Fibrillation auriculaire

La fibrillation atriale ou auriculaire est une anomalie cardiaque dans laquelle les atriums ne se contractent pas normalement. On distingue 3 types de fibrillation atriale : la fibrillation atriale paroxystique, la fibrillation atriale persistante et la fibrillation atriale permanente. Cette maladie est souvent liée à une lésion cardiaque ou à une pathologie cardiovasculaire. L’examen de référence de cette pathologie est l’électrocardiogramme (ECG). Le traitement proposé dépend du type de fibrillation auriculaire et peut consister en des médicaments et/ou à de la chirurgie. Les principales complications de cette pathologie sont des AVC, et d’autres problèmes cardiovasculaires.

Trouver un spécialiste en Cardiologie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

La fibrillation atriale désigne des contractions anarchiques et rapides au niveau de l’atrium (qui est une cavité du cœur). La fibrillation atriale peut se manifester sur un temps court ou devenir permanente, une prise en charge rapide est toujours indispensable.

Définition : Qu’est-ce que la fibrillation atriale ?

Le cœur est composé de quatre cavités, les atriums (ou oreillettes) qui reçoivent le sang des veines, et les ventricules qui expulsent le sang vers les artères. Le cœur est ainsi composé de deux atriums, gauche et droit, et de deux ventricules, gauche et droit. Le cœur gauche et le cœur droit ne communiquent pas, mais les atriums et les ventricules de chaque côté communiquent entre eux. La fibrillation atriale est définie par une anomalie du rythme cardiaque dans laquelle les atriums ne se contractent pas normalement : ils se contractent irrégulièrement et trop rapidement : on parle d’arythmie. On distingue généralement trois types de fibrillation atriale, en fonction de la durée de l’épisode :

  • la fibrillation atriale paroxystique (ou FA paroxystique) qui dure au maximum 7 jours ;

  • la fibrillation atriale persistante qui dure plus de 7 jours ;

  • la fibrillation atriale permanente qui ne peut plus être reconvertie en rythme sinusal.

A noter que les épisodes de fibrillation atriale paroxystique peuvent être isolés ou récidivants.

fibrillation auriculaire

 

Quelles sont les causes de la fibrillation atriale ?

La fibrillation atriale est souvent associée à une lésion au niveau du cœur ou à une pathologie cardio-vasculaire, comme l’hypertension artérielle, une coronaropathie, un problème au niveau d’une valve cardiaque ou encore une cardiomyopathie.
Parfois, la fibrillation atriale survient sur un cœur sain, sans cause particulière.

L’âge est le premier facteur de risque de la fibrillation atriale ; selon l’Hôpital Américain de Paris, il s’agit de l’arythmie la plus fréquente puisqu’elle touche près de 44 millions de personnes dans le monde et que 8 personnes âgées de plus de 65 ans sur 10 souffrent ou souffriront de fibrillation atriale.

Les autres causes de la fibrillation sont l’obésité, le manque d’exercice physique, le tabagisme, des problèmes thyroïdiens, une consommation d’alcool excessive ou de drogues constituent également des facteurs de risque de la fibrillation atriale.

Quels sont les symptômes cardiaques de la fibrillation atriale ?

Les symptômes de la fibrillation atriale sont généralement un pouls irrégulier et rapide, des palpitations et des dyspnées (difficultés respiratoires). La fibrillation atriale provoque également une asthénie (fatigue), une difficulté à réaliser une activité physique ou sportive, ainsi que des malaises.

Toutefois, certaines personnes atteintes de fibrillation atriale sont asymptomatiques, ce qui augmente la difficulté pour les dépister et les prendre en charge rapidement.

Prendre rendez-vous en ligne

Comment diagnostiquer la fibrillation atriale ?

C’est l’ECG (électrocardiogramme) qui est l’examen de référence pour détecter une fibrillation atriale ou un flutter auriculaire. Une échocardiographie peut également être pratiquée pour détecter les éventuelles anomalies structurales. La pose d’un Holter (dispositif enregistreur permettant de recueillir les données de l’électrocardiogramme sur une durée de 24 à 72 heures) peut également permettre de diagnostiquer une fibrillation atriale.

Parfois, une épreuve d’effort est également prescrite.

Quels traitements pour la fibrillation atriale ?

Le traitement proposé est fonction du type de fibrillation atriale, de l’âge du patient, de son état de santé.

