Actualités

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquemment rencontré chez la femme en France. La chimiothérapie s’affirme comme une des armes thérapeutiques majeures pour en venir à bout. La chimiothérapie est un traitement médicamenteux qui circule dans tout l’organisme pour en éliminer les cellules cancéreuses. Elle est souvent utilisée en complément de deux autres traitements emblématiques du cancer : la chirurgie et la radiothérapie du cancer du sein. Bien que chaque protocole de traitement soit toujours élaboré au cas par cas, la chimiothérapie est couramment indiquée dans la prise en charge des cancers du sein de tout stade et de tout grade.

Cancer sein chimiotherapie

Le cancer du sein, qu’est-ce que c’est ?

Le cancer du sein est une tumeur maligne qui se développe à partir des cellules saines composant les canaux galactophores du sein. Les cellules saines se transforment en cellules cancéreuses qui se multiplient de façon anarchique et prolifèrent de façon incontrôlable. Le propre des tumeurs malignes est leur évolution constante par stades. La tumeur prend naissance dans les canaux galactophores du sein, puis grossit localement, puis envahit les tissus voisins, puis se propage dans tout l’organisme, formant des métastases. C’est cette évolution exponentielle qui différencie les pathologies cancéreuses des tumeurs bénignes (kystes, nodules, etc.). Aujourd’hui, le cancer du sein est le cancer le plus répandu chez la femme en France. Il représente près d’un tiers de tous les cancers féminins, et compte plus de 50 000 nouveaux cas chaque année. La prise en charge du cancer du sein ne cesse de s’améliorer au rythme des progrès de la médecine oncologique. C’est aujourd’hui un cancer à bon pronostic, avec un taux de survie nette à 5 ans de 87%. À savoir : le cancer du sein chez l'homme peut également être rencontré, mais de manière très anecdotique.

La chimiothérapie, qu’est-ce que c’est ?

La chimiothérapie est un traitement médical couramment utilisé dans la prise en charge du cancer du sein et de nombreux autres cancers. Il s’agit d’un traitement systémique, que l’on oppose donc aux traitements locaux, comme la chirurgie et la radiothérapie, qui n’agissent que sur une seule zone de l’organisme - a fortiori, l’emplacement de la tumeur cancéreuse. Le traitement systémique, à l’inverse, agit dans tout l’organisme. Il est administré par voie orale ou intraveineuse, et circule dans le sang. La chimiothérapie est fréquemment associée à la chirurgie et à la radiothérapie, ces différents traitements renforçant mutuellement leurs effets.  Concrètement, la chimiothérapie est un cocktail de différentes substances antitumorales. Le choix des molécules utilisées dépend du type de cancer diagnostiqué et du profil de chaque patiente, et peut être adapté à la réponse du cancer, notamment en cas de récidive. Typiquement, les substances antitumorales fonctionnent en détruisant les cellules en division, c’est-à-dire les cellules en train de se multiplier. Pour cause, les tumeurs cancéreuses étant en perpétuelle croissance, elles sont en grande partie composées de cellules en division. Toutefois, la chimiothérapie ne permet pas de ne cibler que les cellules en division des tumeurs cancéreuses. Les cellules en division des tissus sains sont également détruites, ce qui provoque des effets secondaires plus ou moins sévères selon chaque patiente.

La chimiothérapie dans le traitement du cancer du sein

La chimiothérapie fait habituellement partie intégrante du traitement du cancer du sein. Toutefois, chaque protocole de traitement est toujours personnalisé, et le recours à un traitement systémique dépend de la volonté et de l’état de santé de la patiente autant que de la nature de son cancer. En cas de cancer du sein diagnostiqué à un stade très précoce, la chimiothérapie peut laisser la place à des traitements uniquement locaux, notamment lorsque la tumeur est peu agressive et que le risque de récidive est réduit. Dans la plupart des autres cas, le traitement de référence du cancer du sein demeure la chirurgie, associée à une chimiothérapie et à une radiothérapie adjuvantes. La chimiothérapie est adjuvante lorsqu’elle est administrée après une opération chirurgicale visant à ôter la tumeur (tumorectomie) ou le sein entier (mastectomie), dans l’optique de réduire les risques de récidive. Plus rarement, la chimiothérapie est administrée avant la chirurgie afin de réduire la taille de la tumeur cancéreuse en amont de l’intervention chirurgicale. On parle alors de chimiothérapie néoadjuvante. Son but est alors de faciliter l’intervention chirurgicale, et de réduire les risques de voir les cellules cancéreuses se disséminer dans l’organisme au cours de l’opération. Enfin, la chimiothérapie est aussi un traitement palliatif de choix pour ralentir l’évolution de la maladie et la contrôler durablement lorsqu’une chirurgie n’est pas envisageable ou n’est pas souhaitée par la patiente. Dans ce contexte, elle permet d’améliorer la qualité de vie de la patiente, et peut être associée, pour une plus grande efficacité, à une radiothérapie. Pilier de la lutte contre le cancer, la chimiothérapie a une action redoutable sur les cellules tumorales. Elle peut provoquer de nombreux effets secondaires, mais ces derniers sont de mieux en mieux pris en charge pour aider les patientes à mieux vivre leur traitement et réduire les séquelles durables. L’avènement des thérapies ciblées pourrait toutefois changer la donne, avec le développement de nouveaux traitements semblables à la chimiothérapie traditionnelle, mais moins délétères pour les cellules saines.

Plus d'actualités

Lien entre taux de PSA et cancer de la prostate

La radiothérapie dans le traitement du cancer de l’ovaire

Le protocole de dépistage du cancer colorectal