Colectomie

La colectomie, une intervention chirurgicale visant à retirer une partie ou la totalité du côlon, est souvent considérée comme une option de traitement pour diverses maladies et affections du côlon. Que ce soit pour traiter le cancer du côlon, prévenir la progression de cellules précancéreuses ou soulager des problèmes tels que les obstructions, les maladies inflammatoires ou les diverticulites, la colectomie peut offrir des solutions. Cet article explore les différents types de colectomie, les procédures chirurgicales associées, les soins postopératoires et les implications sur la vie quotidienne après l'ablation du côlon.

Trouver un spécialiste en Gastro-entérologie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

La colectomie est envisagée pour traiter ou prévenir des maladies et des affections qui touchent le côlon.

Définition : qu’est-ce qu’une colectomie ?

Une colectomie est une intervention chirurgicale qui consiste à enlever une partie ou la totalité du côlon. Elle est également appelée chirurgie de résection du côlon. Le côlon et le rectum constituent le gros intestin. Le côlon mesure en moyenne 1,5 m, soit beaucoup moins que l’intestin grêle, qui le précède dans le tube digestif (6 m). Le côlon est composé de cinq parties : le cæcum, le côlon ascendant (ou côlon droit), le côlon transverse, le côlon descendant (ou côlon gauche), le côlon sigmoïde (qui relie le côlon au rectum). Les médecins parlent ainsi de colectomie sigmoïdienne quand le sigmoïde est retiré.

Colectomie : femme tenant devant son ventre un schéma figurant l'intestin.

 

Qu’est-ce qu’une colectomie droite ?

Dans le cas d’une colectomie droite, le cæcum, le côlon ascendant et une partie du côlon transverse sont enlevés. L’appendice, qui est attaché au côlon ascendant, est aussi retiré.

Qu’est-ce qu’une colectomie gauche ?

Une colectomie gauche est l’ablation du côlon descendant et d’une partie du côlon transverse.

Qu’est-ce qu’une colectomie totale ?

Une colectomie totale signifie que tout le côlon est enlevé. Il ne faut pas confondre cette intervention avec une proctocolectomie. En effet, dans le cas d’une colectomie totale, le rectum est laissé en place. Une colectomie totale nécessite également la création d’une iléostomie. Cela permet de relier la paroi de l’iléon (extrémité de l’intestin grêle débouchant sur le gros intestin) à la paroi abdominale, où une poche à l’extérieur du corps recueille les selles. La colectomie totale peut être réalisée en même temps qu’une anastomose iléo-rectale afin d’éviter la nécessité d’une stomie.

L’iléostomie peut être permanente ou temporaire. Une fois l’opération réalisée pour relier l’intestin grêle au rectum, les selles peuvent à nouveau être éliminées par l’anus, et non dans une poche extérieure par un anus artificiel.

Qu’est-ce qu’une colectomie partielle ?

La colectomie partielle consiste à retirer une partie du côlon, quelle qu’elle soit. Une colectomie partielle est souvent pratiquée pour traiter la maladie de Crohn, un cancer du côlon ou une diverticulite.

Après ablation de la partie malade du côlon, le chirurgien relie le côlon sain situé de chaque côté de la section. Une colostomie, qui consiste à faire passer une partie du côlon à travers l’abdomen pour que les selles puissent être éliminées dans un sac extérieur, n’est souvent pas requise.

Dans quels cas faire une colectomie ?

L’ablation d’une partie ou de la totalité du côlon est envisagée pour traiter :

  • Le cancer du côlon. Le chirurgien retire la partie du côlon atteinte par les cellules cancéreuses pour déterminer le stade du cancer et éviter qu’il se propage.
  • La présence de cellules précancéreuses. Si les résultats d’une coloscopie révèlent un risque élevé d’évolution vers un cancer, le médecin peut recommander l’ablation de cette partie du côlon à titre préventif. Une colectomie peut également être programmée pour limiter le risque de cancer. C’est le cas si la personne souffre d’une maladie héréditaire associée à une forte probabilité d’évolution en cancer du côlon (polypose adénomateuse familiale ou syndrome de Lynch).
  • Une obstruction du gros intestin. En cas d’échec des traitements pour soigner une obstruction du gros intestin, une colectomie peut être nécessaire. L’obstruction peut être causée par une torsion (volvulus) ou un rétrécissement (sténose) intestinal.
  • Une maladie inflammatoire chronique de l’intestin. Si la rectocolite hémorragique ou la maladie de Crohn a gravement affecté le côlon, le médecin peut envisager une colectomie pour soulager les symptômes.
  • Une diverticulite (inflammation des diverticules de l’intestin). En cas de diverticulite récidivante, non soulagée par traitement médical et qui endommage les organes voisins, une colectomie peut s’avérer nécessaire. La qualité de vie est souvent améliorée après la chirurgie.
  • Une hémorragie gastro-intestinale incontrôlée. Les blessures et les hémorragies du côlon sont difficiles à traiter de l’extérieur. La colectomie est une solution efficace pour les traiter.

