Hyperthyroïdie

L'hyperthyroïdie désigne une hyperactivité de la glande thyroïde qui se situe à la base du cou. Elle peut être asymptomatique ou se traduire par un gonflement de la glande, une accélération du rythme cardiaque, une hausse de la tension, une perte de poids, une fatigue générale...

Trouver un spécialiste en Endocrinologie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

L’hyperthyroïdie correspond à une hyperactivité de la glande thyroïde. La conséquence directe est une production excessive d’hormones thyroïdiennes. Cela entraîne de nombreux signes cliniques comme une accélération du rythme cardiaque, une fatigue inhabituelle, un amaigrissement. Découvrez en quoi consiste l’hyperthyroïdie.

Définition : qu’est-ce que l’hyperthyroïdie ?

L’hyperthyroïdie désigne une hyperactivité de la glande thyroïdienne et par conséquent, une sécrétion anormalement importante d’hormones thyroïdiennes. Ces hormones sont la triiodothyronine (appelée T3) et la thyroxine ou tétra-iodothyronine (aussi appelée T4). Or ces hormones sont censées être régulées par la TSH (Thyroid Stimulating Hormone), secrétée par l’hypophyse. Cependant, en cas d’hyperthyroïdie la TSH n’agit pas correctement et ne permet pas la régulation des T3 et T4. Le rôle de ces hormones est de réguler le métabolisme du corps. Elles vont donc contrôler la production d’énergie, mais aussi de chaleur nécessaire à l’organisme, la croissance osseuse, la décomposition des lipides et des sucres, le développement mental ou encore la consommation d’oxygène par les divers organes et tissus. Leur présence en excès va donc se traduire par une accélération du métabolisme (accélération du rythme cardiaque, fatigue…). On distingue à ce titre deux types d’hyperthyroïdie :

  • l’hyperthyroïdie diffuse, c’est-à-dire que l’ensemble de la glande thyroïdienne voit son volume augmenter et sécrète des hormones en excès;
  • l’hyperthyroïdie nodulaire, où seule une zone de la glande thyroïde dysfonctionne. 

Quelles sont les causes de ce problème de thyroïde ?

Diverses causes de l’hyperthyroïdie ont été identifiées :

  • la maladie de Basedow : cette maladie auto-immune est la cause principale de l’hyperthyroïdie. Dans cette pathologie, le système immunitaire produit des anticorps qui interagissent avec la TSH et stimulent la production de T3 et T4. Les femmes sont les plus touchées par cette pathologie (7 cas sur 10) ;
  • les thyroïdites : il s’agit d’inflammations de la thyroïde, qui peuvent avoir diverses origines. Une origine virale (thyroïdite de De Quiévrain, thyroïdite subaiguë), une thyroïdite consécutive à la grossesse (hyperthyroïdie de grossesse ou thyroïdite post-partum) ou, dans une moindre mesure, une thyroïdite due à une maladie chronique auto-immune (thyroïdite d’Hashimoto) ; 
  • le goitre multi-nodulaire hétérogène toxique : il s’agit de la présence de nodules qui sécrètent en excès des hormones thyroïdiennes ;
  • les nodules thyroïdiens toxiques : il s’agit de tumeurs bénignes ;
  • certains médicaments iodés peuvent induire une hyperthyroïdie.

Quels sont les facteurs de risque de l’hyperthyroïdie ?

Parmi les facteurs de risque de survenue de l’hyperthyroïdie, on observe :

  1. l’appartenance au sexe féminin (les femmes sont 5 à 10 fois plus touchées que les hommes);
  2. l’âge (les seniors de plus de 60 ans sont davantage affectés);
  3. des comorbidités (existence d’une maladie auto-immune comme un diabète de type 1);
  4. un facteur héréditaire (existence d’autres cas familiaux d’hyperthyroïdie);
  5. le tabac. En effet, la présence de nicotine, de thiocyanates et de pyridines dans le tabac augmente non seulement le volume du goitre, mais constitue un facteur de risque de développer la maladie auto-immune de Basedow.

Hyperthyroïdie

 

Quels sont les signes et symptômes de l’hyperthyroïdie ?

L’hyperthyroïdie peut être asymptomatique, surtout chez les seniors de plus de 60 ans.

Parmi les symptômes les plus fréquents de l’hyperthyroïdie, on trouve un gonflement de la glande thyroïde à la base du cou, gonflement de toute la glande ou seulement de certaines zones (nodules) de cette dernière.

Quelle que soit l’origine de l’hyperthyroïdie, on observe une accélération du métabolisme et cela se traduit donc par :

  • des troubles nerveux : ce sont les premiers signes de la pathologie, comme de la nervosité, un tremblement des mains, une irritabilité, une anxiété voire une dépression ;
  • une accélération du rythme cardiaque (palpitations, essoufflement) et une hausse de la tension artérielle ;
  • un trouble de la régulation thermique du corps : sueurs, bouffées de chaleur ;
  • une perte de poids importante et rapide à alimentation inchangée ;
  • une accélération du transit intestinal : augmentation de la fréquence des selles sans diarrhées associées ;
  • une altération de l’état général : asthénie, faiblesse musculaire, perte de cheveux

    font également partie des symptômes… 

Prendre rendez-vous en ligne

Quel bilan réaliser pour diagnostiquer l’hyperthyroïdie ?

