Actualités

Ce mardi 1 février, toute la journée, la clinique castelroussine Saint-François organisait une journée de prévention et de dépistage des maladies du foie, du VIH et du VHC.

Depuis 9 h, ce mardi 1er février, les patients se succèdent dans la salle d’attente du docteur Guillaume Deest, hépatologue et gastro-entérologue à la clinique Saint-Francois de Châteauroux. Tous viennent pour la même raison, le dépistage des maladies du foie. "C’est la première fois que l’on organise cette journée, mais vu l’engouement qu’elle suscite, on renouvellera sûrement l’opération" , se félicite le praticien.

Vient le tour d’Alain, 69 ans. Dès que le retraité castelroussin a vu l’annonce sur le journal, il a coché la date sur le calendrier. "Migraineux, j’ai régulièrement pris du paracétamol (dont une consommation exagérée peut avoir des conséquences graves sur le foie) et passé pas mal d’examens dans ma vie. À chaque fois, on me faisait la remarque que j’avais un gros foie. Voulant profiter de ma retraite encore un bon moment, j’ai décidé de vérifier tout ça." La cirrhose n’est pas uniquement liée à l’alcool Les maladies du foie ont la particularité d’être très longtemps indolentes. Trop souvent, les patients arrivent en consultation lorsqu’ils sont déjà rendus au stade, dit "de complications", voir même de cirrhose ou de cancer du foie.

"L’idée est de dépister toutes les lésions, asymptomatiques, qui sont présentes en amont, comme la stéatose hépatique (“ la maladie du foie gras ”), souvent liée au diabète, à l’obésité, au surpoids. Et la fibrose, la lésion à l’origine de la cirrhose, qui, d’ailleurs, n’est pas uniquement liée à l’alcool", insiste le soignant. Des pathologies qui concernent – la plupart du temps – des patients âgés d’un certain âge "car il faut avoir vécu un certain nombre de temps avec un comportement à risque pour voir apparaître des dégâts".

Après avoir retiré son haut, Alain s’allonge sur une table, tandis que le docteur Deest s’apprête à utiliser un appareil ressemblant à un échographe. "Il s’agit d’un Fibroscan®, qui remplace la biopsie du foie beaucoup plus invasive et nécessitant une anesthésie locale. Celui-ci, rapide et indolore, permet de mesurer l’excès de graisse au niveau du foie et son élasticité." Concernant Alain, tout est parfait. "Vous avez le foie d’un jeune homme", indique le médecin à son patient, rassuré.

Dans le cas inverse, des analyses supplémentaires sont nécessaires. Le trod teste uniquement les anticorps Juste à côté, dans une autre salle de consultation, on dépiste le VIH (sida) et le VHC (hépatite C). Une initiative de l’Association Addictions France.

Sur place Mayika Defoundoux, coordinateur au Centre d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues (Caarud), réalise un test rapide d’orientation diagnostique (trod) aux personnes qui le souhaitent. Il faut vingt minutes pour connaître le résultat. "Le trod teste uniquement les anticorps, s’il s’avère positif, des analyses plus complètes sont nécessaires pour s’assurer que le patient testé est bien atteint par l’un ou l’autre virus", complète-t-il. L’occasion également pour le référent d’évoquer l’évaluation de la prise de risque telles que la sexualité ou la prise de stupéfiants, de leur donner des préservatifs internes, mais aussi de les rassurer et de les accompagner dans cette démarche.

Au terme de cette journée spéciale, une centaine de patients ont été dépistés pour les maladies du foie. 30 % d'entre eux présentaient une stéatose et 15 % vont devoir être suivis. Enfin, de nombreuses fibroses et trois cirrhoses ont été détectées. Alexandre Martel, la Nouvelle république

Plus d'actualités

11/04/2024

Les cliniques et hôpitaux privés entreront en grève totale à partir du 3 juin pour sauver leurs établissements

Recrutement

20/09/2023

20/09/2023

Retrouvez les Hôpitaux Privés du Centre ELSAN au Village des recruteurs d'Orléans