Actualités

Dans quatre mois, si tout va bien, un nouveau centre de dialyse ouvrira ses portes aux patients du bassin de Mauriac. Et aux vacanciers.

Malgré le masque de rigueur, Romain Auriac ne peut s’empêcher de sourire. Et son regard s’illumine : « Je suis très heureux de voir ce projet aboutir. On a mis du temps, mais c’est lancé ». Depuis 2017, le service de dialyse à Mauriac avait été supprimé. En raison, principalement, des travaux de réhabilitation du centre hospitalier de Mauriac. Rapidement, le projet de créer un centre dédié à germé. Notamment du côté du maire d'alors de Mauriac, Gérard Leymonie. Projet soutenu également par la nouvelle maire, Edwige Zanchi. Mais conce-voir et construire un bâtiment ne se fait pas en un claquement de doigt.
« Il nous a d’abord fallu trouver le terrain. Nous voulions avant tout privilégier l’intérêt de santé publique », explique le directeur Centre médico-chirurgical (CMC) de Tronquières Elsan à Aurillac, Romain Auriac. Pourquoi le CMC ? « Historiquement, le service de dialyse, c’est le CMC ».
« C’est un projet spécifique. Nous investissons dans un domaine public, puisque le centre de dialyse sera installé sur un espace du centre hospitalier de Mauriac, avec qui nous avons travaillé en bonne intelligence ». Romain Au-riac poursuit sur la particularité de ce projet : « C’est un territoire plutôt rural, c’est une maladie chronique. Et nous avons dimensionné le centre pour qu’il puisse aussi accueillir les patients chroniques du bassin, mais aussi ceux qui viennent en vacances ». Avant la fermeture du centre en 2017, douze patients étaient accueillis. Le nouveau centre pourra, quant à lui, recevoir trente-deux patients.
Entre les deux, les patients du bassin de Mauriac devaient se rendre au centre de dialyse du CMC d’Aurillac : « Nous avons calculé que chaque patient par-courait 15.000 km par an ». Le nouveau centre leur apportera plus de confort, et moins de fatigue.
Concrètement, « le permis de construire est déposé » confirme Romain Auriac. Une première réunion de chantier aura lieu cette semaine, et le premier coup de pelle mécanique sera donné mi-février « pour le gros œuvre. Après, ce sont 14 modules préconçus qui seront assemblés pour former le bâtiment
 », explique Romain Auriac.
L’ensemble des travaux, du terrassement aux aménagements intérieurs et ex-térieurs, devraient donc ne pas durer plus de quatre mois. « Sauf aléas de chantier, ou aléas sanitaire », explique le directeur du CMC. « A l’exception du ma-tériel médical qui est particulier, nous avons souhaité retenir des entreprises locales pour sa construction ».

Nous pourrons désormaisproposer une prise en charge totale du patient
Sur environ 230 m2, en rez-de-chaussée, le bâtiment accueillera donc huit postes de dialyse en “espace ouvert”, et un poste dans un box, avec un enca-drement infirmier. Sans oublier les différentes salles réservées aux soignants. « Ce nouveau centre pourra, comme avant, accueillir les patients en auto-dialyse assistée. Mais nous pourrons désormais proposer aussi une prise en charge totale, pour les patients qui découvrent ou ceux qui sont trop affaiblis », détaillent Romain Auriac. L’offre de soin s’en trouve donc renforcée pour le confort des patients. « De plus, il y aura la possibilité d’une télé consul-tation sur place avec les médecins du CMC ».Le premier coup de pelle coïnci-dera également avec la campagne de recrutement de deux infirmières et d’un ASH (Agent des services hospitaliers).
« Nous avons essayé de le rendre le plus confortable possible pour les patients. Ils disposeront d’écrans de télévision, du wifi… »

Combien ça coûte ? Le coût total de l’opération s’élève à 1.104.000 €. Le CMC bénéficie d’une subvention de la Région Auvergne Rhône-Alpes de 250.000 €, de l’Agence régionale de santé à hauteur de 200.000 € et du Département de 50.000 €.

© Leroy, Bruno-Serge, "Le centre de dialyse ouvrira en juillet au centre hospitalier de Mauriac", La Montagne

Plus d'actualités

Le CMC de Tronquières s'associe à Aurillac pour Elles

Ouverture de l’Unité de Dialyse de Mauriac

RSE

Le CMC de Tronquières soutient l'ARSLA