Actualités

Pour la première fois dans le département de la Seine-Saint-Denis, le Prostate Tour s’arrêtera à la Clinique de l’Estrée à Stains, en partenariat avec le laboratoire Janssen. Grâce à une structure gonflable représentant une prostate géante, les professionnels de santé se mobilisent pour informer et sensibiliser le grand public et le personnel autour de l’anatomie, du fonctionnement et des maladies de la prostate.

Une prostate géante pour mieux la comprendre

Une prostate géante gonflable prendra place sur le parking de la Clinique et accueillera le public dès 10h. Mesurant près de 3 m de haut et 5 m de long, elle propose une approche atypique et ludique qui consiste à la traverser. L’objectif est de sensibiliser le plus grand nombre aux maladies de la prostate, mais aussi d’aider les personnes concernées à reconnaître les signes qui doivent alerter et les informer sur l’intérêt d’un diagnostic précoce. 

Outre la visite de la prostate géante, la Clinique présentera son Robot chirurgical Da Vinci, unique dans le département de la Seine-Saint-Denis et utilisé pour certaines interventions. Les 4 chirurgiens urologues se relaieront toute la journée pour répondre aux questions du grand public.

Seront également présents l’illustrateur Jean HIN, auteur de la BD « Délicate prostate », ancien patient venant apporter son témoignage, l’auriculothérapeute[1] de la clinique et l’Ambassadeur de la communauté Movember en France. Des stands d'information, des conseils diététiques, des dégustations et animation « Vélo à smoothie » animeront également la journée.

« Accueillir le Prostate Tour était pour nous une évidence. Nous voulons accompagner nos patients et sensibiliser le plus grand nombre à ce cancer encore mal connu. Le faire d’une manière aussi pédagogique est un véritable avantage pour mieux faire passer les messages de prévention » explique Gorka Noir, directeur de la Clinique de l’Estrée.

Libérer la parole sur un sujet encore sensible

Parler des problèmes de prostate est encore un sujet tabou pour nombre d’hommes, ceux-ci étant associés fréquemment dans les esprits à des difficultés érectiles et à un risque d’incontinence urinaire. Le plus souvent, le cancer de la prostate se développe sans provoquer de symptôme particulier. Plus rarement, lorsque le cancer est évolué, il peut provoquer des symptômes qui font suspecter sa présence, comme une infection de l’appareil urinaire, la présence de sang dans les urines, une rétention d’urine, des douleurs dans le bas du dos ou dans les os.

Le premier cancer masculin

Le cancer de la prostate constitue le premier cancer chez l’homme et le troisième cancer en termes de mortalité. L’âge médian du diagnostic est de 70 ans et 44% des cancers de la prostate sont diagnostiqués après 75 ans. La fréquence des cancers de la prostate augmente avec l’âge. Avant 50 ans, l’incidence est faible puis augmente progressivement avec l’âge. Ainsi, 69 % des cancers de la prostate surviennent après 65 ans et ¾ des décès après 75 ans.

54 000 nouveaux cas en 2009 et près de 9 000 décès en 2012. Les facteurs de risques de développer un cancer de la prostate sont divers et multiples. Diverses études montrent que les origines ethniques, et donc le patrimoine génétique aurait une influence sur la probabilité de développer ce type de cancer. Ainsi, le nombre de cas de cancers de la prostate est plus important dans les pays d'Europe du Nord et d'Amérique du Nord. De même les hommes d'origine afro-antillaise sont plus susceptibles d'être atteints.

[1] Thérapeute qui utilise une technique d'acupuncture qui stimule des points situés dans le pavillon de l'oreille

PROSTATE TOUR JEUDI 6 JUIN 2019