Insuline

L'insuline est une hormone produite par le pancréas. Elle permet au glucose de rentrer dans les cellules pour être utilisé comme source d'énergie. Lorsque le pancréas ne produit pas suffisamment d'insuline, ou que les cellules ne répondent pas correctement à l'insuline, cela peut entraîner un diabète.

Trouver un spécialiste en Endocrinologie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

L’insuline participe à la régulation du taux de sucre dans le sang. Une glycémie trop basse comme trop haute est un facteur de risque pour la santé. Chez certaines personnes souffrant particulièrement de diabète, l’insulinothérapie est l’unique solution pour bien traiter cette maladie.

Définition : qu’est-ce que l’insuline ?

L’insuline est une hormone ou substance produite naturellement par le pancréas, précisément des cellules β des îlots de Langerhans, de trois types, tous disséminés dans cet organe. Les cellules bêta sont connues pour sécréter l’insuline, quant aux cellules alpha, elles vont stimuler les cellules β afin de libérer du glucagon. Leur but est d’augmenter le taux d’insuline dans le sang. Les cellules delta vont à leur tour sécréter la somatostatine. Ce peptide exerce une action inhibitrice sur les sécrétions de peptides gastro-intestinaux et pancréatiques, notamment l’insuline.

 

L’insuline rapide

L’insuline rapide porte bien son nom, car elle est caractérisée par son passage accéléré dans le sang avec une durée d’action d’environ 8 heures. En fonction de la dose injectée, la durée peut être comprise entre 2 et 8 heures.

 

L’action débute 15 à 30 minutes seulement après l’injection et permet de favoriser le pic d’insuline nécessaire pour le contrôle de la glycémie en fin de repas. Elle est prise au moment des repas ou juste avant. On parle alors d’insuline prandiale à courte durée d’action ou à action rapide. Tout dépend de l’insuline injectée. L’asparte est l’exemple type d’une insuline rapide.

 

L’insuline lente

L’insuline lente ou à action prolongée est prise une à deux fois par jour selon le type d’analogue de l’insuline à action prolongée injectée. Par exemple, le traitement à base de Levemir nécessitera deux injections, tandis que celui à base de Tresiba (insuline basale) n’en exigera qu’une. L’insuline lente agit en moyenne au bout de 2 à 4 heures, avec une durée d’action élevée de 20 à 24 heures, voire plus. Son action est donc continue.

 

L’insuline mixte

L’insuline mixte se compose d’insuline rapide et à action prolongée. Cette formulation biphasique peut comprendre une insuline rapide et une insuline intermédiaire monophasique combinée à de la protamine, en proportion variable. Ce type d’insuline a pour objet de compenser les insulines dites "retard". Leur durée d’action se situe autour de 12 heures. L’exemple type d’une insuline à action prolongée est l’insuline glargine.

Quel est le rôle de l’insuline ?

Le rôle principal de l’insuline est de permettre d’équilibrer la teneur du glucose dans le sang pour ne pas dépasser les valeurs normales. Quand elle fonctionne normalement, l’insuline permet d’éviter le développement de certaines maladies, comme la stéatose hépatique, l’hypertension, le diabète, etc.

L’insuline a aussi un autre rôle. Dans l’organisme, c’est la seule hormone à pouvoir provoquer une hypoglycémie, c’est-à-dire une diminution du taux de glucose dans le sang, par son procédé "régulateur". On parle d’insuline hypoglycémiante.

insuline

Le saviez-vous ? Les glucides jouent un rôle fondamental dans le bon fonctionnement de l’organisme. Une personne diabétique peut toujours en consommer, car ils sont vecteurs de source d’énergie.

Pourquoi certaines personnes développent une résistance à l’insuline ?

La résistance à l’insuline, c’est l’altération des pouvoirs d’action de cette hormone dans l’organisme. Par exemple, des personnes en surpoids ou obèses peuvent faire une résistance à l’insuline non sans conséquence. Le taux de glucose augmente dans le sang et l’action de l’insuline s’en retrouve perturbée. Et le risque de développer un diabète également. Puisque le sucre n’est plus réparti équitablement dans les muscles, les tissus adipeux, ou entreposé au niveau du foie.

