Cholangiocarcinome

Trouver un spécialiste en Hépato-gastro-entérologie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

Définition : Cholangiocarcinome

Un cholangiocarcinome est un cancer des voies biliaires intra ou extra hépatiques ou de la vésicule biliaire. La prévalence de cette affection est de 2 personnes pour 100 000. Ce type de cancer survient plus fréquemment chez les hommes, entre 50 et 70 ans.

Quels sont les symptômes du cancer des voies biliaires ? Quels sont les signes d'un cancer du foie en phase terminale ?

Un cholangiocarcinome ne devient symptomatique qu'à un stade avancé. De plus, les symptômes sont peu spécifiques : fatigue importante, perte de poids, douleurs abdominales du côté droit. A un stade avancé, le patient peut présenter une jaunisse (ictère) lié à l'obstruction des voies biliaires. A l'examen clinique, le foie est plus gros que la normale (hépatomégalie).

Il n'existe pas d'examen de dépistage. Le diagnostic de cholangiocarcinome repose sur l'examen clinique et l'imagerie (échographie abdominale, scanner, IRM avec produit de contraste).

Quelles sont les causes de ce cancer de la voie biliaire ?

Les causes exactes de survenue de ce cancer sont mal connues. Néanmoins, des facteurs de risques ont pu être identifiés : maladies chroniques du foie (cirrhose, hépatites chroniques B et C), obésité, diabète, syndrome métabolique, alcoolisme.

Certaines maladies des voies biliaires pourraient être en cause. Des parasitoses du foie pourraient également favoriser les cholangiocarcinomes.

Quels sont les risques d'un cancer des voies biliaires ou de la vésicule biliaire ?

Le risque de ce cancer, comme pour touts les autres cancers, est la dissémination des cellules cancéreuses dans d'autres organes et la formation de métastases.

Comment soigner un cholangiocarcinome ? Quelle chimiothérapie ?

La prise en charge du cholangiocarcinome est fonction de la localisation de la tumeur, du type de cancer, de l'état général du patient, de la présence de métastases ou non.

Si le cholangiocarcinome est localisé et de petite taille, le traitement de choix est la chirurgie qui permet de retirer la tumeur. L'intervention chirurgicale n'est possible que dans 20% à 40% des cas. Parfois, une chirurgie est proposée même si la tumeur n'est pas résécable : il s'agit de dériver le tube digestif ou les voies biliaires pour soigner la jaunisse.

Une chimiothérapie adjuvante peut être proposée après la chirurgie. Le protocole de chimiothérapie sera choisi en fonction du type de cholangiocarcinome.

Quels sont les nouveaux traitements pour les tumeurs non opérables ?

Pour les cholangiocarcinomes non opérables, seule une chimiothérapie palliative peut être proposée. Son objectif est d'améliorer la qualité de vie du patient et soulager les symptômes. Des traitements innovants ciblant les cellules tumorales sont actuellement en essai clinique (immunothérapie).

Dans certains cas très précis de cholangiocarcinome (tumeur de klatskin), une transplantation hépatique peut être tentée.

Quel est le pronostic et l'espérance de vie ? Quelles ont les chances de survie ?

Les symptômes cliniques discrets et l'absence de test de dépistage du cholangiocarcinome mènent à un diagnostic tardif de la maladie. Le pronostic est donc plutôt sombre. Pour les patients ayant bénéficié d'une résection chirurgicale, la survie globale à 5 ans est de 15 à 40%. Le taux de survie à 5 ans est quasiment nul pour les patients atteints de cholangiocarcinome non opérables.

fiches specialites

Hépato-gastro-entérologie

Découvrez tout ce que vous devez savoir sur l'hépato-gastro-entérologie chez ELSAN

En savoir plus