Actualités

Afin de répondre aux besoins de l’établissement, l’hôpital privé d’Eure-et-Loir a organisé, pour la première fois, un job dating qui a attiré essentiellement des jeunes en 3e année d’Institut de formation.

L’hôpital compte un effectif de 220 personnes (environ 80 % de soignants et 20 % d’administratifs) et une centaine de médecins. « Nous connaissons un déficit d’une dizaine de personnels soignants, explique Frédéric Babin-Chevaye, le directeur. 5 %, ce n’est pas dramatique et cela ne devrait pas nous empêcher d’accueillir correctement les patients cet été y compris aux urgences. Mais c’est une pression supplémentaire sur les effectifs présents et des recours réguliers à l’intérim. »

Départs en retraite, mutations, changements d’orientation professionnelle : le taux de départ n’a pas augmenté mais il devient plus difficile de trouver des remplaçants.

Être à l’écoute…

« Si le personnel présent reste attaché à l’hôpital, moins de candidats nous rejoignent par rapport aux années précédentes. Ces métiers, difficiles, posent des contraintes d’où une baisse d’intérêt, renforcée par le Covid surtout en milieu hospitalier. Les jeunes générations aspirent à un équilibre entre la vie familiale et la vie professionnelle. Nous voulons travailler sur ce sujet, aménager des horaires pour les mères de famille, être à l’écoute des collaborateurs. De bonnes conditions de travail permettent de mieux s’investir dans ses tâches », souligne le directeur. 

Article paru dans l'Echo républicain du 7 juillet 2022

Plus d'actualités

Conseils

Semaine Sécurité Patient

Job Dating à l'hôpital privé d'Eure-et-Loir

Live endométriose avec le Dr Fournier