rapide. L’hospitalisation est plus courte, les douleurs post-opératoires sont moins importantes et le risque d’infection est considérablement réduit.

Pour Sarah Constantin, directrice opérationnelle de la Polyclinique les Fleurs : « Cette avancée technologique permet d’étoffer les autres innovations de l’établissement, telles que ses 3 salles hybrides en cardiologie interventionnelle et chirurgie vasculaire, qui s'imposent comme une solution unique permettant aux radiologues et aux chirurgiens de travailler ensemble, dans un même environnement, sans contrainte. »

Le Dr Olivier Alenda ajoute que « par sa vision magnifiée, la précision du geste chirurgical, les incisions mini-invasives, la chirurgie robotisée permet de cumuler les avantages de la chirurgie conventionnelle et ceux de la cœlioscopie, notamment pour la chirurgie urologique du cancer de la prostate ».

 

 

Plus d'actualités

Octobre Rose - La lutte contre le cancer du sein

Octobre Rose - Féminine de Pau - Challenge Hôpitaux privés Béarn-Bigorre

Octobre Rose - Féminine de Pau - Challenge Hôpitaux privés Béarn-Bigorre