Névrome ou syndrome de Morton

Le névrome de Morton est une condition douloureuse du pied qui peut impacter la qualité de vie en raison de symptômes invalidants tels que la douleur, les brûlures et l'engourdissement.

Trouver un spécialiste en Orthopédie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

Le névrome de Morton est une condition douloureuse du pied qui peut impacter la qualité de vie en raison de symptômes invalidants tels que la douleur, les brûlures et l'engourdissement. Heureusement, plusieurs traitements efficaces existent pour soulager les symptômes et améliorer la qualité de vie des patients atteints. Dans cet article, Elsan vous informe sur les symptômes et traitements pour traiter cette maladie Le névrome de Morton, aussi appelé métatarsalgie de Morton ou syndrome de Morton, est une pathologie courante du pied, qui se caractérise par une compression et donc une inflammation des nerfs plantaires interdigitaux. Si les femmes sont les plus touchées, en raison du port de chaussures à bouts pointus ou à hauts talons, toute personne dont le pied est comprimé y est exposée. Découvrez ce qu’est le névrome de Morton, ses causes, ses symptômes et ses traitements.

  Définition : qu’est-ce que le névrome ou syndrome de Morton ?

Le névrome de Morton ou métatarsalgie de Morton est une inflammation douloureuse aiguë d’un des nerfs sensitifs du pied, en raison de sa compression. Dans les trois-quarts des cas, cette inflammation se produit au niveau de l’espace intermétatarsien, entre le 3e et le 4e orteil. Cette pathologie affecte par ailleurs davantage les femmes que les hommes (trois fois plus) à la cinquantaine, en raison de facteurs de risques plus élevés, comme le port de talons hauts ou d’escarpins à bouts pointus. Quand le nerf interdigital est comprimé par les chaussures, il frotte contre les os, ce qui produit une irritation et un renflement autour du nerf. Cette excroissance bénigne, due à un épaississement ou à un durcissement des tissus nerveux qui enveloppent le nerf, porte médicalement le nom de névrome de Morton.

Femme se massant le pied après avoir retiré ses talons hauts. Le névrome ou syndrome de Morton touche plus souvent les femmes.

 

Quelles sont les causes du névrome de Morton ?

Les causes du névrome de Morton ne sont encore pas toutes cernées. Cependant, des facteurs de risque ont pu être mis en évidence, car ils induisent une compression du nerf interdigital. Il s’agit du port de chaussures inadaptées, car comprimant les orteils ou ne les protégeant pas assez des chocs répétitifs : escarpins à bouts pointus, chaussures étroites, semelles trop fines, talons trop hauts. Mais le névrome de Morton peut aussi résulter de la pratique d’un sport sollicitant beaucoup les pieds et qui engendre des traumatismes sur les pieds, comme la course à pied, le tennis, la danse, le ski, le basket. Enfin, une blessure au pied ou un pied creux peuvent aussi conduire à une inflammation des nerfs sensitifs et à un névrome de Morton.

Prendre rendez-vous en ligne

Quels sont les symptômes de la maladie de Morton au pied ?

Les symptômes du névrome de Morton sont accentués à la marche ou en position debout prolongée. Ils se traduisent par des picotements et un engourdissement au niveau de la base du pied ; et une douleur plantaire vive et lancinante à la base des orteils, semblable à un coup de poignard. Les symptômes du névrome comprennent aussi des sensations de décharges électriques, qui peuvent irradier jusqu’à la cheville. Ces douleurs se manifestent par crises, souvent à l’issue d’une longue marche ou d’un long moment à piétiner. L’apaisement ne peut bien souvent être obtenu qu’avec le déchaussement, et le repos en position allongée, c’est-à-dire sans charge ni pression sur les orteils.

Quel diagnostic pour la maladie de Morton ?

