La radiothérapie externe fait partie des traitements de référence des cancers ORL. Elle peut être administrée seule, en association à une chimiothérapie, ou après une chirurgie lorsque cela est nécessaire. La décision d’administrer de la radiothérapie externe dans le traitement des cancers ORL est prise lors d’une Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) en fonction de chaque patient.

Cancer ORL : comment fonctionne la radiothérapie externe ?

La radiothérapie externe suit le même principe que pour les autres cancers. Elle consiste à administrer des rayons ionisants afin de détruire les cellules malignes tout en épargnant le plus possible les tissus et organes sains se trouvant dans l’entourage proche de la tumeur. L’irradiation peut se focaliser sur :

  • la tumeur elle-même;
  • le lit tumoral (zone où siégeait la tumeur avant exérèse en chirurgie);
  • les ganglions lymphatiques proches de la zone à irradier.

Lorsque la radiothérapie est associée à d’autres traitements (chirurgie, chimiothérapie, thérapies ciblées), son objectif majeur est de potentialiser l’efficacité du traitement. Ce traitement peut aussi être envisagé à visée palliative ou antalgique, afin de traiter les symptômes et douleurs. Pour les cancers ORL ou cancers des voies aérodigestives et supérieures (VASD), le traitement le plus utilisé est la radiothérapie externe conformationnelle avec modulation d’intensité (RCMI). Parfois, les médecins peuvent proposer une curiethérapie interstitielle pour administrer les rayons directement au contact de la tumeur, lorsque celle-ci est accessible, de petite taille et bien délimitée. Cependant, cette technique est aujourd’hui rarement réalisée au profit de la radiothérapie externe.

Radiothérapie pour traiter les cancers ORL : modalités

La 1ère consultation avec le médecin radiothérapeute

Avant de commencer un traitement de radiothérapie, un rendez-vous avec votre oncologue radiothérapeute est fixé. Cette consultation permet au professionnel de santé de vous présenter la technique, son déroulé, son but, ainsi que les potentiels effets secondaires précoces et tardifs qu’il est possible de rencontrer.

La consultation d’annonce

Dans la majorité des centres de radiothérapie, vous pouvez bénéficier d’une consultation avec un manipulateur de radiothérapie afin de compléter les informations fournies lors de la 1re consultation. Vous pourrez également lui poser toutes les questions que vous souhaitez.

Le bilan dentaire

Afin de limiter la survenue d’effets secondaires consécutifs au traitement, un bilan dentaire avec remise en état est nécessaire. Votre dentiste sera également amené à vous prescrire le port de gouttières fluorées, qui ont pour but de protéger les dents à long terme.

La préparation de la radiothérapie

Plusieurs étapes sont nécessaires à la bonne préparation du traitement. Pour certaines, vous êtes directement impliquée (réalisation d’un scanner de repérage, mise en place sous l’appareil). Pour d’autres, les étapes sont réalisées par l’équipe médicale et technique et ne nécessitent pas votre intervention (calcul des doses [dosimétrie]…). Pour traiter les cancers ORL, il est généralement nécessaire de réaliser un masque thermoformé que vous devrez porter à chaque séance. Le masque est confectionné par l’équipe de manipulateurs après avoir effectué le repérage de la zone à traiter.

Les séances de rayons

Le protocole de traitement et le planning des séances permettent de déterminer les modalités de délivrance des rayons, le nombre de séances nécessaires, la dose à administrer par séance, ainsi que la dose totale. La dose totale varie en fonction des pathologies, des autres traitements du cancer ORL déjà réalisés ou restants, ainsi que de l’état de santé général de chaque patient. Tous les patients n’auront pas forcément le même protocole de soins. En moyenne, on estime que l’irradiation s’étale sur environ 7 semaines, à raison de 5 séances par semaine si la radiothérapie est le principal traitement ou si elle suit une chirurgie. En revanche, en cas de radiothérapie palliative ou antalgique, la durée et le nombre de séances peuvent être réduits. La radiothérapie externe est réalisée en ambulatoire dans un centre de radiothérapie proche de votre domicile. Dans certains cas (centre loin du domicile, état de santé fragile), il est possible d’être hospitalisé pendant la durée du traitement.

Oncologue cancer langue

Radiothérapie ORL : les effets secondaires indésirables

Comme pour tout traitement de radiothérapie, il existe un risque d’effets secondaires. Malgré l’extrême précision des appareils, des calculs de doses, et du repérage de la zone à traiter, les tissus proches de la tumeur sont partiellement inclus dans le champ d’irradiation. Les cellules saines et tissus sains irradiés se renouvellent et cicatrisent contrairement aux cellules tumorales. Cependant, des signes cliniques peuvent se manifester. On distingue les effets secondaires précoces (ou immédiats) qui se manifestent pendant ou en fin de traitement, et les effets secondaires tardifs qui apparaissent plusieurs mois ou années après la radiothérapie.

Anatomie cancer ORL

Les effets secondaires précoces

Ces signes cliniques peuvent survenir pendant votre traitement de radiothérapie. N’hésitez pas à les signaler à votre radiothérapeute lors des consultations hebdomadaires prévues dans le cadre de votre traitement. Ces symptômes peuvent en effet être contrôlés à l’aide de traitements médicaux ou l’application de crème ou lotion prescrits par votre médecin radiothérapeute. Dans le cadre des cancers ORL, les effets immédiats de la radiothérapie peuvent être :

  • une fatigue (potentiellement accentuée par les déplacements fréquents liés aux séances, les autres traitements, etc.). La fatigue est un effet secondaire fréquent de la radiothérapie ;
  • des rougeurs cutanée dans la zone irradiée ;
  • une inflammation des muqueuses de la cavité buccale ou de la gorge (rougeur, douleur, aphtes, soif excessive, etc.) ;
  • une perte de poids (une évaluation régulière de votre état nutritionnel est effectuée tout au long de votre prise en charge).

