Actualités

Pathologie rare, le cancer du sein est une maladie au pronostic délicat, parfois plus sombre chez l'homme que chez la femme. Pour cause, cette maladie est souvent insoupçonnée chez les hommes, qui se trouvent, par ailleurs, écartés des campagnes de dépistage nationales.

Le diagnostic de la maladie est alors plus tardif, et sa prise en charge a donc moins de chances d’aboutir à une guérison totale ou durable.

Pour autant, il est tout à fait possible de déceler le cancer du sein masculin suffisamment tôt pour le traiter avec succès. Un processus qui commence par être averti de son existence et de ses symptômes.

Le cancer du sein chez l’homme, qu’est-ce que c’est ?

Le cancer du sein est le même chez l’homme que chez la femme. Pour cause, même si l’aspect de leurs poitrines est différent, les seins des hommes et des femmes restent composés des mêmes tissus, et sont, de fait, sensibles aux mêmes affections.

L’affection cancéreuse du sein la plus fréquente est le carcinome canalaire, une tumeur maligne qui prend naissance dans les cellules des canaux galactophores.

Plus rarement, on peut rencontrer des cancers du sein lobulaires, tubuleux ou encore médullaires, qui se développent à partir de cellules des tissus autres que ceux des canaux galactophores.

La différence majeure entre le cancer du sein masculin et féminin est le stade d’évolution de la maladie au moment de son diagnostic.

Grâce aux campagnes de dépistage organisé, la plupart des cancers du sein féminins sont des carcinomes in situ, des tumeurs encore à un stade précoce de leur développement.

Chez l’homme, on retrouve plus volontiers des carcinomes infiltrants, une forme de cancer du sein plus étendue, et plus difficile à traiter.

Symptômes du cancer du sein chez l’homme

Les symptômes du cancer du sein chez l’homme sont variés, mais on observe le plus souvent la formation d’une masse dans la zone du mamelon.
La peau de la zone affectée a tendance à s’épaissir, voire à se tuméfier ou à se rétracter, adoptant un aspect typique de peau d’orange, parfois rouge, gonflée, d’aspect inflammatoire.

Des écoulements du mamelon anormaux, souvent sanglants ou colorés, peuvent compléter le tableau clinique. Dans certains cas, le sein est également douloureux, tendu, lourd, voire déformé.

Toute autre modification de l’aspect du sein ou de ses sensations peut être le signe d’un cancer. Des douleurs et/ou un gonflement des ganglions lymphatiques au niveau de la clavicule ou de l’aisselle peuvent aussi être révélateurs.

Les facteurs de risque du cancer du sein chez l’homme

Il existe des facteurs identifiés comme susceptibles d’accroître les risques de développer un cancer du sein masculin.  

L’existence de prédispositions génétiques, qui peuvent être soupçonnées à travers l’étude des antécédents familiaux de chaque patient et avérées à travers des tests d’oncogénétique, est considérée comme un risque majeur.

Une mutation héréditaire des gènes BRCA1 et BRCA2 est à l’origine de ces prédispositions génétiques au cancer du sein chez l’homme et chez la femme.

Chez les hommes, certains désordres hormonaux (maladie de Klinefelter, gynécomastie, anomalies testiculaires, etc.) peuvent également favoriser le développement d’un cancer du sein.

De fait, un taux anormal d’œstrogènes dans l’organisme peut agir comme un véritable facteur de croissance pour le carcinome canalaire.

D’autres maladies, initialement non hormonales, peuvent également être à l’origine de troubles hormonaux. C’est, par exemple, le cas de la cirrhose du foie.

On considère également l’âge comme un facteur de risque avéré, la plupart des cancers du sein masculins se déclarant après l’âge de 60 ans.

La consommation d’alcool et de tabac, ainsi que l’obésité, pourraient également jouer un rôle dans son apparition.

De manière plus anecdotique, l’exposition à des radiations, par exemple dans le cadre d’un traitement par radiothérapie, doit être considérée comme un facteur de risque.

Tous les hommes présentant un ou plusieurs facteurs de risque devraient en faire part à leur médecin traitant afin d’établir un protocole de surveillance personnalisé au regard de leur profil.

Diagnostic du cancer du sein chez l’homme

Le diagnostic du cancer du sein masculin débute habituellement par une consultation médicale motivée par une modification visible de l’aspect du sein ou de ses sensations.

Des examens d’imagerie médicale (scanner, IRM, mammographie, etc.) peuvent être nécessaires pour confirmer le diagnostic et localiser la tumeur cancéreuse.

Une biopsie est ensuite pratiquée pour prélever quelques cellules tumorales afin d’avérer ou d’infirmer son potentiel malin, ainsi que d’en apprendre davantage sur ses caractéristiques, son stade et son grade.

En fonction de la nature du cancer diagnostiqué, ainsi que des souhaits et du profil du patient, différentes alternatives thérapeutiques pourront être proposées.

Traitement du cancer du sein chez l’homme

La chirurgie oncologique constitue habituellement le traitement de première intention du cancer du sein masculin et féminin.

Elle consiste à ôter chirurgicalement la tumeur cancéreuse (tumorectomie), ou le sein entier (mastectomie) lorsqu’il est nécessaire de créer une marge de sécurité importante.

La mastectomie est plus répandue que la tumorectomie dans le traitement chirurgical du cancer du sein chez l’homme, car ce dernier est fréquemment diagnostiqué à un stade invasif qui impose une large marge de sécurité pour réduire les risques de récidive.

Habituellement, une chimiothérapie et une radiothérapie (chimioradiothérapie) viennent compléter l’intervention chirurgicale pour réduire les risques de récidive. On parle alors de chimioradiothérapie adjuvante.

Ces traitements permettent de détruire les éventuelles cellules cancéreuses restantes pour éviter qu’elles ne prolifèrent à nouveau et ne forment un autre cancer.

Dans certains cas, la radiothérapie du cancer du sein intervient en amont de l’intervention chirurgicale, pour réduire la taille de la tumeur avant son ablation et faciliter l’opération. Il s’agit alors d’une radiothérapie dite néoadjuvante.

L’hormonothérapie s’avère utile dans la prise en charge de la plupart des cancers du sein masculins, ces derniers étant habituellement hormonosensibles. En complément de la triade chirurgie/chimiothérapie/radiothérapie, l’hormonothérapie permet de réduire les risques de récidive et de ralentir la croissance de la tumeur.

Elle vise en effet à supprimer la production d’hormones sexuelles agissant comme des facteurs de croissance sur la tumeur. Elle peut être médicamenteuse et/ou mécanique (orchidectomie).

Le cancer du sein se développe, se diagnostique et se traite de la même manière chez l’homme et chez la femme. En définitive, la différence majeure entre le cancer du sein masculin et féminin est la précocité de son diagnostic.

De fait, cette maladie est si rare chez l’homme qu’elle en est presque insoupçonnable, et même ses symptômes les plus parlants, tels que l’apparition d’une grosseur au niveau du sein, ne sont pas toujours suffisants pour motiver les patients à consulter.

Un diagnostic précoce étant la clé d’un traitement efficace, il est indispensable de ne pas hésiter à consulter si vous observez la moindre modification dans l’aspect ou les sensations d’un ou de vos deux seins, qui plus est si vous présentez des facteurs de risque.

Plus d'actualités

Cancer ORL

Les cancers de la sphère ORL

Cancer de la prostate : les nouveaux traitements

Prise en charge du cancer du sein par chimiothérapie