Le diagnostic de la maladie de Morton repose à la fois sur un examen clinique et des examens d’imagerie médicale. Lors de l’examen clinique, certaines manipulations peuvent mettre en évidence le syndrome de Morton. Il s’agit par exemple du signe de Mulder (un craquement douloureux et audible est obtenu par compression des zones interdigitales du pied), ou encore du signe de Lasègue de l’orteil (une extension de l’orteil déclenche une douleur vive). Des examens radiologiques sont nécessaires pour conforter le diagnostic. On procède à une échographie du pied, examen qui permet de déceler une excroissance de forme ronde ou ovoïde dans l’espace intermétatarsien. Toutefois, il convient d’être très prudent avec l’interprétation de l’échographie : selon le docteur Mehmet Avci de l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, si l’excroissance est inférieure à cinq millimètres, alors il y a une probabilité sur deux d’être en présence d’un faux négatif. Enfin, si l’IRM permet de poser un diagnostic plus précoce que l’échographie, on a peu recours à l’IRM pour le diagnostic du névrome de Morton, le rapport bénéfice/coût et les longs délais pour obtenir un rendez-vous étant défavorables. Quant à la radiologie du pied, elle peut être utile pour poser un diagnostic différentiel, et détecter des pathologies ayant des symptômes communs avec le névrome de Morton, comme une fracture de fatigue, ou une ostéochondrite des têtes métatarsiennes.

Quels sont les traitements pour soigner et soulager le syndrome de Morton ?

Le syndrome de Morton ne nécessite pas systématiquement un traitement chirurgical. Parmi les traitements à disposition, on trouve :

  • Des médicaments : anti-inflammatoires non stéroïdiens et antalgiques.
  • Des infiltrations : en cas de non-réponse aux médicaments, le médecin peut prescrire des infiltrations de corticoïdes avec échoguidage, des infiltrations d’acide hyaluronique ou encore des infiltrations de toxine botulique A. Ces infiltrations ont pour but d’apaiser la douleur, donc de limiter les symptômes.
  • Des solutions paramédicales : si vous portez des chaussures serrées ou à talons hauts, il vous sera conseillé d’adopter des chaussures qui ne compriment pas les orteils et ne sont dotées que d’un petit talon (deux à trois centimètres). De même, le port de semelles orthopédiques peut être nécessaire pour modifier l’appui plantaire, et particulièrement l’appui rétrocapital.
  • La chirurgie du névrome : elle n’est envisagée qu’en dernier recours, après échec des traitements. Il s’agit de libérer le nerf comprimé (neurolyse), mais cela peut laisser une gêne postopératoire pendant quelques mois. On peut également pratiquer une neurectomie, c’est-à-dire le retrait du nerf comprimé.

Cet article médical a été relu et validé par un médecin spécialiste en neurologie au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les praticiens neurologues au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Prenez tout de suite rendez-vous ! 

Obtenez un rendez-vous en moins de 5 min avec l'un de nos praticiens en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux dans un établissement près de chez vous !

Vos questions fréquemment posées :

Comment soigner la maladie de Morton naturellement ?

La maladie de Morton est une condition douloureuse qui peut être traitée à l'aide de méthodes de thérapie naturelle. Les techniques comprennent l'utilisation de chaussures orthopédiques, des bains de pieds à l'eau chaude et froide, des exercices de stretching et une alimentation saine. Des remèdes à base de plantes peuvent également être utilisés pour soulager la douleur et l'inflammation associées au syndrome de Morton.

Comment guérir et se débarrasser du syndrome de Morton ?

Il existe différents traitements pour guérir du syndrome de Morton. Les traitements incluent des médicaments comme les anti-inflammatoires et les antalgiques, des infiltrations de corticoïdes, d'acide hyaluronique ou de toxine botulique A pour soulager la douleur, ainsi que des solutions paramédicales telles que le port de chaussures confortables et de semelles orthopédiques. La chirurgie n'est envisagée qu'en dernier recours et vise à libérer le nerf comprimé, mais peut entraîner une gêne postopératoire temporaire.

Comment attrape-t-on un névrome de Morton ?

Les causes exactes du névrome de Morton ne sont pas connues, mais des facteurs de risque ont été identifiés, notamment le port de chaussures inadaptées (escarpins, chaussures étroites, semelles trop fines, talons trop hauts), la pratique de sports sollicitant les pieds et engendrant des traumatismes, ainsi que les blessures au pied ou les pieds creux.

Un névrome de Morton peut-il se résorber ?

Un névrome de Morton peut se résorber dans certains cas, notamment avec un traitement précoce et adapté. Les traitements peuvent inclure des médicaments, des infiltrations, des solutions paramédicales ou, en dernier recours, une chirurgie. Il est important de consulter un médecin  pour un diagnostic et un traitement appropriés.

Image

1er

acteur de la santé privée en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

34 000

naissances par an

Image

4,9 million

patients traités par an

Image

7 500

praticiens

Image

212

établissements et centres