Pacemaker : pose, fonctionnement et complications

Un pacemaker ou stimulateur cardiaque est un dispositif médical utilisé pour surveiller et traiter les troubles du rythme cardiaque. Cette opération se fait la plupart du temps en anesthésie locale, voire générale et consiste en l’implantation sous la clavicule d’un appareil composé d’un boîtier et de sondes reliées aux cavités cardiaques.

Trouver un spécialiste en Cardiologie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

Un pacemaker ou stimulateur cardiaque est un dispositif médical bien utile puisqu'il permet de sauver des vies. Alors comment se déroule la pose d'un pacemaker et quels sont ses avantages et ses inconvénients ?

Définition : Qu’est-ce qu’un pacemaker ?

Un pacemaker, également appelé stimulateur cardiaque ou pile cardiaque, est, comme son nom l'indique, un dispositif médical implanté dans le corps humain ayant pour but de délivrer des impulsions électriques régulières au myocarde (tissu musculaire du cœur) et de stimuler ainsi les contractions des muscles à un rythme régulier. Il peut délivrer une impulsion électrique pendant plusieurs années grâce à une batterie. Ce pacemaker pour le cœur habituellement implanté sous la clavicule est donc utile pour surveiller l'activité cardiaque naturelle, ainsi que pour traiter les troubles du rythme cardiaque (arythmie cardiaque) , tels que la bradycardie par exemple (fréquence cardiaque anormalement lente), et leurs conséquences.

Un pacemaker cardiaque est un appareil composé d'un boîtier d'environ 4 centimètres – contenant notamment la batterie – et de sondes reliant le boîtier aux cavités cardiaques. L'implantation d'un pacemaker est généralement réalisée sous anesthésie locale et ne nécessite donc pas d'opération à cœur ouvert.

pace maker

 

Pourquoi mettre un pacemaker (pile au cœur) ?

Un pacemaker ou stimulateur cardiaque implanté sous la clavicule surveille le cœur du patient et l'aide à battre à une fréquence normale et régulière, en stimulant les contractions musculaires.

L'implantation d'un pacemaker peut être recommandée par un cardiologue (médecin spécialiste des maladies du cœur) lorsque le patient présente des troubles du rythme cardiaque, des symptômes d'une insuffisance cardiaque. En effet, ce dispositif médical permet de surveiller l'activité naturelle du cœur, mais aussi et surtout d'éviter le ralentissement du rythme cardiaque grâce au générateur d'impulsions électriques. Ainsi, le pacemaker fait partie des traitements de la bradycardie persistante (fréquence cardiaque anormalement lente), et autre point positif : pas d'âge limite pour le pacemaker.

Comment se préparer à la pose d’un pacemaker ?

Une fois l'implantation d'un pacemaker recommandée par un cardiologue, par exemple en cas de bradycardie associée à des complications, il convient de se préparer à sa mise en place. En effet, toute implantation comportant un risque, aussi minime soit-il, il est vivement conseillé de suivre les recommandations du médecin.

Avant l'implantation en elle-même, le patient devra veiller à être à jeun et à ne pas débuter un traitement sans avis médical.

Enfin, il pourra être amené à prendre un médicament pour se détendre avant la mise en place du pacemaker et devra se préparer mentalement à rester quelques jours à la clinique ou à l'hôpital.

Comment se déroule l'opération et la pose d’un pacemaker ?

Appareil médical implanté dans le corps humain, le pacemaker cardiaque aide à lutter contre l'insuffisance cardiaque. L'une des indications pour le pacemaker est la bradycardie (fréquence cardiaque anormalement lente).

L'implantation d'un stimulateur cardiaque est souvent réalisée sous anesthésie locale, voire générale, et ne requiert donc généralement pas d'opération à cœur ouvert. Elle consiste en une incision en haut de la poitrine, sous la clavicule, et ce afin d'insérer les sondes jusqu'aux cavités cardiaques, puis le boîtier contenant notamment la batterie.

