Escarre

Une escarre est une ulcération cutanée, c’est-à-dire une plaie qui se forme au niveau de la peau. Elle est provoquée par une pression constante et/ou un frottement répété sur une zone du corps. Les escarres se développent le plus souvent sur les os saillants du corps comme les coudes, les genoux, les talons ou les os du bassin.

Trouver un spécialiste en dermatologie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

Aussi appelées "lésions de pression", les escarres peuvent avoir des conséquences plus ou moins graves sur la santé. Stades, causes, facteurs de risque, symptômes, traitements… voici ce qu’il faut en savoir.

Définition : qu’est-ce qu’une escarre ?

Une escarre désigne une plaie cutanée résultant d’une mauvaise irrigation sanguine. Chez les professionnels de santé, le terme de "lésion de pression" est régulièrement employé pour parler de l’escarre, en référence à la cause principale de cette plaie. Souvent constatée en milieu hospitalier et/ou en établissement de santé (type maison de retraite), l’escarre se manifeste principalement sur des zones de pression comme le fessier ou les talons. À un stade très avancé, l’escarre peut engager le pronostic vital du patient.

Quels sont les différents stades de l’escarre ?

Il existe quatre stades de l’escarre :

  • stade I : des rougeurs apparaissent sur la peau. Ces rougeurs ont comme particularité de conserver leur couleur à la pression ;
  • stade II : l’escarre conserve son aspect peu profond, avec la même couleur allant du rose au rouge. On constate également la survenue d’une perte de peau ;
  • stade III : un ulcère et une nécrose apparaissent. La peau se noircit et s’assèche. Les dommages sur la peau sont déjà très importants ;
  • stade IV : les dommages sur la peau caractérisant le stade III de l’escarre nécrosée s’étendent. Les muscles, tendons et os sous-jacents sont exposés. 

Quelles sont les causes des escarres ?

Dans la très grande majorité des cas, une pression prolongée est à l’origine de l’escarre. Lorsque des zones du corps humain comme les fesses ou les talons sont en pression prolongée durant quelques heures, il en résulte en effet une mauvaise irrigation sanguine, et donc l’apparition d’une escarre. Cette situation explique pourquoi on retrouve le plus souvent les escarres dans les établissements hospitaliers et de santé, avec un public amené à rester immobile durant de longues heures (hospitalisation, fauteuil roulant, etc.). Sauf cas particulier, les personnes qui mènent une vie "normale" bougent suffisamment (même la nuit, sans s’en rendre compte) pour éviter cette pression prolongée sur la peau, et ne développent donc pas ce type de plaie cutanée.

 À noter qu’il existe d’autres causes, parmi lesquelles :

  • la traction de la peau ;
  • la friction de la peau ;
  • l’humidité liée à la transpiration, à l’urine en cas d’incontinence, etc. 

Quels sont les facteurs de risque d’une escarre ?

L’escarre comporte plusieurs facteurs de risque, parmi lesquels :

  • l’âge : les personnes âgées de plus de 65 ans sont plus à risque que les personnes plus jeunes ;
  • la mobilité réduite : le fait de rester de longues heures sans bouger accroît le risque de pression sur la peau ;
  • l’exposition longue et répétée à des irritants cutanés. 

Dans une moindre mesure, le risque d’escarre concerne les personnes souffrant d’une perte de sensation sur des parties du corps, qui ne ressentent donc plus le besoin de changer de position pour soulager un manque de confort ou une douleur. C’est le cas, également, des personnes dont les plaies cicatrisent mal.

Quels sont les symptômes d’une escarre sur la peau du talon, des fesses, etc ?

L’apparition d’une rougeur persistante (la rougeur ne blanchit pas sous la pression) est le principal symptôme d’une escarre. De par les caractéristiques de cette plaie cutanée, il convient d’être particulièrement vigilant lorsque cette rougeur apparaît sur des zones susceptibles de produire des escarres comme le fessier, le talon, le pied, etc. Les symptômes d’une escarre de la peau évoluent ensuite selon les différents stades décrits ci-dessus.

Comment diagnostiquer la maladie qu'est l'escarre ?

L’examen clinique constitue la première étape du diagnostic d’une escarre. Les professionnels de santé observent l’aspect et la localisation de la plaie cutanée. Ils déterminent ensuite le stade de l’escarre. En parallèle, une évaluation nutritionnelle est réalisée afin de connaître le statut nutritionnel du patient. Lorsque l’escarre est de stade III ou IV, les professionnels de santé peuvent prescrire des analyses de sang, pour écarter le risque d’une propagation de l’infection dans la circulation sanguine. Les analyses de sang sont plus systématiques en l’absence de cicatrisation des escarres, ou en cas de complications. Elles peuvent alors être associées à une IRM.

Quels traitements et prévention pour les escarres : pansements, soins et mesures de précautions ?

En dépit des avancées de la médecine, le traitement des escarres demeure encore aujourd’hui délicat. Il se résume à :

  • réduire la pression sur la zone touchée (positionner correctement le patient et veiller à un changement de position fréquent) ;
  • nettoyer la plaie et appliquer des pansements ;
  • favoriser une alimentation de bonne qualité, et suffisante. 

En cas d’escarre profonde, la chirurgie peut être envisagée avec une greffe de peau destinée à recouvrir la zone lésée. D’une manière générale, la prévention constitue le meilleur traitement contre les escarres.

Cet article médical a été relu et validé par un médecin spécialiste en dermatologie au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les spécialistes dermatologues au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Vos questions fréquemment posées :

Comment se soigne une escarre ?

Pour soigner une escarre il existe différents traitements : il faut supprimer la pression sur la zone concernée, nettoyer la plaie régulièrement, mais aussi utiliser des pansements. De plus il est recommandé d'avoir une alimentation équilibrée. Dans certains cas, de la chirurgie peut aussi être envisagée pour soigner les lésions cutanées et améliorer la cicatrisation.

Pourquoi une escarre ne guérit pas ?

Certains patients en manque de protéines ont des problèmes de cicatrisation qui empêchent la guérison des escarres. Dans ce cas là, de la chirurgie est nécessaire.

Qu'est-ce qui provoque l'escarre ?

Dans la plupart du temps, une pression prolongée sur une zone de la peau peut entrainer un escarre. Il existe aussi d'autres causes comme : la traction ou la friction de la peau ou l’humidité.

Peut-on mourir d'une escarre ?

Une escarre est une plaie cutanée due à une pression prolongée sur une zone du corps. Dans certains cas, elles peuvent être à l'origine d'une infection sévère et entraîner le décès du patient.

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

2 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

137

établissements