Coronarographie

La coronarographie une technique médicale permettant d’examiner l’intérieur des artères coronaires, c’est-à-dire les artères qui alimentent le muscle cardiaque en sang. Elle est réalisée par un cardiologue lorsque le patient présente des symptômes de maladie coronarienne, tels que des douleurs à la poitrine ou des palpitations.

Trouver un spécialiste en Angiologie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

La coronarographie est un examen qui a pour but d’analyser les artères coronaires qui irriguent le cœur. Cet examen aux rayons X avec produit de contraste permet de visualiser à l'aide d'une caméra l’état des artères, une éventuelle obstruction ou un rétrécissement. Découvrez en quoi consiste la coronographie, son but, comment elle se déroule et ses éventuels risques.

Définition : qu’est-ce qu’une coronographie ?

La coronographie ou angiographie coronarienne est un examen d’imagerie médicale invasif, qui a pour but de visualiser les artères coronaires et leurs ramifications, ces dernières irriguant le cœur. Un produit de contraste à base d’iode est introduit via un cathéter (tube long et étroit) dans une artère coronaire. Sa radioactivité le rend visible sur les images radiologiques et permet de s’assurer du bon fonctionnement des artères coronaires, de l’absence de lésion, d’obstruction ou de rétrécissement de ces dernières.

Pourquoi faire une coronographie du cœur ? Quel intérêt ?

La coronarographie étant un examen invasif, elle est prescrite dans le cadre d’une urgence cardiologique, c’est-à-dire en cas de malaise laissant suspecter un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral. Si en revanche le médecin soupçonne une angine de poitrine (angor), ou une maladie coronarienne, l’angiographie coronarienne n’est prescrite qu’en deuxième intention, après une scintigraphie cardiaque, un test d’effort et un électrocardiogramme de repos notamment. Enfin, la coronarographie est aussi l’examen requis avant une opération de chirurgie cardiaque.

Quelle est la préparation nécessaire pour faire une coronarographie ?

Il y a quelques mesures à observer pour bien se préparer à un examen de type coronarographie. Lors de l’entretien préalable avec le cardiologue, il est nécessaire d’évoquer avec lui les traitements et médicaments pris, notamment s’il s’agit d’anticoagulants par voie orale, une éventuelle allergie au produit de contraste iodé, l’existence d’un diabète. Enfin, le patient doit être à jeun pour cet examen, c’est-à-dire n’avoir absorbé ni aliment ni boisson dans les quatre heures qui précèdent.

Quelles sont les contre-indications à une coronarographie ?

Les contre-indications à une coronarographie sont relativement peu fréquentes. Les risques de la coronarographie sont des allergies rencontrées au produit de contraste (à base d’iode). Ou encore de la prise d’un traitement anticoagulant sans possibilité de le suspendre pendant quelques jours pour passer une coronarographie. Enfin, l’absence d’accès vasculaire représente aussi une impossibilité à réaliser une angiographie coronaire.

Comment se déroule une coronarographie ?

L’examen est effectué par un cardiologue interventionnel en milieu stérile, sous anesthésie locale, le patient étant allongé sur le dos. Il se déroule en 20 à 30 minutes. Pour la coronarographie, il est nécessaire d’injecter un produit de contraste iodé, opaque aux rayons X dans les deux artères coronaires du cœur pour bien les visualiser à l’image. Ce produit de contraste est introduit par un cathéter qui est posé après anesthésie locale, soit au niveau d’une artère du pli de l’aine (artère fémorale), soit au niveau d’une artère du poignet (voie radiale). Une fois le cathéter en place, des sondes très fines sont introduites et permettent de faire passer le produit de contraste au niveau des artères du cœur.

Dans la foulée, si le cardiologue constate à cette occasion un rétrécissement des artères coronaires, il peut réaliser une angioplastie coronaire, c’est-à-dire à la pose d’un ballonnet qui est gonflé pour dilater l’artère, puis retiré. Un stent (petit ressort métallique) peut être posé pour éviter que la dilatation obtenue ne perdure pas. L’examen terminé, les sondes et le cathéter sont retirés, un pansement compressif est posé, et le patient est reconduit dans sa chambre. Il y a peu d’effets indésirables associés à la coronarographie. Le patient peut ressentir des bouffées de chaleur dues au produit de contraste, des palpitations cardiaques, ou encore un peu de fatigue à la suite de l’examen.

Si la coronarographie a décelé l’obstruction d’une artère, une chirurgie cardiaque peut être nécessaire. Cette opération chirurgicale cardiaque s’appelle un pontage aorto-coronarien .Elle consiste à réaliser une déviation à l’obstruction artérielle constatée ,grâce à une veine ou à une artère prélevée dans la jambe et greffée au cœur. Dans tous les cas d’anomalie constatée à l’angiographie coronaire, un traitement médicamenteux adapté au cas du patient et un suivi avec un cardiologue sont nécessaires.

Quelles sont les suites après une hospitalisation ou examen des artères coronaires ?

Si la coronarographie a été effectuée par voie fémorale, le patient doit rester allongé quelques heures pour éviter la formation d’hématomes, avant de pouvoir se lever et rentrer à domicile. Si l’angiographie coronarienne a été réalisée par voie radiale, le patient peut se lever dès la fin de l’examen. En conséquence de quoi, la coronarographie pourra nécessiter une hospitalisation de jour avec raccompagnement au domicile par un tiers, ou une hospitalisation brève (48 heures).

Quelles sont les complications et risques possibles d’une coronarographie : douleurs, allergies ?

Même si les progrès chirurgicaux permettent de diminuer les risques lors de la coronarographie, cela reste un examen invasif et donc risqué. Les complications possibles sont notamment une réaction allergique au produit de contraste, un hématome sans gravité au niveau du point de ponction, ou plus exceptionnellement, des blessures des veines lors du passage des sondes. Les complications graves sont rarissimes, de l’ordre de 0,2 à 0,4 cas pour 1 000.

Cet article médical a été relu et validé par un médecin spécialiste en angiologie au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les praticiens angiologues au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Vos questions fréquemment posées :

Combien de temps dure une coronarographie ?

La coronarographie est un examen radiologique des artères coronaires qui dure entre 15 et 30 minutes et qui nécessite une anesthésie locale.

Après une coronarographie, le cardiologue suit généralement le patient de façon régulière, environ tous les 6 à 12 mois. Lors de ces consultations, le médecin vérifie l'état de santé du patient et s'assure que les artères ne se rétrécissent pas de nouveau.

Peut-on retravailler après une coronarographie ?

La reprise du travail dépend de l'avis du cardiologue : en fonction du contexte et du résultat de l'examen le patient pourra reprendre plus ou moins rapidement le travail ou bénéficier d'un arrêt médical notamment en cas de travail physique.

Coroscanner ou coronarographie ?

La coronarographie est un examen radiologique des artères coronaires invasif à l'inverse du coroscanner.

Quel est le prix d'une coronarographie ?

Le prix d'une coronarographie dépend de l'établissement médical dans lequel elle est effectuée, mais elle est en général prise en charge par les assurances maladie.

 

Pathologies associées à l'Angiologie

Traitements associés à l'Angiologie

Examen associé à l'Angiologie

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

2 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

137

établissements