Après cette intervention et le test du pacemaker, durant une à deux heures, la plaie sera refermée à l'aide de sutures et le patient devra rester quelques jours à la clinique ou à l'hôpital, le séjour étant bien évidemment plus ou moins long selon l'état général du patient.

pace maker

 

Quelles sont les suites de la pose d’un pacemaker ?

Comme après toute opération, il est recommandé de surveiller la cicatrice liée à la pose du pacemaker et de consulter rapidement son médecin traitant si cette dernière devient rouge, boursouflée ou que du pus s'en échappe. Il est également conseillé d'éviter les activités sportives et les efforts intenses sollicitant le bras côté pacemaker ou des mouvements brusques pour prévenir diverses complications.

Enfin, consulter son médecin, son cardiologue, voire les urgences, est l'attitude à adopter en cas de fatigue, de vertige, de gêne respiratoire et de palpitations par exemple, ainsi qu'en présence de tout autre symptôme n'étant pas habituel, tout en sachant que le dysfonctionnement d'un pacemaker pour la stimulation cardiaque reste rare. Des contrôles réguliers sont à prévoir.

Avec un pacemaker, les risques sont donc limités, néanmoins il convient de conserver sa carte de porteur en permanence sur soi, pour des raisons évidentes de santé, mais également pour informer en cas de besoin le personnel de sécurité : portiques de détection des métaux à l'aéroport, portiques antivol des magasins.

Après l'intervention, sans pour autant immobiliser la partie supérieure du corps et cesser toute activité physique, les efforts intenses nécessitant l'utilisation du bras côté pacemaker sont vivement déconseillés pour le porteur de pacemaker. En effet, il s'agit là de prévenir d'éventuelles complications (qui surviennent dans moins de 5 % de cas), telles que l'hématome de la loge du boîtier, un saignement interne autour du boîtier. Les autres complications pouvant découler de l'implantation d'un stimulateur cardiaque sont le pneumothorax (présence d'air entre les deux couches de la plèvre, décollement du poumon) et l'infection, néanmoins le risque reste faible car des précautions sont prises par l'équipe médicale – constituée de professionnels de santé – pour les éviter.

Enfin, pour des raisons là aussi évidentes, l'association pacemaker et alcool est déconseillée, tout comme l'exposition à la résonance magnétique (IRM, par exemple) et aux champs magnétiques au-delà d'un certain seuil, en suivant pour cela les recommandations données par son médecin suite à la pose du pacemaker.

Cet article médical a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les praticiens cardiologues au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Vos questions fréquemment posées :

Pourquoi poser un pacemaker ?

La pose de ce stimulateur cardiaque est indiquée en cas de troubles du rythme cardiaque, comme par exemple la bradycardie.

Quels sont les inconvénients d'un pacemaker ?

La pose de cet appareil peut comporter des risques si le patient fait des efforts de forte intensité avec son bras côté pacemaker, comme l'hématome de la loge du boîtier ou un saignement interne autour du boîtier. D’autres risques existent comme le pneumothorax ou l’infection mais ils restent faibles.

Qu'est-ce qui est interdit avec un pacemaker ? Quelles contre indications ?

Vous ne devez pas vous approcher de plus de 15 cm d'un four à micro-ondes ou d'un téléphone cellulaire lorsque vous l'utilisez. Vous ne devez pas vous asseoir dans un sauna ou un bain à remous.

Pacemaker ou défibrillateur, quelle différence ?

Le défibrillateur est un appareil électrique visant à rétablir un rythme cardiaque normal en envoyant un choc électrique. Il permet de détecter et corriger des arythmies survenant à l’étage inférieur (les ventricules) du cœur. Il se compose d’un boitier et de fils électriques comme un pacemaker avec en plus, un condensateur (accumulateur d’énergie).

La cicatrice de l'opération d'un pacemaker est-elle douloureuse ?

La cicatrice est généralement peu douloureuse et ne nécessite pas de soins particuliers. Il faut néanmoins régulièrement la surveiller et informer son médecin en cas de rougeur ou de gonflement de la plaie.

Autre traitement associé à la Cardiologie

Examens associés à la Cardiologie

ELSAN en chiffres

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

2 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

137

établissements