Cytomégalovirus ou CMV

Le cytomégalovirus (CMV) est un virus appartenant à la famille des Herpes. Il est souvent asymptomatique mais il est dangereux en cas de grossesse car il peut entraîner de graves complications pour le fœtus.

Trouver un spécialiste en Gynécologie Obstétrique à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

Le cytomégalovirus, ou CMV, désigne un virus de la famille des Herpèsvirus. Il est particulièrement redoutable pour la femme enceinte, car il peut entraîner de graves malformations sur le fœtus. Découvrez ce qu’est le CMV, son mode de transmission, ses traitements.

Définition : qu’est-ce que le cytomégalovirus ou CMV ?

Le cytomégalovirus, ou CMV, est un virus qui appartient à la famille des virus de l’herpès, au même titre que la varicelle, l’herpès génital ou labial. C’est la première cause d’infection congénitale observée, précise l’Académie nationale de médecine, avec une prévalence de 0,3 à 1 %. Ce virus, présent uniquement chez l’homme, est très contagieux. Mais son espérance de vie est faible en milieu extérieur (gel hydroalcoolique, savon, chaleur, désinfectant le détruisent).

Le Le cytomégalovirus, ou CMV, désigne un virus de la famille des herpèsvirus.

 

Quelles sont les causes du cytomégalovirus ?

Le cytomégalovirus est contracté à la suite d’un contact direct avec les sécrétions d’une personne contaminée. Qu’il s’agisse de salive, de sécrétions vaginales ou nasales, de sperme, de larmes, de sang, de lait maternel ou encore d’urine. Autrement dit, la contamination au CMV se fait lors d’un baiser avec échange de salive, d’un rapport sexuel, du serrage de mains, d’un allaitement. La durée de la contagiosité au cytomégalovirus est de plusieurs semaines. Cette contagion a des effets plus forts chez les personnes immunodéficientes (bébés, personnes âgées ou atteintes du VIH, sous traitement contre le cancer ou le rejet de greffe…). Chez la femme enceinte, la contagion au CMV est grave : elle peut entraîner des complications, voire un handicap, pour le bébé à naître.

Les symptômes du cytomégalovirus diffèrent selon l’état du système immunitaire.

Le CMV et la femme enceinte

L’infection de la mère au CMV lors de la grossesse est potentiellement grave, non pour elle-même, mais pour le fœtus. Surtout si elle se produit lors des 3 premiers mois de grossesse. Les conséquences pour le bébé peuvent être une insuffisance hépatique et des troubles neurologiques sévères (microcéphalie, convulsions, retard mental, surdité bilatérale…).

 

Le cytomégalovirus chez le bébé

Le bébé infecté par le CMV avant sa naissance peut présenter des symptômes graves : petite tête (microcéphalie), prématurité, poids insuffisant, inflammation pulmonaire, rétinite, rate et foie trop volumineux. Si le CMV chez le bébé a été contracté après la naissance, il peut présenter les symptômes d’une pneumonie, d’une hépatite, un taux de globules blancs élevé et un taux de plaquettes faible, un foie et une rate trop volumineux.

 

Le cytomégalovirus chez l’adulte

Le cytomégalovirus chez l’adulte peut rester asymptomatique s’il est doté de bonnes défenses immunitaires. En cas de déficiences immunitaires, une fièvre isolée et un syndrome grippal peuvent survenir, ainsi qu’une fatigue inhabituelle, des douleurs musculaires et des ganglions enflés au niveau du cou.

Quel diagnostic pour la maladie cytomégalovirus ?

Pour poser le diagnostic d’une contagion au cytomégalovirus, on procède à une prise de sang. En effet, la présence du virus CMV déclenche la production d’anticorps IgM dans un premier temps, avant que ces derniers ne soient remplacés par des anticorps de type IgG. Si les tests cytomégalovirus IgM et cytomégalovirus IgG sont positifs, il y a deux interprétations possibles. Soit la personne a été récemment infectée par le virus, soit elle l’avait à l’état latent et ce dernier a été réactivé récemment. Si seul le test aux IgM est positif, il est probable que l’infection soit très récente. Un deuxième dosage est effectué à 2 semaines d’écart pour confirmer une infection active. Si la personne est négative aux deux tests, alors elle n’est pas infectée au CMV.

Quels sont les traitements d'une infection au cytomégalovirus et dangers lors de la grossesse ?

Il n’existe pas à ce jour de vaccin contre le cytomégalovirus. Les traitements du cytomégalovirus consistent en l’administration d’un antiviral spécifique, le plus souvent par voie intraveineuse. Attention cependant : ce traitement ne peut pas être administré à la femme pendant la grossesse en raison des risques élevés pour le développement du fœtus. C’est pourquoi il est conseillé aux femmes enceintes de prendre des mesures de précaution, surtout si elles sont au contact d’enfants en bas âge (moins de 3 ans). Ces mesures passent par le fait de ne pas embrasser un enfant sur la bouche, de ne pas partager de couverts avec l’enfant, ni de porter sa tétine à la bouche. Mais aussi par le fait de laver régulièrement ses jouets, de bien se laver les mains à l’eau et au savon après chaque contact avec l’enfant (surtout après le changement de couches ou l’avoir aidé aux toilettes) et enfin, ne pas prendre de bain avec l’enfant. Pour ces femmes à risque, car entourées de jeunes enfants ou présentant une immunodéficience, il est conseillé de se faire dépister avant la grossesse, pour savoir si la future maman dispose déjà d’une immunité contre le CMV, immunité héritée d’une précédente contamination. Si la maman est contaminée au cours de la grossesse par le CMV, un suivi particulier du bébé est effectué avec échographies et amniocentèse.



Cet article médical a été relu et validé par un médecin spécialiste en médecine générale ou en gynécologie au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les médecins généralistes et gynécologues au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Vos questions fréquemment posées :

Comment on attrape le virus cytomégalovirus ?

La transmission du virus se fait par contact direct avec les sécrétions d’une personne infectée (salive, larmes, urine, selles).

Comment guérir d'un cytomégalovirus ?

Le traitement du cytomégalovirus se fait par administration d'antiviraux souvent par voie intraveineuse, sauf en cas de grossesse.

Quels sont les symptômes du CMV ?

Le CMV est une infection virale asymptomatique chez la plupart des personnes infectées. Chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli, le CMV peut provoquer des symptômes graves, notamment des ulcères de la bouche, de la gorge et de l’estomac, des diarrhées, de la fièvre, des douleurs abdominales et des nausées. Il est également dangereux chez le bébé qui peut présenter une insuffisance hépatique et des troubles neurologiques sévères.

Combien de temps dure le CMV ?

Une personne souffrant d’une infection aiguë à CMV est contagieuse pendant plusieurs jours à plusieurs semaines après le début de l’infection.

Prenez tout de suite rendez-vous ! 

Obtenez un rendez-vous en moins de 5 min avec l'un de nos praticiens en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux dans un établissement près de chez vous !

Image

1er

acteur de la santé privée en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

34 000

naissances par an

Image

4,9 million

patients traités par an

Image

7 500

praticiens

Image

212

établissements et centres