Actualités

Trois appareils Paxman viennent d’arriver à la clinique Océane, à Vannes. Ils refroidissent le cuir chevelu lors d’une chimiothérapie.

« Perdre ses cheveux à cause de la chimiothérapie, c’est très violent. C’est une agression pour les personnes », explique le docteur Eric Vullemin, ravi d’accueillir trois appareils Paxman au sein du service oncologie de la clinique Océane, à Vannes. Cette toute récente technologie permet de refroidir le cuir chevelu, pendant la chimiothérapie, afin d’éviter la perte des cheveux. « Les centres commencent à s’en équiper un peu partout, ajoute le Dr Albert Josso, président de la Ligue contre le cancer du Morbihan. Ces appareils sont parmi les premiers dans le Morbihan. »

« Moins toxique pour les cheveux »

Chaque machine est équipée de deux casques. Ceux-ci sont positionnés sur la tête des malades pendant la diffusion du traitement. « C’est un froid permanent et constant », précise Catherine Noblanc, cadre des services de médecine et chimiothérapie. « C’est infiniment plus efficace que les casques réfrigérants que nous sortions du congélateur et qui se réchauffaient doucement », ajoute l’oncologue Eric Vullemin. Le temps de pose va d’une demi-heure à une heure et demie selon les médicaments administrés et les besoins. « C’est désagréable, voire douloureux au début. »

Mais le jeu en vaut la chandelle pour les patients et patientes. « L’action constante du froid permet la rétraction des vaisseaux capillaires. Il y a donc moins de sang à circuler et moins de médicaments à se diffuser sur cette zone. C’est moins toxique pour les cheveux », explique le médecin oncologue.

Douze personnes chaque jour

Grâce aux trois appareils financés à hauteur de 18 000 € par la Ligue du Morbihan, douze personnes peuvent en bénéficier chaque jour lors de leur chimiothérapie. Le coût total de cet investissement est de 48 000 € hors taxes.

« Cette année, nous avons également participé au financement de ces appareils pour le Centre hospitalier Bretagne-Atlantique à Vannes et l’hôpital de Pontivy », conclut Sylviane Guidoux, directrice du comité du Morbihan de la Ligue contre le cancer.

 

©Ouest France, le 27 juin 2020 - Par Mélanie Bécognée.
©Photo : Ouest France, le 27 juin 2020.