Actualités

[RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE]

👉🏻 Regarder la VIDEO

L’innovation technologique permet de proposer des modalités de traitement à des patients considérés jusque-là comme incurables. C’est le cas de la radiologie interventionnelle à visée thérapeutique en cancérologie, l’une des nouvelles armes contre le cancer qui complète les traitements classiques que sont la chimiothérapie, la radiothérapie et la chirurgie.

La radiologie interventionnelle comprend les procédures permettant la réduction de la taille de la tumeur, sous contrôle d’un moyen d’imagerie (fluoroscopie, échographie, scanner, IRM), réalisées par un médecin radiologue formé aux techniques interventionnelles.
« Certains patients atteints de cancer du foie en bénéficient tout particulièrement, lorsqu’une intervention chirurgicale n’est pas possible soit à visée de traitement définitif, soit afin de réduire la taille de la tumeur » témoigne le Dr Alexandre Coffin, radiologue interventionnel à Santé Atlantique (#nantes), classée 2e meilleure clinique de France par Le Point en 2020 et 2021. Les patients atteints d’un cancer du foie arrivent souvent à un stade avancé de leur maladie, parfois avec plusieurs comorbidités associées. Lorsque la tumeur est trop grosse ou mal localisée, il peut arriver que la chirurgie ne soit pas une option en raison du risque de complication ou d’échec thérapeutique, limitant la prise en charge à des soins systémiques comme la chimiothérapie. La radiologie interventionnelle permet d’offrir une option thérapeutique curative à près de la moitié de ces patients non éligibles à une chirurgie.

L’intervention se déroulant sous imagerie médicale, la résolution des images et la précision des outils de guidage sont clés. « Nous avons souhaité, avec les équipes de chirurgie et de radiologie, équiper la salle hybride avec du matériel de radiologie interventionnelle de très haute performance » souligne Thomas Divisa, Directeur Général de Santé Atlantique. De cette façon, le radiologue interventionnel peut reconstruire et visualiser de manière très précise les organes et la circulation sanguine en 3D. Au-delà de la prouesse technique, cela permet également de limiter à une seule injection l’utilisation de produit de contraste, réduisant ainsi les risques d’effets secondaires pour le patient.
Comme pour toute prise en charge du cancer en France, tous les traitements sont discutés et validés en réunion de concertation multidisciplinaire réunissant chirurgiens hépato-gastroentérologues, oncologues, radiothérapeute et radiologues qui sont à même de discuter de la meilleure proposition pour le patient en en fonction de la taille de la tumeur, de sa localisation dans le foie et de l’état général du foie du patient.

Plus d'actualités

Exposition de MiA Loret-Jarry à Santé Atlantique

Séjour thérapeutique avec IASO

Pari tenu pour les gastroentérologues !