La prise d’anticoagulants ou d’antivitamines K peut être prescrite pour éviter les accidents thromboemboliques, comme les accidents vasculaires cérébraux. En effet, lors d’une fibrillation atriale, le sang n’est pas propulsé de façon optimale par le cœur, ce qui peut créer des caillots qui peuvent, à terme, obturer des vaisseaux sanguins.

Des médicaments antiarythmiques ou une cardioversion (choc électrique bref permettant de rétablir le rythme cardiaque) peuvent également être utilisés afin de contrôler la fréquence cardiaque.

Une autre méthode de traitement de la fibrillation est la chirurgie, qui peut permettre d’éliminer les zones de conduction irrégulières.

Une brûlure des parties arythmogènes par cryothérapie (brûlure par le froid) ou par radiofréquence (brûlure par température élevée) est également possible. L’ablation du nœud auriculo-ventriculaire, associée à la pose d’un stimulateur cardiaque permanent, peut être proposée chez les patients ne répondant pas aux traitements médicamenteux.

La surveillance du patient est très importante car elle permet de détecter les éventuelles récidives et de les traiter au plus vite.

Comment prévenir la fibrillation atriale ?

À partir de 65 ans, il ne faut pas hésiter à se faire dépister même sans qu'aucun symptôme n'ait été constaté. La pratique d’une activité physique régulière, associée à un régime alimentaire sain et équilibré, permet de diminuer le risque de souffrir de fibrillation atriale.

La consommation de tabac et la consommation d’alcool excessive doivent également être évitées.

Quelles sont les complications de la fibrillation atriale ?

La fibrillation atriale est une pathologie évolutive, une fibrillation atriale, comme un flutter auriculaire, doit donc être prise en charge le plus rapidement possible, sinon le risque que celle-ci devienne persistante est réel.

Non prise en charge, la fibrillation atriale augmente (notamment chez les personnes cumulant d’autres facteurs de risque) le risque de souffrir d’AVC (Accident Vasculaire Cérébral), d’AIT (Accident Ischémique Transitoire), d’insuffisance cardiaque ou encore de démence vasculaire. Le risque de décès est également augmenté. Les personnes souffrant de pathologies comme le diabète ou d’une affection cardiaque sont particulièrement à risque.

Cet article médical a été relu et validé par un médecin spécialiste en cardiologie au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les praticiens cardiologues au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Prenez tout de suite rendez-vous ! 

Obtenez un rendez-vous en moins de 5 min avec l'un de nos praticiens en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux dans un établissement près de chez vous !

Vos questions fréquemment posées :

Quels sont les risques d'une fibrillation auriculaire ?

Les risques d’une fibrillation atriale ou fibrillation auriculaire sont cardiovasculaires : AVC, insuffisance cardiaque ou encore de démence vasculaire.

Qu'est-ce qui provoque la fibrillation auriculaire ?

Il existe différentes causes à la fibrillation atriale ou fibrillation auriculaire : une lésion au niveau du cœur ou une pathologie cardio-vasculaire, comme l’hypertension artérielle, une coronaropathie, un problème au niveau d’une valve cardiaque ou encore une cardiomyopathie.

Comment traiter une fibrillation auriculaire naturellement ?

Il est nécessaire de coupler au traitement ou médicaments du patient, un mode de vie sain avec une alimentation équilibrée et une pratique sportive régulière.

Quelle différence entre flutter et fibrillation auriculaire ?

La fibrillation auriculaire est un trouble du rythme cardiaque caractérisé par une activité électrique chaotique de la partie supérieure du cœur, appelée oreillette. Le flutter auriculaire est un type de fibrillation auriculaire dans lequel l'activité électrique du cœur est régulière et "organisée", mais rapides.

Quel est l'objectif de l'ablation de la fibrillation auriculaire ?

L’objectif de l’ablation par cathéter de la fibrillation auriculaire est de supprimer les cellules du muscle cardiaque responsables de l’arythmie et d'éviter que des courants électriques indésirables ne se déplacent des veines pulmonaires vers les oreillettes et ne perturbent ainsi le cœur. Cette procédure est généralement effectuée par voie endovasculaire sous contrôle électrocardiographique et fluoroscopique.

Traitement associés à la Cardiologie

Examens associés à la Cardiologie

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

4 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

212

établissements et centres