Actualités

Le cancer des voies biliaires est une maladie rare qui touche les canaux qui transportent la bile du foie à l’intestin. Il existe différents types de cancers des voies biliaires selon leur localisation : intra-hépatique (dans le foie), péri-hilaire (à la jonction des canaux hépatiques, droit et gauche) ou extra-hépatique (en dehors du foie).

Le pronostic et le traitement de ce cancer dépendent de plusieurs facteurs, notamment le stade, la taille et la localisation de la tumeur, ainsi que l’état général du patient et la présence d’autres maladies du foie.

Cancer des voies biliaires - espérance de vie

Comment reconnaître et diagnostiquer un cancer des voies biliaires ?

Le cancer des voies biliaires se développe souvent sur une pathologie chronique du foie, comme la cirrhose, l’hépatite, le syndrome métabolique, etc. Le cancer des voies biliaires se manifeste souvent tardivement, lorsque la tumeur obstrue le flux de la bile et provoque des symptômes.

La jaunisse est le symptôme le plus fréquent dans ce type de cancer. La peau et le blanc des yeux deviennent jaunes. L’urine peut aussi devenir jaune foncé, et les selles devenir claires. Les selles peuvent aussi prendre un aspect plus graisseux et flotter dans les toilettes. La bile est une substance de couleur jaune ou verdâtre en raison de la bilirubine, une substance chimique qu’elle contient.

Quand la bile ne peut pas circuler normalement dans l’intestin grêle, il se produit une augmentation de bilirubine dans le corps, ce qui provoque la jaunisse. Les aliments gras ne peuvent plus être digérés normalement. D’autres signes cliniques peuvent se manifester, comme :

  • Des démangeaisons
  • Une perte d’appétit
  • Une perte de poids involontaire et inexpliquée
  • De la fièvre
  • Des nausées ou des vomissements
  • Des douleurs au ventre

Le diagnostic de cancer des voies biliaires repose sur des examens d’imagerie comme l’échographie, le scanner, l’IRM (cholangio-IRM ou cholangio-pancréatographie) ou la cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique (CPRE) qui permettent de visualiser les voies biliaires et de détecter une éventuelle tumeur.

Une biopsie est généralement pratiquée afin de collecter un échantillon de tissu tumoral pour l’analyser au microscope, confirmer le diagnostic et déterminer le type de cancer.

La biopsie est l’examen de référence pour connaître toutes les caractéristiques de la maladie. Des analyses de sang peuvent également être réalisées pour évaluer la fonction hépatique et la présence de marqueurs tumoraux. Avec l’ensemble de ces résultats, le dossier du patient est présenté en Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) avec l’ensemble des spécialistes du cancer (chirurgien, oncologue, radiothérapeute, anatomopathologiste, etc.) pour choisir le plan personnalisé de traitement le plus adapté à la situation.

Les traitements possibles du cancer des voies biliaires

Le traitement du cancer des voies biliaires dépend du stade de la maladie (son extension, la présence de métastases…). La prise en charge peut être curative (dans l’objectif d’éliminer complètement le cancer) ou palliative (afin de soulager les symptômes et améliorer la qualité de vie).

La chirurgie est le traitement de référence du cancer des voies biliaires lorsque cela est possible. La résection tumorale influence grandement les chances de survie des maladies. Le cholangiocarcinome est un cancer des voies biliaires qui peut être traité par la chirurgie si la tumeur est localisée et résécable. La résection chirurgicale consiste à enlever la partie du foie ou du pancréas où se trouve la tumeur.

Une chimiothérapie adjuvante peut être associée pour réduire le risque de récidive. Si la tumeur n’est pas résécable, soit parce qu’elle est trop étendue, soit parce qu’elle a métastasé, la chirurgie n’est pas possible et une chimiothérapie palliative est proposée. Il faut aussi déboucher les voies biliaires en posant une endoprothèse métallique par voie endoscopique ou transcutanée.

Des traitements locorégionaux peuvent être envisagés pour les tumeurs limitées au foie, mais leur efficacité n’est pas prouvée. La transplantation hépatique est une option rare et très sélective pour les cholangiocarcinomes extra-hépatiques hilaires. Des traitements médicamenteux ciblés ou immunologiques sont en cours d’étude pour améliorer le pronostic de cette maladie.

Les facteurs qui peuvent influencer le pronostic et l’espérance de vie du cancer des voies biliaires

L’espérance de vie du cancer des voies biliaires varie selon plusieurs facteurs, qui peuvent être liés au patient, à la tumeur ou au traitement. Parmi les facteurs liés au patient, on trouve l’âge, le sexe et l’état de santé général, qui peuvent affecter la résistance du patient face à la maladie. Parmi les facteurs liés à la tumeur, on trouve le stade, le grade et la localisation, qui déterminent le degré d’extension, d’agressivité et d’opérabilité du cancer.

Dans les facteurs liés au traitement, on trouve la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie, qui visent à éliminer, réduire ou contrôler la tumeur, et qui peuvent avoir des effets bénéfiques ou indésirables sur la survie. Tous ces facteurs sont à prendre en compte pour évaluer le pronostic du cancer des voies biliaires, qui reste une maladie grave et rare, mais qui peut bénéficier de progrès thérapeutiques et d’un accompagnement adapté.

Quelle est l’espérance de vie du cancer des voies biliaires ?

Pour les tumeurs résécables, la survie globale à 5 ans après chirurgie peut varier entre 15 et 40 % en fonction des différentes études. En revanche, si la tumeur n’est pas opérable (ce qui malheureusement est fréquent du fait du stade souvent avancé de la maladie au moment du diagnostic avec envahissement d’autres organes à distance) le pronostic est bien plus sombre et la prise en charge est essentiellement palliative.

Concernant le cholangiocarcinome intra-hépatique, les chances de survie à 5 ans sont comprises entre 20 et 50 % selon les différentes études et en présence d’un cancer de stade avancé. Ces chiffres sont valables pour les patients ayant bénéficié d’une chirurgie de résection de la tumeur.

En cas de tumeur non opérable, les chances de survie sont presque nulles. Ces statistiques sont cependant à prendre avec des pincettes, car elles donnent des estimations très générales sur la probabilité de survivre à un cancer des voies biliaires. Elles ne peuvent pas prédire les chances de survie d’un patient en particulier.

Article écrit le 26/02/2024, vérifié par Centre Finistérien de Radiothérapie et d'Oncologie

Plus d'actualités

11/04/2024

Les cliniques et hôpitaux privés entreront en grève totale à partir du 3 juin pour sauver leurs établissements

20/03/2024

Les traitements systémiques du cancer de la prostate

29/01/2024

Syndrome de Lynch - Risque de cancer héréditaire