Pour poser le diagnostic d’hyperthyroïdie, le médecin se base sur un examen clinique, des analyses sanguines et de l'imagerie.

  1. À l’examen clinique, il palpe la thyroïde de la personne, laquelle peut avoir augmenté de volume (on parle alors de goître). Puis il mesure le rythme cardiaque et la tension artérielle, qui sont généralement élevés en cas d’hyperthyroïdie.
  2. Il prescrit ensuite des examens sanguins pour doser les hormones thyroïdiennes. En cas d’hyperthyroïdie, les hormones thyroïdiennes T3 et T4 sont à des taux élevés, tandis que le dosage de la TSH est faible. Si l’examen sanguin confirme l’hyperthyroïdie, une analyse sanguine supplémentaire sera réalisée pour identifier une potentielle maladie de Basedow : recherche d’anticorps qui stimulent la production d’hormones thyroïdiennes.
  3. Des examens radiologiques sont par ailleurs prescrits :
  • une échographie thyroïdienne pour mesurer le volume de la thyroïde et détecter des nodules entre autres ;
  • une scintigraphie en cas de détection de nodule, pour savoir si ce dernier est hyperactif ou non.

Comment soigner l’hyperthyroïdie : Quels traitements et médicaments ?

À ce jour, il existe trois types de traitements de l’hyperthyroïdie.

  1. Le premier est le traitement médicamenteux. Il s’agit à la fois de soulager les symptômes du patient (avec des bêtabloquants) et de réduire temporairement la production d’hormones thyroïdiennes avec des antithyroïdiens de synthèse (méthimazole et le propylthiouracile, par exemple) prescrits sur plusieurs mois.
  2. Le deuxième traitement possible de l’hyperthyroïdie est le recours à l’iode. L’iode radioactif est utilisé dans le cas d’hyperthyroïdie diffuse quand les médicaments n’ont pas eu l’effet escompté ou dans le cas d’une hyperthyroïdie nodulaire qui ne peut pas être opérée. Ce traitement à l’iode est contre-indiqué si la femme est enceinte ou allaitante.
  3. Enfin, le troisième traitement possible de l’hyperthyroïdie est l’intervention chirurgicale. L’opération consiste en l’ablation partielle ou totale de la glande thyroïde, quand les traitements médicamenteux ont échoué. En cas de thyroïdectomie (ablation de la thyroïde), il est nécessaire de prendre un traitement à vie par hormones de synthèse.

Quelles sont les complications et conséquences possibles de l’hyperthyroïdie ?

Si l’hyperthyroïdie n’est pas prise en charge médicalement, des complications peuvent se produire. Il s’agit principalement de complications cardiaques et de troubles psychiatriques. Les troubles du rythme cardiaque (cardiothyréose) sont une accélération du rythme cardiaque, une insuffisance cardiaque ou encore une arythmie complète avec fibrillation auriculaire. Sur le plan mental, l’hyperthyroïdie peut conduire à des troubles psychiatriques : un état de confusion mentale, des délires, une certaine agitation. Quand la cause de l’hyperthyroïdie est la maladie de Basedow, on parle de folie basedowienne. Enfin, une altération de l’état général survient si l’hyperthyroïdie n’est pas traitée. Il y a alors une perte de poids importante, une déminéralisation osseuse (ostéoporose), une atrophie musculaire, une paralysie de la motricité oculaire, une perte de cheveux.



Cet article médical a été relu et validé par un  médecin spécialiste en endocrinologie au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les endocrinologues au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Article écrit le 01/02/2024, vérifié par Dr Catherine Draunet Busson, Polyclinique Inkermann

Prenez tout de suite rendez-vous ! 

Obtenez un rendez-vous en moins de 5 min avec l'un de nos praticiens en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux dans un établissement près de chez vous !

Vos questions fréquemment posées :

Quel est le taux de tsh en hyperthyroïdie ? Elevée ou basse ?

En cas d’hyperthyroïdie, les hormones thyroïdiennes T3 et T4 sont à des taux élevés, tandis que le dosage de la TSH est faible (< 0,03 mUI/L).

Hypothyroïdie ou hyperthyroïdie ?

L'hyperthyroïdie se traduit par une trop grande production d'hormones thyroïdiennes. Au contraire, on parle d'hypothyroïdie lorsque la glande thyroïde n’est pas assez active et qu'elle ne produit pas assez d'hormones.

Est-ce que l'hyperthyroïdie est grave ?

L’hyperthyroïdie est une maladie grave car elle peut entraîner de nombreuses complications, notamment cardiaques.

Traitements associés à l'endocrinologie

Image

1er

acteur de la santé privée en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

34 000

naissances par an

Image

4,9 million

patients traités par an

Image

7 500

praticiens

Image

212

établissements et centres