Actualités

La clinique d’Occitanie vient encore de prouver son investissement sans faille dans la lutte contre le coronavirus. Du 30 avril au 22 mai dernier, l’établissement de santé a permis la stérilisation de 537.000 écouvillons, ces « tiges blanches » qui permettent a minima par voie nasale de dépister les cas de « Covid-19 ». L’Agence régionale de santé (ARS) n’a pas hésité à faire confiance à la clinique muretaine pour fournir à de nombreux établissements de la région (hôpitaux, laboratoires, cliniques, etc.) les fameux tests nasaux, couvrant ainsi jusqu’à 66 % des besoins de l’ex-région Midi-Pyrénées.

« Des personnels de la clinique d’Occitanie ont eu à cœur d’apporter leur concours à l’effort général. Des personnes en plus dont ce n’était pas le métier à la base », indique Bruno Jeanjean, directeur de la clinique.


Des tests en toute sérénité

Réunies autour de Carole Dupuis, deux équipes représentant une quinzaine de personnes ont passé des journées entières à rendre stériles, et donc opérationnels lesdits écouvillons. « On s’est aussi engagé à ne rien facturer à l’Etat », précise Bruno Jeanjean.

Aussi, les patients se voyant prescrire un dépistage par leur médecin traitant pourront effectuer leur test en toute sérénité, la clinique d’Occitanie ayant contribué à cette « démarche citoyenne et responsable » dans l’acte primordial de la stérilisation.

Aujourd’hui, la clinique prend encore en charge 8 patients atteints du coronavirus (dont 1 venant du Grand-Est), qui ne sont pas en phase aiguë. L’établissement a par ailleurs abandonné son traitement à l’hydroxychloroquine – il est désormais interdit-, qui avait permis de soulager bon nombre de patients arrivés à la clinique en phase aiguë.

 

©La Dépêche du Midi, le 30 mai 2020 - Par  Xavier Hurtevent