Syndrome des loges

Le syndrome des loges se traduit par une augmentation de la pression dans une loge musculaire. Cette inflammation est due à un traumatisme direct (choc) ou indirect (torsion) de l’articulation. Il peut être aigue ou chronique.

Trouver un spécialiste en Orthopédie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

S’il est souvent associé à la pratique intensive d’une activité physique, le syndrome des loges n’est pas réservé aux sportifs. Cette pathologie se caractérise par la compression des muscles dans leur emplacement d’origine. Qu’est-ce que le syndrome des loges, et quelles en sont les causes ? Décryptage de cette pathologie qui peut atteindre les muscles.

Définition : qu’est-ce que le syndrome des loges ?

Le syndrome des loges, ou syndrome de compression des loges musculaires, est consécutif à l’augmentation de la pression intramusculaire d’une ou plusieurs loges. Cette augmentation de la pression est due à la présence d’un œdème, d’un hématome… Ce phénomène provoque des lésions des muscles et des nerfs.

Lorsque la pression artérielle diminue de façon trop importante, les fibres musculaires et les nerfs sont en souffrance. Le syndrome des loges peut entraîner la perte définitive d’un membre.  

Quels sont les types de syndrome des loges : chronique, aigue ?

On distingue deux types de syndromes des loges : chronique ou aiguë. Dans le syndrome des loges chronique, c’est l’effort qui augmente de façon excessive le volume du muscle. La situation est réversible dans un délai plus ou moins long après l’arrêt de l’effort. Le syndrome apparaît le plus souvent au niveau du mollet. L’atteinte est bilatérale dans 50 à 80 % des cas. Les hommes sont plus souvent touchés : environ 9 cas sur 10. La plupart du temps, le patient est jeune, de 20 à 30 ans, et sportif. La pratique intensive d’un sport est souvent à l’origine du syndrome.

 Dans sa forme aiguë, le syndrome des loges est une urgence médicale. Il est lié à une augmentation brutale de la pression sanguine. Il peut faire suite à un traumatisme ou à une forte compression par un plâtre ou une bande. Le muscle est engorgé. L’élément qui crée la compression doit être retiré le plus rapidement possible.

Quels sont les causes et facteurs de risques du syndrome des loges ?

Certains sports qui sollicitent les muscles de façon excessive et répétée favorisent l’apparition d’un syndrome des loges chronique. Par exemple, il apparaît plus fréquemment au mollet chez les coureurs à pied ou les footballeurs.

Le syndrome des loges aigu fait généralement suite à une blessure telle qu’une fracture, une contusion, une thrombose veineuse ou une déchirure musculaire. Il apparaît principalement au mollet.

Quels sont les signes et symptômes du syndrome des loges à l'avant-bras, au mollet, au tibia, à la jambe ?

La douleur musculaire est le principal symptôme d’un syndrome des loges, qu’il soit chronique ou non. Celle-ci s’accompagne : 

  • d’une sensation de tension, qui nécessite d’interrompre l’effort ;
  • de difficultés de marche ;
  • d’un gonflement et d’une raideur musculaire ;
  • d’une tension de la peau. Celle-ci prend une teinte violette ;d’une insensibilité des doigts ou des orteils avec une perte de mobilité. 

En cas de forme chronique, la douleur s’estompe plus ou moins rapidement avec la mise au repos. Le risque d’apparition d’une forme aiguë est non négligeable si le syndrome n’est pas traité. La douleur persiste alors après l’effort. L’œdème et l’hématome qui se forment provoquent un arrêt de la circulation artérielle. Le risque de lésions musculaires irréversibles est important. Dans le cas du syndrome aigu, la douleur n’est pas soulagée par les changements de position. Les antalgiques n’ont généralement que peu d’effet. Lors de la palpation, la loge musculaire est tendue.

Plus la prise en charge tarde, et plus la mauvaise irrigation (ischémie) risque d’entraîner la disparition des pouls périphériques, puis un déficit moteur.

Comment diagnostiquer le syndrome des loges ?

Le diagnostic de la pathologie se fait avec la mesure de la pression des loges. Cet examen nécessite des compétences techniques, et est réalisé par un chirurgien orthopédique.

 L’évaluation clinique n’est pas forcément pertinente, puisque les symptômes ne sont pas spécifiques au syndrome des loges. Une échographie ou une radiographie peuvent compléter le diagnostic.

Quels sont les traitements du syndrome des loges : réadaptation sportive, opération ?

La principale cause du syndrome des loges venant de la pratique sportive, une adaptation de celle-ci et une prise en charge médicale peuvent venir à bout de cette pathologie. Le recours à des séances de kinésithérapie est efficace dans certains cas. En fonction des situations, des médicaments veinotoniques ou le port de bas de contention peuvent être prescrits.

Le traitement chirurgical n’est jamais proposé en première intention dans le cas d’un syndrome chronique. En cas d’échec du traitement médical après une période de 2 à 6 mois, une intervention chirurgicale peut être proposée. En revanche, la chirurgie est pratiquée en urgence face à un syndrome des loges aigu.  

Comment prévenir le syndrome des loges ?

La prévention du syndrome des loges passe par l’adaptation de l’intensité des activités physiques pratiquées, par le choix du type d’entraînement, et par la sélection d’un équipement adapté. La surveillance du membre sous un plâtre ou avec un bandage est également importante pour prévenir le syndrome des loges aigu. Même s’ils ont pour rôles de maintenir le membre, la bande ou le plâtre ne doivent pas être trop serrés. En cas de doute, n’hésitez pas à le signaler au médecin.

Cet article médical a été relu et validé par un  médecin spécialiste en orthopédie au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les praticiens orthopédistes au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Vos questions fréquemment posées :

Comment soigner le syndrome des loges ?

Le traitement du syndrome des loges repose sur la réadaptation sportive, la prise de médicaments et dans certains cas le recours à la chirurgie.

Quel est le signe évocateur du syndrome de loge ?

Le signe évocateur du syndrome de loge est une sensation de tension qui nécessite d'interrompre l'effort.

Quelle est la complication du syndrome des loges ?

La complication la plus fréquente du syndrome des loges est la rupture du ligament croisé antérieur (LCA). Cette rupture se produit lorsque le genou est tourné vers l'extérieur avec une force importante, comme lors d'une chute sur le côté extérieur de la jambe.

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

2 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

137

établissements