Neurasthénie

La neurasthénie, un trouble psychologique peu connu, se caractérise par une fatigue chronique, des troubles du sommeil et des symptômes anxieux.

Trouver un spécialiste en Psychiatrie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

Décrite comme un état de fatigue intense et durable, la neurasthénie est un terme qui a aujourd'hui été remplacé par celui de "syndrome de fatigue chronique". Autrefois considérée comme un épuisement nerveux associant des troubles physiques hétérogènes, la neurasthénie s'est peu à peu imposée comme une réelle entité médicale. Quels sont les symptômes de la neurasthénie ? De quels traitements bénéficie ce syndrome ?

Définition : qu’est-ce que la neurasthénie ?

Mystérieuse et mal diagnostiquée, la neurasthénie souffre, depuis sa première évocation en 1869 par George Miller Beard, d'une absence de consensus scientifique et médical. Oscillant pendant plusieurs siècles entre la psychiatrie et la neurologie, cette pathologie caractérisée par un état de fatigue intense et persistante ne fait aujourd'hui plus partie du Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM), outil de référence qui classifie les troubles mentaux. Elle est, en revanche, bien présente dans la Classification internationale des maladies de l’OMS (CIM-10). Après avoir navigué entre les différentes appellations, le terme "neurasthénie" semble être délaissé au profit de celui de "syndrome de fatigue chronique" dont la symptomatologie coïncide avec celle – jusqu'alors évoquée – qui décrit la neurasthénie. Mais si la terminologie persiste encore, c'est en partie grâce aux grands psychiatres tels que Wilhelm Erb, Pierre Janet et Hippolyte Bernheim qui ont tenté de théoriser le concept. Sigmund Freud, lui-même, affirma à la fin du XIXe siècle que la neurasthénie était la plus commune de toutes les maladies. Actuellement, le nombre de personnes atteintes de ce syndrome serait de 1 sur 600 à 1 sur 200 dans les pays industrialisés. Si la prévalence indique qu'il ne s'agit pas d'une maladie rare, la neurasthénie – ou syndrome de fatigue chronique – reste très mal diagnostiquée.

Comment devient-on neurasthénique : quelles sont les causes ?

L'étiologie exacte de la neurasthénie n'est pas formellement identifiée. Alors que la communauté médico-scientifique pensait autrefois que la pathologie neurasthénique avait une origine psychique, les études récentes démontrent qu'il n'en est rien. Les hypothèses actuellement explorées privilégient davantage l'association de multiples facteurs dans la survenue du syndrome de fatigue chronique :

  • Des facteurs viraux et/ou bactériologiques : la pathologie est souvent secondaire à une infection virale. Certains professionnels de santé semblent établir un rapprochement entre l'infection par le virus d’Epstein-Barr ou le virus de l'herpès et le déclenchement de la neurasthénie. Cela pourrait être le cas également après une infection par une bactérie du genre Brucella ou Mycoplasma.
  • Des facteurs immunologiques : les chercheurs étudient la piste d'un dérèglement immunologique chez les patients concernés, qui pourrait entraîner une réponse immunitaire inappropriée. Il s'agit de l'une des hypothèses les plus étayées aujourd'hui.
  • Des facteurs hormonaux : l'hormone de croissance et celle du stress (cortisol) présenteraient des taux anormalement faibles chez certains patients touchés par une fatigue physique et une asthénie nerveuse. Chez la plupart d'entre eux, des événements traumatiques ou émotionnellement intenses sont rapportés dans les mois qui précèdent l'apparition des symptômes.
  • Des facteurs environnementaux : l'exposition à des substances toxiques de type pesticides pourrait avoir une incidence dans la survenue du syndrome.

Quels sont les symptômes de la neurasthénie ?

L'une des caractéristiques importantes de la pathologie neurasthénique, c'est qu'elle survient chez une personne qui, jusqu'alors, était en parfaite santé. Selon les estimations, ce sont les adultes entre 20 et 40 ans qui représentent la catégorie de population la plus à risque, avec une large prévalence chez les femmes (deux fois plus de femmes que d'hommes). Sur le plan symptomatologique, la neurasthénie se manifeste principalement par une fatigue intense qui persiste au-delà de six mois. À terme, celle-ci va altérer considérablement la qualité de vie du patient. Parmi les autres symptômes de la neurasthénie, on retrouve également :

