Certains facteurs de risque du cancer du sein ne sont pas évitables

Les principaux facteurs de risque de cette maladie sont désormais bien connus : l’âge, les antécédents familiaux et certaines prédispositions génétiques. Ceux-ci justifient d’un dépistage manuel par autopalpation et par votre médecin gynécologue (en recherchant l’apparition d’une déformation, masse ou boule) ou d’examens mammographiques dans le cadre du dépistage organisé. Des études en cours proposent même d’adopter un dépistage plus personnalisé adapté au niveau de risque de chaque femme. Un suivi très spécifique sera proposé pour les personnes porteuses d’une anomalie génétique.

Toutefois, il faut éviter au maximum la réalisation de mammographies chez les femmes jeunes. En effet l’exposition à des radiations ionisantes avant l’âge de 40 ans est susceptible d’augmenter le risque de cancer du sein.

En revanche, il est possible d’agir sur d’autres facteurs de risque

Le surpoids augmente de façon significative le risque de cancer du sein. Vous pouvez le limiter grâce à une alimentation saine et simple. Par exemple, privilégiez un régime de type méditerranéen et évitez la consommation d’aliments « ultra-transformés ». En effet, ceux-ci (plats préparés congelés, barres chocolatées, biscuits apéritifs) seraient responsables d’un sur-risque de cancer du sein de plus de 10 % selon l’étude NutriNet-Santé.

La pratique de la marche rapide au moins 30 minutes par jour, en augmentant progressivement selon ses capacités jusqu’à des activités modérées de 60 minutes par jour ou intenses 30 minutes par jour pourrait diminuer le risque de cancer du sein de 15 à 20 %. Ce bénéfice est d’autant plus important si l’on pratique une activité continue dès l’adolescence.

Une consommation excessive d’alcool expose à de nombreuses maladies graves. À ce sujet, il est avéré que près de 15 % des cancers du sein sont dus à l’alcool. Il n’est pas question de bannir l’alcool, mais de limiter sa consommation qui ne devra être qu’occasionnelle et si possible pas quotidienne.

Pour le tabac par contre… là, il est tout bonnement proscrit. « De toute façon, il faut être clair : le tabac a des impacts très négatifs en termes de santé et sur tout le corps donc son arrêt est positif. En plus, vous retrouverez du goût et du souffle… ce qui est toujours plaisant » !

Il est désormais acquis que la pilule contraceptive n’augmente pas le risque de cancer du sein, mais elle devra être évitée dans certains cas sur avis médical. Il est également recommandé de limiter la prise prolongée d’hormones après la ménopause.

La pollution, elle, favorise également le cancer du sein, mais aussi d’autres types de cancers. Connues de toutes et tous, ces recommandations paraissent tellement simples et évidentes que bien souvent, on finit par les négliger.

La Cuvée des roses pour sensibiliser !

Pour Octobre Rose, l’association Bubble K, en collaboration avec le Centre de cancérologie Les Dentellières et la brasserie Terre et Tradition, lance la Cuvée des roses. Cette bière rose sans alcool sensibilisera à la prévention et au dépistage du cancer du sein.

Plus d'actualités

Cancer de la langue : la chimiothérapie dans le traitement

La prise en charge du cancer de l'œsophage

La radiothérapie stéréotaxique au Centre de cancérologie Les Dentellières