Le cancer du côlon, ou cancer colorectal, constitue la deuxième cause de décès par cancer en France. Particulièrement répandu, il est le troisième cancer le plus fréquent chez l’homme et le deuxième chez la femme. Son incidence élevée en fait un problème de santé publique central, et la précocité de son diagnostic s’affirme comme un enjeu majeur de sa prise en charge. Il est donc particulièrement important d’apprendre à reconnaître les tout premiers symptômes, mais aussi d’effectuer des tests de dépistage réguliers pour espérer le traiter efficacement.

symptomes cancer colorectal

Le cancer du côlon, qu’est-ce que c’est ?

Le cancer du côlon est une tumeur cancéreuse qui se développe à part des cellules glandulaires tapissant les parois du côlon. Le côlon est un organe situé à l’extrémité du gros intestin. Il permet d’absorber l’eau et les nutriments des aliments digérés, puis de les faire transiter vers le rectum. On parle souvent de cancer colorectal, car la frontière entre le côlon et le rectum est peu distincte, et les deux organes sont composés des mêmes tissus, ce qui les expose aux mêmes types de cancers. Au fil du temps, le côlon est susceptible de subir différents changements à même d’engendrer la croissance anormale de certaines cellules. Ces cellules tendent alors à former de nouvelles masses ou lésions, phénomènes que l’on nomme néoplasies. Fort heureusement, toutes les néoplasies du côlon ne sont pas systématiquement cancéreuses. Parmi les tumeurs non cancéreuses du côlon, on trouve essentiellement les polypes hyperplasiques. D’autres lésions, comme les adénomes, sont considérées comme précancéreuses, c’est-à-dire bénignes, mais susceptibles d’évoluer vers une pathologie cancéreuse si elles ne sont pas traitées. L’adénocarcinome est le type de lésion cancéreuse le plus souvent retrouvé en cas de cancer du côlon et du rectum.

Les symptômes du cancer du côlon

Aux premiers stades de la maladie, il est fréquent que le cancer du côlon ne provoque aucun symptôme. La masse étant habituellement de petite taille et limitée à une zone restreinte du côlon à ses prémices, elle ne gêne pas le fonctionnement de l’organe et ne cause pas de douleurs ni d’inconfort. Au fur et à mesure de la croissance de la tumeur, des symptômes fonctionnels et généraux tendent à apparaître. Toutefois, ils sont rarement spécifiques au cancer du côlon : d’autres maladies peuvent provoquer les mêmes signes cliniques.

Les premiers symptômes du cancer du côlon

Les premiers symptômes du cancer du côlon sont essentiellement digestifs. On observe habituellement des crampes abdominales, des ballonnements, des gaz et des troubles du transit intestinal (diarrhées et constipation). L’aspect des selles peut sembler anormal. Ces dernières peuvent être plus petites et teintées de sang rouge vif, brun ou noir, fluide ou constitué de caillots. Des saignements rectaux peuvent également survenir, ainsi qu’une envie persistante de déféquer, même juste après être allé à la selle. Il est important de noter que les premiers symptômes apparaissent généralement lorsque la maladie en est d'ores et déjà un stade avancé de son évolution, ce qui assombrit le pronostic du patient. Procéder régulièrement à des tests de dépistage préventifs, et ce même en l’absence de tout symptôme, est donc particulièrement important pour espérer diagnostiquer la maladie à temps pour bénéficier d’un pronostic positif.

Les symptômes tardifs du cancer du côlon

Lorsque le cancer du côlon se propage, il peut altérer en premier lieu le fonctionnement des organes voisins du côlon, puis, au stade métastatique, celui d’organes plus lointains. L’état de santé global du patient tend alors à se dégrader, et on voit apparaître des symptômes généraux, comme une fièvre, une fatigue intense, des nausées, un essoufflement, une perte d’appétit et un amaigrissement. Les troubles urinaires et sexuels peuvent survenir lorsque la tumeur s’est infiltrée à la vessie et à la prostate, et une occlusion intestinale peut se manifester lorsque la masse est trop volumineuse et bloque le passage des selles.

Vidéo sur les symptômes et dépistage du cancer du côlon

Le cancer du côlon étant particulièrement fréquent en France, il est essentiel d’apprendre à en reconnaître les premiers symptômes pour espérer bénéficier d’un traitement précoce, moins lourd et plus efficace. Par ailleurs, si vous êtes âgé de 50 à 74 ans, il est recommandé de procéder à des tests de dépistage du cancer colorectal de manière régulière afin de détecter au plus tôt la présence de lésions cancéreuses et précancéreuses. Enfin, si vous êtes prédisposé au cancer du côlon, il est hautement recommandé d’en parler à votre médecin bien avant l’âge de 50 ans pour mettre en œuvre une stratégie de dépistage adaptée à votre profil et à votre niveau de risque.

Plus d'actualités

31/01/2023

La radiothérapie dans les cancers du sein

Cancer du sein

19/12/2022

19/12/2022

Cancer du sein et thérapies ciblées

19/12/2022

Cancer du sein chez l’homme : oui, ça existe !