Spécialités

Chirurgie vasculaire

Qu’est-ce que la chirurgie vasculaire ?

La chirurgie vasculaire est la discipline chirurgicale qui traite les maladies des artères, veines et vaisseaux du thorax, des bras et des jambes. Les artères du cou (carotides), l’aorte abdominale, ainsi que le réseau veineux superficiel (varices) et profond des membres inférieurs sont concernés en priorité. La chirurgie vasculaire peut réparer un rétrécissement – épaississement de la plaque d’athérome, dû à un excès de cholestérol –, une dilatation continue ou très localisée (anévrisme) ou une obstruction, sténose ou thrombose affectant artères et veines. Le crâne relève de la chirurgie neuro-vasculaire, le cœur de la chirurgie cardiaque

Que fait le chirurgien vasculaire ?

Après exploration radiologique à l’aide d’appareillages chaque jour plus sophistiqués qui sont soit non invasives échographie-doppler, angioscanner, angio IRM ou invasive  artériographie, phlébographie(écho-doppler, artériographie, phlébographie, angioscanner, angioIRM…), le chirurgien vasculaire utilise, en association ou non avec un traitement médicamenteux, deux grandes voies d’intervention :

  • Le traitement endovasculaire : Les instruments sont introduits par l’intérieur d’une veine ou d’une artère pour pratiquer par exemple une angioplastie (dilatation d’une artère, pose d’une endoprothèse…)
  • La chirurgie ouverte conventionnelle : Soit il intervient de manière classique si la lésion est importante ou située hors d’atteinte du procédé endovasculaire, pour réaliser un pontage par exemple

Entre les deux se développent de nouvelles techniques de chirurgie dites minimales invasives permettant une intervention avec un point d’entrée de très petite taille, diminuant d’autant la durée de rémission, les complications et le risque de cicatrice résiduelle.

Quand consulter un chirurgien vasculaire ?

Un médecin généraliste ou un spécialiste oriente vers un chirurgien vasculaire, lorsque les symptômes font suspecter une atteinte vasculaire.

Le rétrécissement artériel se manifeste le plus souvent par une douleur à la marche appelée claudication. Elle survient  chez un patient présentant des facteurs de risques cardio-vasculaires (tabagisme, hypertension artérielle, diabète, hypercholestérolémie, obésité, etc.). Les anévrysmes en particulier de l’aorte abdominale sont de découverte le plus souvent fortuite dans le cadre d’un examen réalisé pour la prise en charge d’une autre maladie ou dans le cadre d’un dépistage. Rarement ils sont diagnostiqués en urgence lorsqu’ils se rompent.

L’insuffisance veineuse liée à la dilatation des veines (varices) se manifeste de diverses manières jambes lourdes, œdème d’un membre, rougeurs et démangeaisons, douleurs localisées. Le rôle du système vasculaire est majeur : toute anomalie de ce réseau peut affecter l’ensemble de l’organisme et doit être investiguée, traitée et surveillée. 

Opération chirurgicale vasculaire artérielle : dangers et risques.

Les risques d’une chirurgie vasculaire sont d’abord ceux de toute opération nécessitant une anesthésie, en particulier générale, et sont en corrélation avec l’âge et l’état de santé du patient et à l’étendue et la gravité de l’atteinte artérielle. La chirurgie endovasculaire – mieux tolérée permet, de limiter la durée de séjour en particulier en soins intensifs, le retour à une vie normale plus rapide. Elle est privilégiée autant que possible. Quel que soit le procédé d’intervention, l’atteinte des artères est une pathologie grave qui expose à des risques hémorragiques, de thrombose par migration d’un caillot de sang ou d’une parcelle d’athérome ou des risque infectieux.

 

Dr Gilles REGNAULT DE LA MOTHE

Chirurgien vasculaire