La radiothérapie est un traitement de référence dans le cadre de la prise en charge d’un grand nombre de cancers. En irradiant le site des tumeurs cancéreuses à l’aide de rayons à haute énergie, elle détériore l’ADN des cellules cancéreuses et entraîne leur mort. Toutefois, des atteintes aux cellules saines avoisinantes peuvent être provoquées. Ce sont ces dommages causés aux cellules saines qui provoquent des effets secondaires, pouvant varier en fonction des organes irradiés.

effets secondaires radiotherapie

Les effets secondaires de la radiothérapie

Les effets secondaires d’un traitement par radiothérapie varient hautement d’un patient à l’autre, et d'un cancer à l’autre. Plus que la nature des effets secondaires en elle-même, c’est leur intensité, leur durée et leur moment d’apparition qui ont tendance à varier. On distingue les effets secondaires généraux et spécifiques de la radiothérapie. Les effets indésirables généraux sont susceptibles de se manifester chez un grand nombre de patients, quel que soit le site irradié. Parmi eux, on compte notamment la fatigue, les nausées, la perte de poids, des troubles cutanés locaux (radiothérapie externe) et une destruction des cellules sanguines pouvant engendrer des troubles de la coagulation et une anémie. Les effets indésirables spécifiques, quant à eux, sont relatifs au site irradié et à la fonction des organes pouvant être impactés par l’irradiation. Ils sont donc en corrélation directe avec le type de cancer traité.

Effets secondaires de la radiothérapie des cancers O.R.L.

L’irradiation de la gorge et de la tête nécessaire au traitement des cancers de la sphère O.R.L. peut altérer directement la qualité des tissus tapissant les voies respiratoires et digestives supérieures. Un assèchement des muqueuses peut provoquer des saignements locaux au niveau, selon le site traité, des gencives, du nez et/ou de la gorge. Une toux ou des éternuements, consécutifs à l’irritation des voies respiratoires supérieures, peuvent persister, ainsi que des difficultés à avaler. En fonction de la localisation de la tumeur irradiée, le patient peut également ressentir des troubles de l’audition et de la vision. Une modification du timbre de la voix, une altération du goût, un déchaussement dentaire ou une fragilisation de l’os de la mâchoire peuvent également être observés.

Effets secondaires de la radiothérapie des tumeurs cérébrales

L’irradiation du cerveau peut être indiquée pour lutter contre une tumeur cérébrale ou pour prévenir l’apparition de métastases cérébrales dans le cadre de la prise en charge d’un cancer du poumon à petites cellules. Outre les effets indésirables généraux provoqués par radiothérapie, le patient peut alors souffrir de troubles neurologiques et cognitifs, typiquement liés à la dégénérescence de tissus cérébraux. Des maux de tête, troubles auditifs, troubles cognitifs, pertes de mémoire, difficultés d’élocution, et troubles hormonaux voire dans certains cas, des crises d’épilepsie peuvent être observés. Les atteintes neurologiques causées par les irradiations cérébrales peuvent également affecter la motricité du patient, celle-ci étant contrôlée par le système nerveux central. En fonction de la zone irradiée, des atteintes nerveuses et fonctionnelles locales peuvent survenir, comme une paralysie faciale, une surdité ou une perte de vision. Les effets secondaires de la radiothérapie en cas de cancer du cerveau sont particulièrement susceptibles de causer des séquelles sur le long terme.

Effets secondaires de la radiothérapie du cancer du sein et du poumon

Les effets secondaires de la radiothérapie destinée à lutter contre le cancer du sein et du poumon sont souvent similaires, car la zone irradiée est la même : le thorax. Il en va de même pour le cancer de l’œsophage, de la plèvre et de la moelle épinière. Une toux persistante peut s’installer, ainsi que la redoutable pneumonie radique, ou poumon radique, qui survient habituellement tardivement (plus d’un an après la fin du traitement). Une fibrose pulmonaire, engendrant des troubles respiratoires (essoufflement, difficultés à respirer, etc.), peut également survenir, ainsi que des troubles cardiaques et des maladies artérielles.

Effets secondaires de la radiothérapie du cancer colorectal et de la prostate

Le traitement du cancer colorectal par radiothérapie peut engendrer une détérioration des cellules du colon et du rectum, organes situés à l’extrémité du tube digestif. En conséquence, le patient peut souffrir de diarrhées et/ou de constipation. Il peut également ressentir des douleurs et des difficultés à aller à la selle. Les organes avoisinants peuvent également avoir été irradiés. Aussi, des troubles urinaires (incontinence, cystites, douleurs lors de la miction, etc.) et sexuels (impuissance, infertilité, sécheresse vaginale, etc.) peuvent survenir. En cas de cancer de la prostate, les organes sexuels sont en première ligne. Les troubles sexuels (impuissance, infertilité, etc.) sont donc les effets secondaires les plus communs, avec les désordres de la continence.

Effets secondaires de la radiothérapie des cancers de l’utérus et des ovaires

Le traitement des cancers de l’utérus et des ovaires requiert une irradiation de la zone pelvienne pouvant atteindre les organes sexuels, mais également urinaires et digestifs. Des saignements vaginaux et des troubles hormonaux sont fréquemment observés. Une infertilité est également un effet secondaire commun de la radiothérapie de l’utérus et des ovaires. Lorsque les organes avoisinants ont été atteints, des troubles urinaires et digestifs peuvent survenir. Diarrhée, constipation, entérite radique, cystites, calculs et douleurs lors de l’élimination sont autant d’effets secondaires possibles.

Effets secondaires de la radiothérapie des cancers des os et de la moelle épinière

Les effets indésirables de la radiothérapie des cancers des os et de la moelle épinière se font essentiellement ressentir au niveau des cellules sanguines, produites par la moelle osseuse. Une baisse de la qualité et/ou de la quantité des plaquettes et globules rouges peut provoquer une fatigue intense, une anémie, un essoufflement et des troubles de la coagulation. Les os peuvent également avoir été fragilisés par les irradiations, ce qui peut se traduire par une ostéoporose radique tardive augmentant le risque de fracture. La plupart des effets secondaires de la radiothérapie apparaissent quelques jours ou quelques semaines après les premières séances d’irradiation, et disparaissent environ deux mois après la fin du traitement. Toutefois, certains effets secondaires tardifs peuvent se déclarer des mois, ou des années, après le traitement. Ils sont parfois irréversibles lorsque les cellules ont reçu des doses d’irradiation trop élevées pour se réparer. Les équipes médicales et soignantes du Centre de cancérologie Les Dentellières mettent tout en œuvre pour limiter au maximum l’apparition des effets secondaires et leur impact sur la qualité de vie des patients. À tout moment, même au terme des traitements durant la phase de surveillance, il est important pour le patient d’évoquer les effets secondaires ressentis auprès de son oncologue radiothérapeute, des médecins spécialistes impliqués dans sa prise en charge et l’équipe soignante. Dans de nombreux cas, des solutions peuvent être proposées afin de les soulager et/ou les faire disparaître. Un accompagnement spécifique avec les professionnels des soins de support peut également être bénéfique. Notez que même les effets secondaires très tardifs de la radiothérapie peuvent souvent être pris en charge pour améliorer la qualité de vie des patients.