Spécialités

Dermatologie Laser

Les principes du laser

 

1 - Qu'est-ce qu'un laser ?

Le terme LASER est l'acronyme de "Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation" que l'on peut traduire par « lumière amplifiée par la stimulation et l'émission d'une radiation ».

Un LASER est formé par une cavité laser qui doit comporter au moins 3 éléments :

  • Un milieu actif (gaz, solide ou colorant) : qui va donner son nom au type de laser : laser CO2, laser erbium...).
  • Un dispositif d'excitation (flash d'une lampe ou décharge électrique) qui va exciter les atomes ou molécules du milieu actif.
  • Une cavité de résonance constituée de 2 miroirs dont l'un est semi-transparent pour permettre la sortie de la lumière laser.

  

 

 

La lumière ainsi produite est particulière car elle est bien organisée donc bien plus efficace que la lumière d'une ampoule électrique par exemple.

Elle a une cohérence spatiale (elle est émise dans 1 seule direction, les rayons lumineux ne se dispersent pas) : le laser peut propager sa puissance très loin ou avoir une puissance très concentrée) et une cohérence temporelle (tous les photons sont en phase, donc 1 seule longueur d'onde : la couleur du laser est alors très pure).

Pour essayer d'illustrer ces caractéristiques, on peut comparer la lumière laser à une troupe de militaires marchant au même pas, et la lumière d'une lampe à une foule se promenant. Si la foule passe sur un pont suspendu, il y aura moins de risques d'effets sur le pont que lors du passage de la troupe militaire surtout si la fréquence de résonance du pont est égale à celle de la troupe.

L'intérêt réside donc :

  • Dans la puissance considérable de cette lumière (l’énergie lumineuse atteint sa cible sous forme très concentrée).
  • Dans la précision de cette lumière : elle n'atteint que sa cible, de façon précise en respectant son entourage.

La lumière est transformée en chaleur quand elle est absorbée par la cible d'où la possibilité de détruire une partie bien précise de la peau (tissu-cible) sans léser le revêtement superficiel et donc sans laisser de cicatrice : c'est la longueur d'onde d'émission du LASER qui fait la spécificité de la machine. Il existe donc des lasers vasculaires (qui atteignent les couleurs rouges), des lasers pigmentaires (qui ont comme cibles les couleurs marron ou noires ou bleu foncé).

Pour mieux comprendre on peut faire une comparaison avec les rayons infrarouges du soleil qui sont être absorbés par la couleur noire (et moins bien par d'autres couleurs). C'est pour cela que la carrosserie d'une voiture noire sera brûlante au soleil et celle d'une voiture claire le sera moins.

 

2 - Les cibles du LASER en dermatologie

 Couleur brune ou foncée : poils (épilation), taches brunes, pigment des tatouages ...

Couleur rouge : vaisseaux sanguins (couperose, angiomes...)

 

 

Différences entre lampes flashs et lasers

 

Les lampes flashs ou lampes intenses pulsées (IPL : intense pulse lights) se rapprochent des LASERS.

Elles correspondent à des lampes qui ont plusieurs longueurs d'ondes mais qui ont des filtres qui vont pouvoir leur donner une action spécifique sur les différentes cibles à traiter et qui, bien qu'elles propagent leur lumière dans plusieurs directions, ont un réflecteur qui dirige (canalise) la lumière vers la zone à traiter.

Leur intérêt est de pouvoir traiter une plus grande surface lors d'un flash (et de pénétrer en profondeur).

 

Les soins

 

  • Epilation (élimination des poils disgracieux).
  • Rajeunissement amélioration des ridules et du vieillissement de la peau (aussi appelé : remodelage ou photoréjuvénation ou photorajeunissement).
  • Traitement des taches brunes.
  • Traitement de la couperose, des rougeurs du visage, du décolleté…
  • Traitement des angiomes (tâches de vin), angiomes stellaires (points rouges en étoile), angiomes rubis (points de couleur rouge-violacée), angiomes des lèvres …
  • Elimination des TATOUAGES.

 

Comment choisir son lasériste ?

 

Il faut qu'il soit médecin, les lasers les plus efficaces ne peuvent être actuellement utilisés que par des médecins (lasers classe 4, arrêté du 6/01/66 modifié le 2/05/76) et qu'il utilise le LASER lui-même (ne délègue pas cet acte à un(e)assistant(e)).

Le fait qu’il soit spécialiste est une sécurité supplémentaire. Un dermatologue saura mieux traiter vos problèmes de peau. Il saura faire la différence, par exemple, entre une tâche brune bénigne à traiter par laser et une tâche pouvant devenir cancéreuse à biopsier puis à enlever chirurgicalement.

Il doit savoir dire non si le laser n'est pas indiqué pour vous et ne doit pas chercher par tous les moyens à rentabiliser ses machines (intérêt d'être en groupe pour partager les frais d'achat et de maintenance et pour changer de lasers en fonction des progrès techniques).

Il doit avoir de l'expérience et se former régulièrement car c'est une technique qui évolue constamment.

 

Lien vers le site pour plus de précisions : http://www.dermatolasercentre.fr/