Les effets secondaires tardifs

Ces effets secondaires sont plus rares, mais peuvent tout de même apparaître chez certains patients, bien après la fin du traitement de radiothérapie. Il peut s’agir :

  • de douleurs sur la zone irradiée ;
  • d’une sécheresse des muqueuses ;
  • d’une hyposialie (diminution de la production de salive) ;
  • d’une fibrose cervicale (durcissement et perte d’élasticité de la peau et des muscles du cou) ;
  • un lymphœdème cervical (gonflement) ;
  • une hypothyroïdie ;
  • une perte de poils situés dans la région traitée (barbe) ;
  • une limitation de l’ouverture buccale ;
  • une sténose carotidienne ;
  • un changement ou une perte de la voix ;
  • des troubles de la déglutition ;
  • de façon rarissime : une nécrose de l’os mandibulaire.

En cas d’apparition de l’un ou de plusieurs de ces symptômes, contactez l’équipe médicale en charge de votre traitement de radiothérapie. Ces effets peuvent être traités ou réduits grâce à des thérapies adaptées ou une rééducation.

Le suivi du traitement des cancers de la sphère ORL

Un cancer de la sphère ORL impose un contrôle régulier à la suite d’un traitement par radiothérapie. Le suivi clinique, suivant le temps de récupération après la radiothérapie ORL, poursuit plusieurs objectifs :

  • Veiller à l’apparition d’une récidive avec la résurgence de cellules cancéreuses dans la même zone ou dans une autre partie du corps.
  • S’assurer qu’une autre tumeur ne se forme pas chez les personnes à risque. Chez les fumeurs ou dans certaines professions exposées par exemple, les organes les plus susceptibles d’engendrer une tumeur annexe sont les poumons, l’œsophage et les voies aérodigestives.
  • S’assurer que le patient gère les conséquences psychologiques de sa maladie sur sa vie sociale et professionnelle.
  • Traiter les effets secondaires tardifs de la radiothérapie ORL.

À cela s’ajoutent les effets secondaires tardifs qui apparaissent après le traitement. Les effets secondaires de la radiothérapie des cancers de la sphère ORL peuvent se manifester par des douleurs, une production de salive insuffisante, la sécheresse des muqueuses, etc. Le patient doit les signaler à son médecin.

Comment s’effectue le suivi du traitement du cancer ORL

Avant d’aborder le suivi médical, il est essentiel que le patient soit sevré de la consommation de tabac et d’alcool qui constituent les pires facteurs de récidive du cancer ORL ou de la genèse d’un nouveau cancer.

Concernant le suivi médical, il est avant tout assuré par l’équipe qui a suivi et préconisé le traitement et qui connaît donc parfaitement le dossier. Si certains effets secondaires ou des complications qui apparaissent dépassent son champ d’activité, elle fera appel à d’autres professionnels spécialisés.

Le collège de médecins décide des modalités des rendez-vous, ainsi que de leur agenda. Ce planning doit être scrupuleusement suivi par le patient pour ne pas prendre le risque de passer à côté de signes indiquant une possibilité de récidive.

Le suivi au centre de cancérologie des Dentelières

Le suivi au centre de cancérologie des Dentelières consiste à vous rendre à une consultation au cours de laquelle votre oncologue fait le point sur votre état de santé et vous interroge sur d’éventuels symptômes ressentis.

Lors de l’examen clinique, il s’attarde naturellement sur l’observation des VADS (Voies Aérodigestives Supérieures), comprenant une palpation des aires ganglionnaires. Il procède parallèlement à une naso-fibroscopie. Cet examen nécessite une anesthésie locale pour éviter son aspect désagréable. Il consiste à visualiser l’arrière de la gorge et le larynx, grâce au passage d’une fibre optique, introduite par une narine et circulant jusque dans l’arrière de la gorge.

La consultation est l’occasion de procéder à un contrôle de l’état de la sphère bucco-dentaire souvent affectée par les cancers ORL. Enfin, le médecin s’assure que vous vous alimentez correctement et que vous n’éprouvez aucune difficulté à respirer, avaler et parler.

Le suivi bucco-dentaire lors d’une radiothérapie ORL

Le suivi bucco-dentaire demeure le plus important. Vous devez immédiatement consulter en cas de douleur Dans le cas contraire, il apparaît indispensable d’effectuer un suivi au moins deux fois par an chez votre dentiste qui détectera tout signe suspect, tandis qu’il procédera aux soins de routine (détartrage, détection des caries, etc.).

Votre chirurgien-dentiste doit être averti du traitement que vous avez suivi. En effet des problèmes dentaires peuvent être liés à la radiothérapie et il doit proscrire certains produits anesthésiants contenant des agents vasoconstricteurs qui augmentent le risque de nécrose pour une mâchoire ayant été irradiée. Il doit par ailleurs se mettre en relation avec votre oncologue avant de procéder à une extraction dentaire pour la pose d’un implant ou d’un appareil dentaire.

Enfin, vous aurez besoin de soins réguliers à base de fluor, par le biais notamment de la pose de gouttières fluorées.

Article écrit le 16/05/2022
Modifié le 06/08/2022

Plus d'actualités

31/01/2023

La radiothérapie dans les cancers du sein

Cancer du sein

19/12/2022

19/12/2022

Cancer du sein et thérapies ciblées

19/12/2022

Cancer du sein chez l’homme : oui, ça existe !