Les complications possibles de l’accouchement

La plupart des accouchements se déroulent sans la moindre accroche. Les obstétriciens, les sages-femmes, les infirmières, les aides-soignantes connaissent leur métier et ont une longue expérience derrière eux qui leur permet de faire face à toutes les situations. Mais il existe néanmoins des risques liés à l’accouchement, pour la mère et pour l’enfant.

Les risques pour le nouveau-né lors de l’accouchement

L’obstétrique a fait des progrès prodigieux, et les complications de l’accouchement sont de plus en plus rares. Néanmoins, certaines peuvent avoir une incidence sur la santé et le bon développement de l’enfant : 

 

  • Des complications pendant l’accouchement : Infection materno-fœtale, inhalation de liquide amniotique, maladie des membranes hyalines (ou détresse respiratoire chez le nouveau-né)
  • L’accouchement prématuré : une naissance prématurée se caractérise par un accouchement avant 37 semaines d’aménorrhée. Les soins à prodiguer au bébé prématuré dépendent de son niveau de prématurité. Les très grands prématurés peuvent souffrir de séquelles neurologiques, visuelles, auditives et/ou sensorielles, si la prise en charge du prématuré dans le service de néonatalogie n’est pas bien faite. 
  • La souffrance fœtale : lors d’un accouchement difficile, le bébé peut montrer des signes de souffrance, caractérisée notamment par une altération de son rythme cardiaque. Le médecin prendra alors la décision de changer de technique d’accouchement pour accélérer l’expulsion. Le bébé est souvent pris en charge ensuite en service néonatal.
  • La réanimation néonatale : environ 1 % des bébés nécessitent une réanimation néonatale juste après l’accouchement. Les raisons sont une défaillance respiratoire ou une incapacité des poumons à se développer, dont les causes peuvent être multiples.

A savoir un accouchement après terme peut aussi avoir des conséquences sur le nouveau-né.

Les risques possibles pour la mère lors de l’accouchement 

Des complications liées à l’accouchement peuvent aussi toucher la mère :

  • Lors de l’accouchement, la déchirure du périnée peut survenir. Il est suturé tout de suite après la naissance du bébé et l’expulsion du placenta.
  • L’hémorragie post-partum : elle peut survenir quelques heures après la naissance, c’est la raison pour laquelle les mères sont surveillées attentivement après l’accouchement et doivent signaler tout saignement important.
  • Les maladies thromboemboliques : elles peuvent survenir dans les 6 semaines qui suivent l’accouchement, en raison des lésions provoquées au cours de celui-ci. Ce risque de complications est plus élevé après une césarienne qu’un accouchement par voie basse.
  • Les complications provoquées par l’hypertension artérielle lors de la grossesse : les mères qui présentent une hypertension artérielle pendant leur grossesse doivent être suivies après l’accouchement pour éviter les risques cardiovasculaires.
  • Les embolies amniotiques : il s’agit de la migration du liquide amniotique dans le sang de la mère, qui peut avoir des conséquences sur la mère et le fœtus, car elle provoque une insuffisance respiratoire et un arrêt cardiaque.
  • La mère peut contracter des infections post-partum au niveau de la cicatrice (périnée ou césarienne), de l’utérus, des reins, de la vessie, des seins ou des poumons.
  • La rétention placentaire : Après l’accouchement par voie basse, si le placenta n’est pas expulsé après une durée limitée, le médecin ou la sage-femme devront l’extraire manuellement. Cet acte se déroule sous péridurale ou anesthésie générale.
    Lors d’une césarienne, le placenta est retiré manuellement en systématique par l’opérateur.

Les solutions des maternités Elsan pour faire face aux complications

Connaissant toutes les complications possibles lors de l’accouchement, les maternités Elsan sont parfaitement équipées pour y faire face et faire de votre accouchement le plus beau moment de votre vie. Elles garantissent notamment un accompagnement personnalisé par une équipe médicale, la présence d’un service d’urgence 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, et d’un service de néonatologie dans chaque établissement.

 


Santé
Atlantique, Saint-Herblain

Annabelle BOYER



Clinique
Bretéché, Nantes

Sandrine



Clinique
du Tertre Rouge, Le Mans

Anaëlle & Peggy



Clinique
Saint-Louis, Poissy

Virginie MERLIN



Clinique
d'Occitanie, Muret

Florence ANGOT



Clinique
du Fief de Grimoire, Poitiers

Virginie



Hôpital
Privé Saint Claude, Saint-Quentin

Charlène GRESPINET



Clinique
Bouchard, Marseille

Manon GARRIGUES



Hôpital
Privé Guillaume de Varye, Saint-Doulchard

Dorothée FONDEUR