Actualités

Le lymphome de Hodgkin (ou lymphome hodgkinien) est un type de cancer qui affecte le système lymphatique. Il peut toucher des personnes de tout âge, mais il est plus fréquent chez les jeunes adultes et les personnes âgées. Il nécessite une prise en charge adaptée et un suivi régulier.

Lymphome de Hodgkin - Cancer du système lymphatique

 

Qu’est-ce que le lymphome de Hodgkin ?

Le lymphome de Hodgkin est un type de cancer qui se caractérise par la présence de cellules anormales (cellules de Reed-Sternberg, un type de lymphocytes) qui se multiplient de manière anarchique et qui envahissent les tissus lymphatiques. Le système lymphatique se compose de vaisseaux, de ganglions, de la rate, du thymus et des amygdales.

Son rôle principal est de transporter la lymphe, un liquide qui contient des cellules immunitaires, des anticorps et des déchets. Le système lymphatique participe ainsi à la défense de l’organisme contre les infections et les maladies. Le lymphome de Hodgkin représente près de 10 % de tous les lymphomes. En France, on estime le nombre de nouveaux cas à 2 127 en 2018 (Institut National du Cancer).

Cette pathologie peut survenir à tout âge, mais elle est plus fréquente chez les jeunes adultes et les personnes âgées. Les causes d’un lymphome hodgkinien ne sont pas encore totalement connues, mais certains facteurs pourraient augmenter le risque de voir apparaître ce cancer du système lymphatique, comme :

  • Une infection par le virus d’Epstein-Barr, responsable de la mononucléose infectieuse (ou maladie du baiser). Ce virus peut endommager le fonctionnement des cellules immunitaires et favoriser la transformation des cellules de Reed-Sternberg.
  • Un déficit immunitaire (acquis ou induit par des traitements). Les personnes qui présentent un système immunitaire affaibli sont plus vulnérables aux infections et aux cancers.
  • Une exposition à des substances toxiques comme le tabac, l’alcool, les solvants, les pesticides… Ces substances peuvent endommager l’ADN des cellules et entraîner des mutations génétiques.

 

Cancer du système lymphatique ou lymphome de Hodgkin : quels sont les symptômes ?

Le symptôme le plus révélateur du lymphome de Hodgkin est l’apparition d’un ou plusieurs ganglions lymphatiques enflés, mais indolores, le plus souvent au niveau du cou, des aisselles ou de l’aine. Ces ganglions peuvent être sensibles à la pression.

Ils peuvent aussi provoquer des symptômes lorsqu’ils compriment d’autres organes et structures du corps comme une toux, une difficulté à respirer, des douleurs thoraciques, des troubles digestifs, des troubles urinaires, etc. D’autres signes cliniques plus généraux peuvent survenir en cas de lymphome hodgkinien, comme de la fièvre, des sueurs nocturnes, une perte de poids inexpliquée, une asthénie, des démangeaisons, une éruption cutanée…

Cependant, ces symptômes ne sont pas spécifiques à la maladie et peuvent très bien avoir d’autres origines, même bénignes. Leur présence doit cependant inciter à consulter son médecin, surtout s’ils persistent ou s’ils s’aggravent.  

Diagnostic du lymphome de Hodgkin

Comme pour de nombreux cancers, le diagnostic du lymphome de Hodgkin repose essentiellement sur la biopsie qui consiste à prélever un échantillon de tissu au niveau d’un ganglion lymphatique. Cette biopsie permet de détecter la présence des cellules responsables de la maladie qui sont caractéristiques de ce type de cancer. Elle peut être pratiquée sous anesthésie locale ou générale en fonction de la localisation et de la taille du ganglion.

Une fois que le diagnostic est établi de façon formelle, il faut évaluer l’étendue de la maladie et contrôler le nombre et la localisation des zones touchées. Différents examens sont alors réalisés en ce sens, selon les recommandations de l’équipe médicale : il peut s’agir d’un bilan sanguin, d’une radiographie thoracique, d’une échographie abdominale, d’un scanner, d’une IRM, d’un PET SCAN, etc. Ces examens complémentaires permettent de déterminer le stade du lymphome de Hodgkin, un des éléments clés pour choisir le traitement le plus adapté.  

Lymphome de Hodgkin : les traitements possibles

La prise en charge du lymphome de Hodgkin dépend de plusieurs paramètres comme son type histologique, son stade, l’âge du patient touché ou son état de santé général. Le traitement de référence du lymphome hodgkinien est la chimiothérapie qui consiste à administrer des médicaments pour détruire les cellules tumorales.

La chimiothérapie peut être associée à une radiothérapie, dont le principe repose sur l’utilisation de rayons de haute énergie pour irradier les zones touchées par le cancer.

La chimiothérapie et la radiothérapie peuvent provoquer des effets secondaires comme des nausées, des vomissements, une infection, une perte de cheveux, des troubles cutanés, etc. Les patients touchés par un lymphome de Hodgkin peuvent aussi bénéficier de traitements ciblés qui vont agir spécifiquement sur les cellules responsables de la maladie ou sur les mécanismes impliqués dans la croissance de ces cellules. Ces traitements peuvent être des anticorps monoclonaux qui reconnaissent les cellules cancéreuses et les neutralisent, ou des inhibiteurs de la tyrosine kinase qui bloquent les signaux qui stimulent la prolifération des cellules cancéreuses.

Ces thérapies ciblées peuvent être utilisées seules ou associées à la chimiothérapie ou à la radiothérapie. Elles peuvent présenter moins d’effets secondaires que les traitements conventionnels, mais elles ne sont pas efficaces pour tous les patients. Dans les cas les plus sévères, ou en cas de rechute, il peut être nécessaire de recourir à une greffe de moelle osseuse. Ce geste consiste à remplacer la moelle osseuse du patient par celle d’un donneur compatible pour restaurer la production de cellules sanguines et de cellules immunitaires.

Mais elle présente des risques importants comme un rejet ou une infection.   En résumé, le lymphome de Hodgkin est un cancer du système lymphatique qui se manifeste surtout par un gonflement des ganglions lymphatiques de manière indolore. D’autres signes généraux peuvent s’y associer.

Le diagnostic repose majoritairement sur la biopsie d’un ganglion lymphatique ou d’une autre zone atteinte. Le traitement va dépendre du stade de la maladie et du type de lymphome de Hodgkin. Il peut inclure une chimiothérapie, une radiothérapie et une thérapie ciblée. Une greffe de moelle osseuse peut parfois être proposée.

Le lymphome de Hodgkin est une maladie grave, mais qui peut être guérie chez bon nombre de patients. Le suivi régulier est cependant primordial, car les rechutes sont possibles, notamment dans les deux années qui suivent la fin des traitements.

Article écrit le 09/01/2024, vérifié par Equipe médicale de l'Institut Privé de Radiothérapie de Metz

Plus d'actualités

Cancer du sang

05/12/2023

05/12/2023

Baisse des plaquettes (thrombopénie) et cancer : causes, symptômes et solutions

06/11/2023

Douleurs articulaires et musculaires liées au cancer : causes, symptômes et prise en charge

04/10/2023

Cancer des sinus et des fosses nasales