Actualités

Depuis quelques jours, la maternité de la POLYCLINIQUE MAJORELLE propose aux mamans césarisées de rester connectées à leur enfant en salle de réveil grâce à un casque de réalité virtuelle. Les nouvelles technologies au service de la santé des mères.

Tout parent qui l'a vécu le sait. Difficile de mettre des mots sur les premiers instants après la naissance. Les premières images, les premiers sons deviennent des éléments précieux et inoubliables. C'est cette intensité de bonheur qui est parfois écourté à la suite des césariennes. En effet, une séparation pendant près de deux heures est mise en place juste après l'accouchement. « La césarienne est un acte chirurgical. Les futures mamans sont donc au bloc opératoire et sont placées en salle de réveil pendant à minima deux heures », précisent les équipes de la maternité de la polyclinique Majorelle. Pendant ce temps, le bébé est installé dans une salle du service néonatalogie pour une rencontre peau à peau avec le papa.

Si l'efficacité de ce dispositif numérique réside dans l'engagement du personnel soignant, tout le monde a été séduit. L'arrivée du casque de réalité virtuelle vient d'une certaine manière placer les nouvelles technologies dans un usage d'accompagnement des familles. Cette innovation permet ainsi de maintenir l’unité familiale, limiter l’angoisse liée à la séparation, réduire le stress créé par l’environnement technique et proposer une expérience unique voire innovante. Pallier l'idéalisation de cet instant magique que peuvent se faire les futures mères en amont aussi.

Un film des premiers instants

« Toutes les césariennes ne sont pas programmées. Il faut accepter pour une mère que cet acte chirurgical vienne contrarier la première rencontre qu'elle va avoir avec le nouveau né et la création du lien. » Avec 2 500 accouchements annuels dont près de 20% par césarienne à la maternité de la polyclinique Majorelle, l'outil technologique, acheté à deux exemplaires, a de beaux jours devant lui. Et ce sont les premières concernées qui témoignent de son intérêt. « Après une césarienne, quand on vient de donner vie d’une façon si abstraite, le casque permet de mieux réaliser l’événement et de rassurer la mère », explique Maria, première utilisatrice du casque. « Toutes les mères affichent une satisfaction totale. Entendre le bébé qui pleure, voir les premières interactions avec le père par une petite lucarne, c'est aussi une belle forme de découverte », explique une cadre de santé.

Si la polyclinique Majorelle reste un établissement privé à double vocation, obstétricale et chirurgicale, la notion commerciale leur colle aussi parfois à la peau. Mais pas un seul élément ici. « Le dispositif n'entraîne aucun surcoût. Cela n'aurait pas été possible. Nous sommes dans un moment humain extrêmement fort et cela n'a pas de prix », concluent les équipes de la maternité. Le seul petit bonus payant pour les parents se résume à la possibilité de quitter la maternité avec les images enregistrées sur une clé USB. Pour 29€. Un joli cadeau de naissance pour des souvenirs impérissables.

© La Semaine - Baptiste Zamaron - Semaine du 23 mai 2019