Actualités

Le cancer du pancréas est une maladie relativement peu fréquente, avec un peu moins de 15 000 cas diagnostiqués chaque année.

Sa prise en charge repose essentiellement sur l’utilisation de la chirurgie oncologique et de la chimiothérapie, parfois associées à des séances de radiothérapie.

Par ailleurs, les dernières avancées de la recherche apportent de nouveaux espoirs à travers l'identification de caractéristiques propres aux cellules cancéreuses qui pourraient permettre de mettre au point des traitements ciblés significativement plus efficaces dans un avenir proche.  

Les chances de guérison d'un cancer de l'utérus

Le cancer du pancréas : points clés

Le cancer du pancréas est un cancer du tractus digestif qui se développe à partir des cellules composant les canaux pancréatiques. Touchant tant les hommes que les femmes, c’est une pathologie favorisée par le vieillissement des cellules, avec un âge moyen au diagnostic de 73 ans pour les femmes et de 70 ans pour les hommes.

La génétique, l’obésité, le tabagisme, le diabète et certaines pancréatites chroniques sont autant de facteurs pouvant accroître les risques de développer un cancer du pancréas. Le cancer du pancréas suit le schéma de développement de la plupart des tumeurs cancéreuses.

Il se développe d’abord au sein des canaux pancréatiques pour y former une petite masse localisée. On parle alors de cancer in situ. Peu à peu, il traverse la paroi de ces canaux pour envahir les tissus voisins : c’est la forme infiltrante du cancer du pancréas.

Enfin, en l’absence de traitement adapté, les cellules cancéreuses finissent par se disséminer dans tout l’organisme pour former des métastases affectant d’autres organes du corps (os, foie, cerveau, etc.). C’est le stade métastatique. Plus le cancer est à un stade avancé de son évolution au moment de son diagnostic, plus sa prise en charge est délicate.

Vidéo sur les fonctions et principales pathologies du pancréas

Le diagnostic du cancer du pancréas

Le diagnostic du cancer du pancréas est malheureusement souvent tardif : la recherche en médecine oncologique se concentre, de fait, sur l’élaboration d’outils et le développement de connaissances qui permettraient de le dépister plus tôt. En effet, le cancer du pancréas ne provoque pas de symptômes spécifiques, et la maladie est couramment découverte tardivement, lorsque la santé globale du patient s’est affaiblie.

Le processus de diagnostic débute par un examen clinique comprenant habituellement une observation et une palpation de l’abdomen. Si une atteinte pancréatique est suspectée, des examens d’imagerie médicale (scanner) et un bilan biologique (prise de sang) sont pratiqués.

Lorsque les examens d’imagerie médicale permettent de mettre en évidence la présence d’une lésion suspecte, une biopsie est réalisée pour en prélever quelques fragments afin de les analyser en laboratoire. L’analyse en laboratoire, nommée examen anatomopathologique, est le seul moyen d’avérer le caractère cancéreux de la lésion – le cas échéant.

Elle permet aussi d’identifier certaines caractéristiques précises de la tumeur, dont son stade et son grade, afin d’élaborer un traitement sur mesure, le plus susceptible d’être efficace.

 

Les traitements du cancer du pancréas

Différentes thérapies peuvent être mises en œuvre pour traiter un cancer du pancréas. Il est important de noter que chaque protocole de traitement est élaboré au cas par cas, en fonction des caractéristiques du cancer et du profil du patient - mais aussi de ses volontés !

En cas de cancer du pancréas localisé, le traitement de référence est une chirurgie oncologique, à condition que le patient y soit éligible. L’intervention de rigueur, nommée tumorectomie, consiste à ôter la tumeur cancéreuse ainsi qu’une marge de tissus sains autour de cette dernière, pouvant inclure le duodénum et la rate.

Une chimiothérapie adjuvante, administrée à la suite de la chirurgie, complète habituellement la résection tumorale afin de réduire les risques de récidive. Lorsque la tumeur n’est pas opérable et/ou que le cancer se trouve au stade métastatique de son évolution, la chimiothérapie devient le traitement de référence du cancer du pancréas.

Chez le patient opérable qui présente un cancer du pancréas à un stade métastatique, la chirurgie peut encore intervenir en complément de la chimiothérapie pour retirer des métastases localisées afin de ralentir la progression de la maladie et d’améliorer le confort du patient.

Lire également notre article sur la fatigue du patient cancéreux.

 

Les dernières avancées dans la prise en charge du cancer du pancréas

Les dernières avancées en médecine oncologique ont permis d’identifier une enzyme, la CAIX, qui joue un rôle majeur dans la progression du cancer du pancréas et le mauvais pronostic des patients.

L’Anhydrase Carbonique IX (CAIX) est une enzyme produite par la tumeur, qui stimule sa croissance et protège les cellules cancéreuses contre la chimiothérapie. En inhibant l’activité de la CAIX, il pourrait être possible de réactiver l’efficacité de la chimiothérapie contre le cancer du pancréas, et de ralentir significativement la propagation des cellules cancéreuses.

En 2015, un composé inhibiteur de la CAIX a été mis au point. Toutefois, le blocage de l’enzyme ne permettant pas de parvenir à une guérison définitive, les recherches ont persisté, ce qui a conduit à la découverte d’un groupe de gènes permettant aux cellules tumorales de réguler l’accumulation de fer.

Le blocage simultané de ces gènes et de l’enzyme CAIX permet d’observer une accumulation de quantités toxiques de fer dans les cellules cancéreuses, jusqu’à provoquer la mort cellulaire.

Si ces découvertes en sont encore au stade des essais cliniques, elles pourraient révolutionner la prise en charge du cancer du pancréas dans un avenir plus ou moins proche.

Article écrit le 19/04/2023, vérifié par Centre Finistérien de Radiothérapie et d'Oncologie

Plus d'actualités

18/04/2024

Les signes qui montrent que votre foie est malade

18/04/2024

Tout savoir sur le mélanome sous-unguéal, le cancer de l’ongle

20/03/2024

Les traitements systémiques du cancer de la prostate