Actualités

Le CHP Brest a, une nouvelle fois, le plaisir de s’associer au Syndicat Interdépartemental des Orthophonistes de Bretagne et à l’association A propos, le jeudi 19 novembre 2020 pour la dixième édition de l’opération « un bébé, un livre »,

L’objectif ? Sensibiliser les jeunes parents au développement du langage de leur enfant, à la lutte contre l’illettrisme et aux bienfaits de la lecture d’histoires dès le plus jeune âge.

Une action de sensibilisation

Dans les conditions sanitaires actuelles, il n’est pas possible d’effectuer l’opération « 1 bébé, 1 livre » dans les chambres comme cela était le cas les dernières années.

Cependant, nous avons tenu à maintenir cette journée de sensibilisation au sein de notre maternité et plus largement vers les futurs et jeunes parents du territoire. Pour ce faire, nous avons dû réaliser quelques adaptations :

  • Une campagne de sensibilisation sera diffusée sur les réseaux sociaux de la maternité et sur la chaîne de télévision interne de la maternité avec :
    • Une vidéo d’animation réalisée par les étudiants de deuxième année en orthophonie de Brest, dans le cadre d'un cours intitulé "prévention illettrisme" au sein d'une Unité d'Enseignement "Prévention et promotion de la santé
    • Une interview de Emmanuelle Langlois, orthophoniste brestoise, qui nous expliquera l’importance de conter des histoires aux enfants dès leur plus jeune âge
  • Une distribution de livres sera réalisée au sein de la maternité par les équipes soignantes.

Offrir un livre à un bébé, pourquoi?

L’association ACCES (Actions Culturelles Contre les Exclusions et les Ségrégations), composée d’une équipe de psychiatres, psychanalystes et spécialistes de l’enfance a mis en avant un constat : « dans la vie de tous les jours, nous parlons deux langues sans forcément nous en rendre compte : la langue des faits et la langue du récit. La langue des faits, c’est la langue utilisée lorsque les interlocuteurs sont en présence l’un de l’autre. L’échange est rapide, souvent injonctif […]. « Donne ton pied ! L’autre ! Tourne-toi ! Voilà ! ».

Cette forme de monologue- dialogue, incompréhensible pour quelqu’un qui ne vit pas dans l’action a ses fonctions. Il est nécessaire. Nécessaire mais pas suffisant. Nous utilisons également une autre forme de langue.

La langue du récit, celle de la narration, celle qui situe un événement dans le temps et dans l’espace. C’est la langue qui sert à raconter, c’est aussi celle que l’on peut écrire. Elle permet notamment l’accès à l’imaginaire et à la pensée […]. »

C’est de cette langue du récit que le bébé tirera des invariants fondamentaux, nécessaires à la mise en place par la suite d’une lecture de bonne qualité et source de plaisir.

« A l’âge privilégié de la vie où s’élabore le langage, tous les enfants ne sont pas de la même façon en relation avec la langue du récit […] On peut situer ce temps fort d’élaboration de la langue entre un an et trois an, même si on sait que des choses importantes se passent avant et que d’autres se passeront encore après […]. De ce constat est née une action : si tous les bébés ne rencontrent pas la langue du récit, on peut essayer de remédier à cela. Les livres, eux, sont porteurs de récits. »

L’objectif de cette équipe a donc été de faire se rencontrer les bébés et les livres, par le biais d’animations autour du livre dans des lieux fréquentés par les très jeunes enfants.

Par ses actions, l’équipe d’ACCES avait entamé le chemin de la prévention de l’illettrisme.

C’est en suivant ce chemin que les orthophonistes de Bretagne se mobilisent cette année pour la dixième édition « 1 bébé-1 livre » au côté de notre maternité pour faire passer des messages clés et ainsi lutter contre l’illettrisme.

Les conseils que l’on pourrait retenir :

  1. Dès la naissance, il est important de parler à son bébé, de chanter avec lui des comptines, de rire avec lui, d’imiter ses actions, ses productions sonores ou encore de lui raconter ce que l’on fait. Le bébé va ainsi acquérir le langage par le plaisir et l’échange.
  2. Un livre n'est pas juste une histoire, c'est un vecteur de partage, un accès à l’imaginaire, une source d'amusement, de réconfort, de plaisir, ... Il permet à l'enfant d'entendre un langage différent de celui qu'il entend à la maison et ainsi, d'acquérir davantage de vocabulaire.

Plus le dépistage est précoce, plus il est efficace !

Les orthophonistes souhaitent également sensibiliser les parents au dépistage. Si l’enfant accroche par exemple sur certains mots, il faut alors s’adresser à un orthophoniste. Une prise en charge précoce évite l’installation d’un bégaiement. Si l’enfant parle fort ou s’il fait souvent répéter, il entend peut-être mal. Une mauvaise audition peut entraîner des troubles du langage et donc, des difficultés d’apprentissage scolaire.

En France, l'illettrisme touche plus de 2 500 000 personnes. Par ailleurs, on estime que 4 à 6 % des enfants d’une même classe d’âge sont concernés par les troubles du langage.

L’opération « Un bébé, un livre » a obtenu le parrainage du Ministère de la Culture et celui de la Santé.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.info-langage.org ou téléchargez le flyer http://www.info-langage.org/pdf/plaquette_Objectif_Langage.pdf

Plus d'actualités

Le CHP Brest parmi les meilleurs hôpitaux privés de France dans le dernier palmarès du Point

Journée de prévention sur la mort inattendue du nourrisson - 17 sept de 10h à 16h

Une nouvelle consultation avancée à Landerneau