Actualités

Vendredi 3 avril, dans la matinée, une équipe de 8 soignants, d’habitude à l’oeuvre dans les 5 cliniques privées du groupe Elsan, partait pour Paris.

Ils ont répondu à l’appel de l’Agence régionale de Santé, pour prêter main-forte à leurs homologues d’Île-de France, sur le front de la pandémie de Covid-19. Une requête qui ressemble à une réquisition dans  la forme, mais ne vaut que par le volontariat.  Paris, après avoir passé les contrôles en gare, les Vauclusiens sont acheminés vers leurs lieux de résidence avant de rejoindre les hôpitaux où ils passeront 6 jours au front.

Certains avaient déjà leur feuille de route : Isabelle Rausin, Pierre Smilevitch et Rémi Lievin, médecins anesthésistes réanimateurs de la clinique Fontvert à Sorgues vont au centre hospitalier Robert-Ballanger à Aulnay- sous-Bois (93). Christine Charbonel, infirmière anesthésiste, dans la même clinique, part pour le centre hospitalier de Poissy.

Coté aides-soignants, Adeline Boudin, de la clinique Montagard et Yannick Becaux de la clinique d’Orange vont rejoindre les soignantes d’Argenteuil.

Quant à Jonathan Taratte, aide-soignant à la clinique Rhône Durance et Charlotte Lacroix médecin anesthésiste à Orange, ils ne connaissaient pas encore leur destination exacte en Île-de-France. 

« Ils sont plusieurs parmi nos collaborateurs des 5 cliniques privées à s’être inscrits sur les listes de l’ARS. Aujourd’hui c’est un départ programmé pour 6 jours, selon l’évolution de l’épidémie dans les territoires tendus, d’autres équipes pourront prendre la suite. Mais nous avons, ici aussi en Vaucluse, préparé une liste de volontaires pour le cas où la situation sanitaire se détériore dans le département » explique Clément Larcher, directeur général du territoire pour le groupe Elsan.

(c) Vaucluse Matin - par Dominique Ghidoni