 

Ainsi, la résistance à l’insuline peut s’expliquer de deux manières. Soit il y a l’arrêt total de la production d’insuline, le patient peut alors faire un diabète, soit il y a une hyperinsulinémie compensatoire qui, à court ou moyen terme, provoquera des anomalies métaboliques.

 

L’insuline et le diabète

Un organisme dysfonctionnel, avec une mauvaise production d’insuline ou son absence, peut provoquer du diabète de type 1 (arrêt de fabrication de l’insuline) ou 2 (insuline fabriquée, mais en quantité anormale). En effet, le sucre n’est plus correctement acheminé vers les cellules adéquates. C’est une cause d’augmentation de la glycémie.

 

Bon à savoir : À jeun, le taux normal de glycémie se situe entre 0,70 et 1 gramme de glucose par litre de sang. L’hypoglycémie se caractérise par un taux inférieur à 0,70 g/l, tandis que l’hyperglycémie se situe au-dessus de 1 g/l. Les personnes diabétiques ont un taux supérieur à 1,26 g/l.

Comment traiter le diabète avec de l’insuline ?

Le traitement du diabète peut se faire par le biais de pompes à insuline ou par injections : 

Les pompes à insuline

Les pompes à insuline sont une autre façon de suivre ce traitement. Ce sont de petits appareils discrets directement reliés au corps s’agissant de patch, ou à l’aide d’une sonde. Elles sont utiles pour les personnes ne supportant pas les injections d’insuline. Elles se changent au bout de 3-4 jours maximum d’utilisation.

 

Les injections ou piqures avec un stylo d’insuline

L’insuline ne pouvant être absorbée par voie orale au risque d’être détruite par les enzymes digestifs, la voie sous-cutanée est la solution, combinée à une alimentation saine et un mode de vie équilibré. C’est le patient lui-même qui se fait ses injections à l’aide d’un stylo jetable, en respectant scrupuleusement le dosage recommandé. Par exemple, une injection d’insuline avec un dosage excessif peut entraîner de l’hypoglycémie qui, en l’absence de prise de sucre, peut conduire à un coma.

Le glucose est important dans l’organisme puisque c’est une source d’énergie. Le rôle de l’insuline est de permettre de répartir équitablement ce taux de sucre dans le sang. En cas de dérèglement de ce système bien établi,certaines pathologies peuvent apparaître,comme le diabète. Manquer d’insuline représente un danger pour la santé.

Bon à savoir : Les injections peuvent se faire sur plusieurs parties du corps : bras, cuisses, abdomen, fesses, etc.

Cet article médical a été relu et validé par un médecin spécialiste enendocrinologie au sein d’un établissement ELSAN,groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin,seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie,nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous,lesmédecins diabétologues au sein des hôpitaux privés ELSAN,qui vous reçoivent en RDV près de chez vous,dans l’un de nos établissements.

Vos questions fréquemment posées :

Pourquoi on injecte de l'insuline ?

L'insuline permet d’équilibrer la teneur du glucose dans le sang et d'éviter le diabète.

Qu'est-ce qui fait augmenter l'insuline ?

L'insuline est une hormone produite par le pancréas et sécrétée en permanence dans le corps. Certains aliments comme les glucides augmentent son taux dans le sang.

Quel est le danger de l'insuline ?

Un dosage excessif d'insuline peut entrainer une hypoglycémie.

Quelle sont les effets de l'insuline ?

L'insuline est une hormone sécrétée par le pancréas. Elle est essentielle au métabolisme des glucides, des lipides et des protéines. L'insuline permet le transport des glucose dans les cellules pour qu'ils puissent être utilisés ou stocké

Peut-on mourir avec trop d'insuline ?

Trop d'insuline peut provoquer une crise hypoglycémique où le taux de sucre dans le sang est si bas qu'il peut entraîner une perte de conscience, des convulsions et, dans les cas les plus graves, le coma et la mort.

Traitements associés à l'endocrinologie

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

2 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

137

établissements