  • un sommeil non réparateur : les personnes concernées se réveillent totalement épuisées, comme si elles n'avaient pas dormi ;
  • un état d'épuisement post-effort : les activités de la vie quotidienne ou les activités physiques inhabituelles – même peu intenses – sont une source de fatigue accrue et nécessitent un temps de récupération de plus en plus long ;
  • des symptômes grippaux : fièvre, douleurs musculaires, arthralgies, ganglions cervicaux, maux de tête… Il n'est pas rare que la neurasthénie se manifeste aussi par des signaux typiques du syndrome grippal ;
  • des signes neurologiques et cognitifs : problèmes de mémoire, difficulté de concentration, stress, troubles du sommeil…

Quel diagnostic pour la neurasthénie ou fatigue chronique ?

La fatigue constituant un symptôme commun à de très nombreuses pathologies, l'établissement du diagnostic du syndrome de fatigue chronique s'avère particulièrement délicat pour les médecins. Pour le déterminer formellement, les professionnels de santé doivent, d'une part, bien connaître cette pathologie longtemps dénigrée et, d'autre part, réaliser un diagnostic d'exclusion. Cela signifie qu'ils vont devoir effectuer une investigation médicale de large ampleur afin d'éliminer les autres causes de fatigue potentielles. Pour tenter d'harmoniser les critères de diagnostic de cette pathologie encore mal délimitée, les médecins peuvent s'appuyer sur les critères diagnostiques de Fukuda édités en 1994 ou sur les critères de l’Institute of Medicine. Le diagnostic de la neurasthénie sera posé en présence d'une fatigue qui persiste depuis plus de six mois (ne disparaissant pas au repos) et en l'absence d'autres causes physiques ou psychiques.

Neurasthénie

 

Quels sont les traitements en cas de neurasthénie ?

Les causes de la pathologie n'ayant pas été clairement élucidées, il n'existe actuellement aucun traitement curatif de la neurasthénie. La fatigue, elle, reste un symptôme sans solution thérapeutique à proprement parler. Seuls les différents symptômes font l'objet d'une prise en charge médicale personnalisée. Les traitements de la neurasthénie peuvent s'articuler autour de différents axes en fonction des signes cliniques présentés et de leur intensité :

  • Les médicaments : antidépresseurs et antalgiques sont bien souvent associés afin d'influer sur l'humeur du malade et de soulager les douleurs ressenties.
  • La kinésithérapie : des séances adaptées sont parfois préconisées, de manière à éviter la fonte musculaire et l'aggravation des symptômes.
  • La thérapie cognitive et comportementale : de nombreux patients voient leur état psychique se dégrader en même temps que leur qualité de vie. Un accompagnement est recommandé pour les aider à mieux appréhender leur maladie.
  • La relaxation : cette technique alternative peut aider les personnes stressées à se détendre et à mieux réagir face à des situations pouvant potentiellement accroître leur fatigue.

 

Cet article médical a été relu et validé par un médecin spécialiste en neurologie au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les médecins neurologues au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Prenez tout de suite rendez-vous ! 

Obtenez un rendez-vous en moins de 5 min avec l'un de nos praticiens en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux dans un établissement près de chez vous !

Vos questions fréquemment posées :

Comment sortir de la neurasthénie ?

La neurasthénie, dont les causes restent floues, manque de traitement curatif. La fatigue demeure un symptôme sans remède précis. On gère les symptômes avec diverses approches : médicaments (antidépresseurs et antalgiques), kinésithérapie pour éviter la fonte musculaire, thérapie cognitive pour l'aspect psychique, et relaxation pour réduire le stress.

Qu'est-ce qu'un état asthénique ?

Un état asthénique est une condition caractérisée par une grande faiblesse, une fatigue extrême et une perte de force musculaire. Les personnes souffrant d'un état asthénique se sentent souvent épuisées, sans énergie, et ont du mal à effectuer des tâches quotidiennes. Cet état peut être causé par diverses conditions médicales, notamment des maladies infectieuses, des troubles neurologiques ou des affections psychiatriques.

Neurasthénie ou dépression ?

La neurasthénie et la dépression présentent des similitudes, notamment la fatigue et les troubles émotionnels. Cependant, la neurasthénie est liée à la fatigue chronique et la dépression à des troubles de l'humeur. La distinction repose sur les symptômes, les causes sous-jacentes et les approches de traitements spécifiques pour chaque condition.

Pathologies associées à la psychothérapie

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

4 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

212

établissements et centres