Comment se déroule une colectomie ?

L’opération se fait sous anesthésie générale. Selon la nature de l’opération, le chirurgien peut procéder à une cœlioscopie ou à une laparotomie :

Cœlioscopie

Pour une cœlioscopie, le chirurgien procède à de petites incisions, gonfle l’abdomen grâce à un gaz, et utilise une minuscule caméra et de petits instruments pour procéder à l’ablation du côlon. Cette intervention est moins invasive que la laparotomie.

Laparotomie

Dans le cas d’une laparotomie, le chirurgien pratique une grande incision dans l’abdomen.
Quel que soit le type d’incision, le chirurgien accède à l’intestin et retire la section du côlon malade ou endommagé. Puis les deux parties du côlon saines sont reliées par des agrafes, des pinces mécaniques ou des points de suture. C’est ce qu’on appelle une anastomose ou "rétablissement de la continuité digestive".

Colectomie et colostomie

Le chirurgien pratiquera également une colostomie si nécessaire. Cela consiste à mettre en place une dérivation des selles. Elles seront évacuées sans traverser par la zone raccordée du côlon, le temps de la cicatrisation. L’incision est ensuite refermée par des points de suture.

 

Quelles sont les suites de cette opération du colon ?

La convalescence, après une colectomie, nécessite un séjour de plusieurs jours à l’hôpital. La durée de l’hospitalisation varie en fonction du type d’opération effectuée et de l’état de santé du patient. Pendant cette période, le patient reste en observation pour déceler tout signe de complication postopératoire. Les premiers jours, la nourriture doit être composée uniquement d’aliments liquides ou mous. Peu à peu, il y a reprise du transit intestinal normal. Le personnel soignant explique également au patient comment prendre soin des plaies et de la stomie si besoin.

Régime après la colectomie

Une prise en charge par un diététicien ou un nutritionniste est nécessaire après l’opération pour donner des conseils au patient en matière d’alimentation. Il est généralement recommandé d’adopter un régime pauvre en fibres pendant le mois qui suit l’opération. Les aliments pauvres en fibres réduisent le travail du côlon pendant la cicatrisation. Il est également conseillé de bien s’hydrater.

Les conséquences de la colectomie gauche, droite ou totale sont des diarrhées, des selles molles, une augmentation des selles, de la constipation.

Cet article médical a été relu et validé par un  médecin spécialiste en gastroentérologie au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les praticiens gastro-entérologues au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Vos questions fréquemment posées :

Comment se passe l'ablation du côlon ?

La procédure peut être réalisée par laparoscopie ou par une incision abdominale ouverte. Elle est souvent utilisée pour traiter des conditions telles que le cancer du côlon, la colite ulcéreuse ou la maladie de Crohn. L'opération vise à améliorer la santé digestive en éliminant la partie affectée du côlon. Le patient peut avoir besoin d'un court séjour à l'hôpital et d'une période de récupération postopératoire avant de reprendre ses activités normales. Un suivi médical est généralement recommandé pour assurer une guérison complète.

Comment vivre après une colectomie ?

Après une colectomie, suivez les instructions médicales, adoptez une alimentation adaptée, maintenez une hydratation adéquate, faites de l'exercice léger, surveillez les signes de complications et effectuez les suivis médicaux nécessaires.

Combien de temps peut-on vivre sans côlon ?

On peut vivre sans côlon. Cependant, la colectomie entraîne des changements dans la digestion et l'absorption des nutriments. Avec un traitement médical approprié, une personne peut généralement vivre une vie normale et en bonne santé après une colectomie.

Traitements associés à la Gastro-entérologie

Examens associés à la Gastro-entérologie

Image

1er

acteur de la santé privée en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

34 000

naissances par an

Image

4,9 million

patients traités par an

Image

7 500

praticiens

Image

212

établissements et centres