Actualités

Il y a plus de 6 000 entorses de cheville chaque jour en France. Dans de nombreux cas, il persiste un tissu cicatriciel qui peut être utilisé pour une ligamentoplastie (nombreuses techniques : Karlstrom, Broström, Blanchet…). Mais parfois il n’y a plus de reliquat cicatriciel mais simplement un tissu d’interposition sans valeur mécanique. La technique de Takao apporte alors une solution valable.

L’anesthésie peut être locorégionale ou générale.

Il y a tout d’abord un prélèvement du gracilis par une courte incision axiale, en dedans de la tubérosité tibiale antérieure.

Il y a ensuite un abord latéral de la cheville pour exposer le col du talus et la malléole fibulaire.

Une contre-incision sera faite en sous-malléolaire pour forage du calcanéus.

Le transplant est tout d’abord fixé dans le col du talus, il est ensuite tendu dans la malléole fibulaire puis fixé secondairement dans le calcanéus.

Cela reconstitue ainsi le ligament tibio-fibulaire antérieur (LTFA) et le ligament fibulo-calcanéen (LFC).

La fermeture se fait plan par plan sans drainage.

L’hospitalisation est de 48 heures, la remise en charge est précoce, avec usage de cannes et rééducation. L’usage d’une botte de marche facilite la réhabilitation, elle sera portée de façon intermittente.

L’entorse chronique de cheville, non traitée, provoque une instabilité douloureuse et à terme une arthrose tibio-talienne dont le traitement est difficile et en tout cas laisse des séquelles non négligeables (prothèse, arthrodèse…).

Le traitement secondaire d’une instabilité douloureuse de cheville, si le tissu cicatriciel n’a pas de valeur mécanique (intérêt de l’échographie dynamique), peut consister en la réfection du LTFA et du LFC par un transplant prélevé au genou (gracilis) avec de bons résultats fonctionnels obtenus sans immobilisation prolongée.

PHOTO