Actualités

Des discussions ont lieu entre l’hôpital public de Montluçon et l’hôpital privé Saint-François pour mettre en commun des équipes médicales et paramédicales

Ce n’est plus une question de pu­blic ou de privé, c’est une question de san­té publique.» Selon Pascal Rivoire, le directeur de l’hôpital privé Saint ­François, à Désertines, les hô­pitaux de Montluçon «se mettent en ordre de bataille» face à l’épidémie. Si pour le moment tou­tes les personnes atteintes par le coronavirus ou sus­pectes dans l’Allier sont dirigées vers le centre hospitalier de Moulins, la situation pourrait vite changer, expliquait le di­recteur hier. «C’est diffici­le à estimer précisément, on ne maîtrise pas tous les paramètres, mais cela pourrait intervenir dans les cinq à huit jours qui viennent. » Mise en commun des équipes Le centre hospitalier de Montluçon et l’hôpital pri­vé Saint ­François discutent actuellement pour mettre en commun leurs équipes médicales  et para­médicales. «Nous avons des échanges avec l’hôpi­tal public, pour faire des équipes uniques sur le territoire de Montluçon, en mélangeant public et pri­vé, pour avoir des filières bien définies et éviter de mélanger les patients en­tre eux. »Concrètement, il n’y aurait plus qu’une équipe de chirurgiens, une équipe d’anesthésie­ réanimation –la capacité d’accueil en réanimation serait multipliée par deux sur le territoire –, et une équipe unique de médeci­ne de spécialistes (pneu­mologues,cardiologues...). «Depuis lundi,il existe une formation des infir­miers du bloc opératoire par les anesthésistes et les infirmières anesthésistes sur la prise en charge en unité de soins continus pour absorber s’il le faut la vague de patients liée au Covid­19. C’est organisé des deux côtés», conti­nue Pascal Rivoire.

Quelles sont les mesures prises ?

À l’hôpital public. Interdiction des visites aux patients dans l’ensemble des services de l’hôpital et des Ehpad ; restriction des accès aux services de soins avec mise en place d’un seul point d’entrée et filtrage des arrivées ; déprogrammation d’interventions et de consultations non urgentes ; création d’une filière spécifique d’accueil des patients potentiellement suspects ou atteints du coronavirus à partir du service d’accueil des urgences. À l’hôpital privé. Tous les rendez-vous non urgent sont été annulés ; un filtre de toutes les personnes se présentant à l’entrée de l’établissement a été mis en place ; les urgences sont toujours ouvertes.

© La montagne, le 19/03/20