Actualités

Première thérapie digitale liée aux pathologies lombaires invalidantes disponible en France, en expérimentation à la Polyclinique Jean Villar de Bruges

 

La société Cortexx Medical Intelligence mène une étude clinique sur l’utilisation de son application SuMO, proposée aux patients de la Polyclinique Jean Villar (Groupe ELSAN), devant bénéficier d’une chirurgie du rachis.

Les pathologies lombaires, un enjeu majeur de santé publique

Le mal de dos et les pathologies des articulations sont au premier rang des pathologies dans nos sociétés développées et sédentaires. En France, chaque année, plus de 200 000 patients se font opérer de maladies lombaires invalidantes.

La chirurgie est une solution mais l’orientation des patients reste un problème. En effet, 36% d’entre eux conservent des douleurs malgré les médicaments et leur qualité de vie s’en trouve altérée.  La chirurgie des pathologies lombaires est donc un enjeu majeur de santé publique notamment en termes de qualité de vie pour les patients et de coûts médico-économiques pour le système de santé.

Pour anticiper le pronostic de réussite d’une chirurgie lombaire, Cortexx a développé SuMO, une solution mobile destinée au patient, lui permettant d’être acteur de sa santé, et d’évaluer de manière précise et concrète le patient engagé dans une chirurgie du rachis.

L’intelligence artificielle développée par Cortexx permet de prédire les résultats de la chirurgie à long terme en fonction des caractéristiques personnelles de chaque patient (physiologiques, cliniques, socioprofessionnelles) ceci avec une précision de 80% afin de lui garantir les meilleures chances de récupération.

Une première étude démarrée en juin 2021 pour évaluer l’outil prédictif en collaboration avec ELSAN

L’étude clinique menée par Cortexx a pour objectif de faire une analyse d’utilisation de l’application SuMO en temps réel et vérifier son adéquation aux patients, aux chirurgiens et à l’épisode de soin. Elle permettra aussi d’éprouver le développement d’un programme d’accompagnement personnalisé associé au patient.

Elle est menée au sein de deux centres, dont la Polyclinique Jean Villar à Bordeaux (ELSAN) dans laquelle exerce le Docteur Ibrahim OBEID, chirurgien du rachis et de la scoliose, connu sur le plan national et international. Au sein du cabinet médical « Terrefort Clinique Spécialisées » , le Dr Obeid coordonne cette étude à laquelle participent tous les chirurgiens de l’équipe.

Comme il le confiait au journal SPINELEAKS en avril dernier « Je pense que l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique conduira à un traitement individualisé des patients ». Le Docteur Obeid et son équipe de recherche participent depuis plusieurs années à de nombreux projets de recherche clinique contribuant de ce fait à l’avancement de la science et à la progression de la spécialité.

L’étude doit également pouvoir établir un profil personnalisé pour chaque patient en établissant les facteurs de risque modifiables et non modifiables susceptibles d’influencer le résultat de la chirurgie. Une première étude rétrospective, publiée dans Global Spine Journal en Janvier 2021, avait confirmé l’utilisation de l’algorithme SuMO pour prédire le résultat clinique du patient à une chirurgie lombaire.

SuMO – Mode d’emploi

SuMO est un dispositif médical et une thérapie digitale qui propose une évaluation complète du patient engagé dans un parcours de chirurgie rachidienne. Lors de la première consultation chez un chirurgien, ce dernier prescrit SuMO au patient.

Les patients téléchargent l’application directement sur leur mobile. Progressivement lors de son parcours de santé, le patient doit répondre à différents questionnaires guidés et intuitifs. En fonction des réponses traitées, SuMO propose 3 diagnostics d’évolution possibles : 

  • La zone verte correspondant aux patients avec un bon pronostic d’évolution,
  • La zone orange qui signifie que le pronostic d’évolution nécessite un accompagnement personnalisé,
  • Et enfin, la zone rouge, qui indique les patients avec un mauvais pronostic d’évolution à long terme.

Depuis le moment de la première consultation avec le chirurgien, avant l’intervention, et jusqu'à 6 mois après celle-ci, le patient reçoit un accompagnement personnalisé en pré et post-opératoire, en fonction du diagnostic d’évolution dans lequel il se trouve.

Cela permet ainsi aux patients pour lesquels le pronostic n’est pas optimal de se préparer à la chirurgie et de se mettre dans les conditions de succès post-opératoire et de différer, le cas échéant, la chirurgie des patients à risque élevé, aujourd’hui non-identifiables.

Autre atout, grâce à ces informations recueillies, le chirurgien, dans son analyse, va pouvoir optimiser sa stratégie de prise en charge en bénéficiant d’une plateforme complémentaire web dédiée. La solution web-praticien lui propose une vision de l’ensemble de ses patients ainsi que le détail des critères conditionnant le diagnostic d’évolution chez le patient. En post-chirurgie, le patient continue de renseigner le modèle et ainsi améliorer la qualité des soins.

De nouvelles perspectives

Aujourd’hui SuMO est utilisé dans les pathologies lombaires mais son périmètre pourrait être étendu aux pathologies orthopédiques. Son modèle économique est très simple. Il est basé sur l’amélioration du service médical rendu et une diminution globale des coûts liés à l’hospitalisation ainsi qu’une plus faible consommation de médicaments.