Dans les cliniques brestoises, les patients opérés en chirurgie orthopédique, bariatrique ou colorectale peuvent bénéficier d’un programme de réhabilitation labellisé GRACE.
Le centre hospitalier privé de Brest (CHPB) est ambassadeur de cette réhabilitation améliorée après chirurgie (Raac).

Les cliniques brestoises ont pour objectif les 70 % de chirurgie ambulatoire fixés par la Haute autorité de santé (HAS) d’ici 2022. Si ce taux atteint déjà les 60 %, « les dernières marches à gravir sont les plus dures », sourit Dominique Delanoë, directeur des opérations au Centre Hospitalier Privé Brestois (CHPB).

CHPB Label GRACE

sur la photo Christine Kermarec, Léna Simon, Thomas Juguet , Karine Le Duff et Nicolas, Prospert, l’équipe du projet Raac. (Crédit Photo Catherine Le Guen)

Anticiper l’opération
Lancée dès 2012 en chirurgie orthopédique, la Réhabilitation améliorée après chirurgie (Raac) consiste en une série de mesures avant, pendant et après l’opération qui permet au patient de mieux comprendre et gérer sa chirurgie, ce qui engendre une sortie plus rapide de la clinique.

La consultation paramédicale en groupe est un point clef de la démarche d’anticipation : encadrés par deux ou trois infirmiers et kinésithérapeutes, les patients ont l’occasion d’échanger, de dédramatiser et de préparer leur retour à domicile. « On ne parle pas de rapidité, mais bien d’amélioration », insiste Nicolas Prospert, directeur adjoint à la performance du CHPB.
Dans le cas d’une opération de la hanche, les patients peuvent recevoir leurs ordonnances en avance et apprendre à utiliser des béquilles : « Le but, c’est qu’il n’y ait plus de surprise ».

Arriver debout en salle d’opération
Les techniques d’anesthésie ont également évolué : la morphine n’est plus utilisée, pour éviter vertiges et nausées, ce qui permet de faire lever le patient deux heures après le réveil. Les cicatrices sont plus petites, la prise d’antalgiques avant la chirurgie permet de réduire les douleurs.
Le projet « patient 3D » (Digne, Debout, Détendu) vient compléter ce dispositif et permet au patient d’être acteur de sa prise en charge en allant debout, dans une tenue décente – plus couvrante que les blouses ouvertes à l’arrière jusqu’alors utilisées -, jusqu’au bloc opératoire. Enfin, l’équipe de CHPB travaille sur le renforcement du lien ville hôpital, afin d’organiser au mieux le retour à domicile avec les soignants libéraux habituels du patient.


Tous les patients peuvent-ils bénéficier de la Raac ? Le programme concerne, pour l’heure, les chirurgies orthopédiques, colorectale et bariatrique.
Certains critères d’exclusion ont été mis en place par le Groupe francophone de réhabilitation améliorée après chirurgie (Grace) qui délivre un label – à renouveler chaque année – aux établissements qui mettent en oeuvre la Raac.

75 % en orthopédie
Mais tous les patients bénéficient des nouvelles organisations, notamment en anesthésie. À ce jour, 75 % des interventions orthopédiques effectuées chaque année par le CHPB bénéficient de la Raac.
En janvier 2019, le CHPB a rejoint huit autres établissements bretons labellisés « ambassadeurs Grace » par l’Agence régionale de santé de Bretagne.
L’efficacité de la Raac est désormais reconnue et constitue une source d’inspiration pour d’autres structures hospitalières.

Extrait du Télégramme du 22/02/2019