Coloscopie : définition, déroulement et suites

La coloscopie est un examen qui permet d’analyser l’intérieur de l’intestin, plus précisément les parois internes du côlon, à l’aide d’un coloscope. Cet examen peut être indiqué pour plusieurs raisons et particulièrement en prévention du cancer du côlon grâce aux techniques de résection des polypes. Pour réaliser cet examen le patient doit être à jeun et dans la plupart des cas l’opération se fait en ambulatoire. Une complication de la coloscopie est la perforation, qui est une urgence médico-chirurgicale.

Trouver un spécialiste en Gastro-entérologie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

La coloscopie représente actuellement l’examen de référence pour l’exploration du côlon. À l’aide d’un coloscope, le médecin gastro-entérologue peut, en effet, visualiser les structures internes du côlon et pratiquer une ablation chirurgicale de polypes ou traiter de petites lésions vasculaires si cela est nécessaire. Cet examen a donc un but préventif, diagnostic et curatif.

Qu’est-ce qu’une coloscopie ?

coloscopie schema

La coloscopie est un examen permettant d’explorer les parois internes du côlon en utilisant un coloscope. Le coloscope est un câble mesurant entre 130 cm et 160 cm, qui possède une fibre optique, une caméra, une source de lumière ainsi qu’un canal opérateur permettant au médecin d'utiliser éventuellement des instruments ou d’insuffler du CO2. La coloscopie permet ainsi d’étudier le côlon, mais aussi de poser un diagnostic et éventuellement de pratiquer un traitement chirurgical. Il s’agit de l’examen de référence pour explorer le côlon.

Pourquoi faire une coloscopie ?

Les indications de la coloscopie sont nombreuses. Elle est tout d’abord particulièrement indiquée en prévention du cancer du côlon : les personnes ayant des antécédents familiaux de cancer ou de polypes du côlon par exemple doivent réaliser une coloscopie préventive à partir de 50 ans. La coloscopie est utile pour étudier le côlon si le patient souffre de douleurs abdominales associées à des troubles du transit, ou si le patient présente du sang dans les selles : la coloscopie pourra permettre de rechercher la cause de ces symptômes (maladies inflammatoires du côlon, cancer colorectal…).
Dans certains cas, la coloscopie ne peut pas être pratiquée. Dans ce cas, il existe d’autres méthodes d’exploration du côlon comme le coloscanner.

Comment se préparer à une coloscopie ?

Tout d’abord, le patient est informé par le médecin qui pratiquera la coloscopie des enjeux de l’examen : bénéfices, traitements, diagnostic, dépistage du cancer colorectal, mais aussi risques. Ensuite, si une coloscopie avec anesthésie générale est programmée, une consultation avec un médecin anesthésiste sera également organisée (Si le patient se sent anxieux à l’approche de l’examen, le médecin pourra prescrire un léger anxiolytique). La veille de la coloscopie, le patient devra ingérer une solution permettant le lavage et l’irrigation du côlon afin que celui-ci soit parfaitement propre pour l’examen. Trois jours avant la coloscopie, un régime sans résidus sera également prescrit.

A noter : Pour les patients prenant des médicaments anticoagulants et/ou antiagrégants, ces derniers seront, dans la majorité des cas, arrêtés quelques jours avant l’examen, en concertation entre le gastro-entérologue et l’anesthésiste, en accord avec les recommandations éditées par la SFED et la SFAR.

Comment se passe une coloscopie ?

coloscopie deroulement

 

Avant l’opération, le patient doit être à jeun d’au moins 6 heures et ne doit plus fumer pendant ce laps de temps. Il est possible de consommer des liquides clairs (eau, café…) jusqu’à deux heures avant la coloscopie. L’examen de la coloscopie dure généralement 20 à 30 minutes. Le patient est le plus souvent sous anesthésie générale. Le patient est allongé sur le côté gauche généralement et le médecin introduit ensuite délicatement le coloscope au niveau de l’anus puis remonte doucement le côlon. Parfois, le médecin pourra appuyer sur le ventre afin de faire passer plus facilement l’endoscope. Du CO2 pourra également être insufflé pour lisser les parois du côlon afin de mieux les visualiser. Si des polypes doivent être enlevés, il procède à l’ablation pendant la coloscopie.

Quels sont les résultats possibles après une coloscopie ?

La coloscopie permet d’étudier les parois du côlon de façon précise. Dans la plupart des cas, elle permet de vérifier l’absence de problèmes sérieux de santé. Dans certains cas, des polypes pourront être enlevés lors de la coloscopie. Les polypes sont de petites excroissances qui peuvent parfois dégénérer en cancer, il faut donc les traiter dès leur découverte. Après la résection de polypes, de nouvelles coloscopies de contrôle seront programmées.

A noter : La coloscopie permet également de diagnostiquer les cancers du côlon et de faire des biopsies. La coloscopie est un examen qui permet enfin de diagnostiquer des maladies inflammatoires comme la maladie de Crohn ou encore la rectocolite hémorragique.

Quelles sont les suites d’une coloscopie ?

Dans la plupart des cas, la coloscopie s’effectue en ambulatoire. Le patient est surveillé quelques heures après la coloscopie et, si tout se passe bien, celui-ci peut rentrer chez lui. Néanmoins, il est recommandé de ne pas conduire ou de travailler le jour même en cas d’anesthésie générale. En cas de polypectomie, la surveillance est généralement de 24 heures.

Quelques effets secondaires peuvent se produire après une coloscopie, comme :

  • des ballonnements;
  • de petites douleurs abdominales;

    ou encore

  • des flatulences.

Ces symptômes, néanmoins, ne durent que quelques heures.

Quelles sont les complications possibles d’une coloscopie ?

La complication principale d’une coloscopie est le risque de perforation de la paroi digestive, il s’agit d’une urgence médico-chirurgicale. Il existe également un risque hémorragique suite à l’exérèse de polypes. En cas d’anesthésie générale, il existe un risque cardiorespiratoire. Il peut également y avoir un risque infectieux, mais celui-ci est très rare, car le coloscope est entièrement stérilisé entre chaque patient. Ces risques augmentent avec l’âge et l’état de santé du patient.

A noter : Une étude de la Société Française d'Endoscopie Digestive démontre que la majorité des échecs de coloscopie seraient principalement dues à une prise incomplète de la préparation.

Cet article médical a été relu et validé par le Dr Yaniv BERDUGO, spécialiste en gastro-entérologie à la Clinique de l'Orangerie de Strasbourg du réseau ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les praticiens gastro-entérologues au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Vos questions fréquemment posées :

Est-ce que ça fait mal une coloscopie ?

La coloscopie ne fait pas mal, en revanche elle peut être désagréable si l’anesthésie n’est pas générale.

Quelle est la durée d'une coloscopie ?

Une coloscopie dure en moyenne entre 20 et 30 minutes.

Quels sont les premiers symptômes du cancer du côlon ?

Les premiers symptômes du cancer du côlon sont des douleurs abdominales, une modification du transit intestinal, du sang dans les selles, et une perte de poids et d’appétit.

Quand et pourquoi faire une coloscopie ?

La coloscopie est un examen prescrit par un médecin en cas de dépistage du cancer colorectal mais aussi en cas de douleurs abdominales associées à des troubles du transit, ou en cas de sang dans les selles.

Traitements associés à la Gastro-entérologie

Examens associés à la Gastro-entérologie

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

2 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

137

établissements