Actualités

La structure a été lancée en début d’année à la clinique d’Occitanie et ne désemplit pas en rendez-vous. Les centres d’évaluation des troubles du sommeil (CETS) ne courent pas les grandes villes, ni les petites d’ailleurs. Raison de plus pour vanter les mérites de celui récemment ouvert à Muret grâce aux médecins somnologues que sont les docteurs Comat, Grandmottet et Montemayor.

« Ici, à la clinique d’Occitanie, nous avons toujours cherché à apporter une réponse de proximité à nos patients, et cela dans une vingtaine de spécialités qui sont les nôtres », indique Bruno Jeanjean, directeur de la clinique. Pourquoi avoir ajouté à ces spécialités le domaine encore presque tabou du sommeil ? Réponse immédiate de Bruno Jeanjean : « Parce que les pathologies du sommeil concernent tout le monde et qu’elles ont des causes très larges ! Nous sommes désormais présents pour apporter une réponse d’expertise et de confort à nos patients. »

« Ça change la vie des gens… »

Syndromes d’apnée du sommeil et insomnies en premier lieu, mais aussi retard de phase (de sommeil), hypersomnie, parasomnies, syndrome jambes sans repos, narcolepsie (sommeil immédiat n’importe où) … : les pathologies évaluées sont multiples à la clinique d’Occitanie. Elles font d’abord l’objet d’examens avant le diagnostic, puis peuvent être directement soignées sur place, du moins en ce qui concerne la prise en charge de la maladie au départ. Sachant que les patients sont initialement adressés via leurs médecins traitants ou leurs spécialistes (pneumologue, cardiologue, neurologue, etc.)

Concrètement, les médecins, aidés dans leur tâche par Armandine Charrier, infirmière coordinatrice du CETS, accueillent les patients atteints de troubles de sommeil au 3e étage de la clinique, dans des chambres saines et paisibles. Là, ils vont enregistrer les cycles de sommeil du patient, ses éventuels troubles respiratoires, mais aussi sa posture dans le lit. Le séjour se situe entre 1 ou 2 nuits sur place. « Le résultat est là, confie le Dr Comat. Ça change la vie de gens qui ne seraient jamais venus auparavant. »

©La Dépêche du Midi - Xavier Hurtevent