Amblyopie : définition, symptômes et traitements

L’amblyopie ou œil paresseux est une déficience d’acuité visuelle d’un œil le plus souvent. On classe généralement les amblyopies en deux catégories : les amblyopies organiques (liées à une pathologie ou un traumatisme de l’œil) et les amblyopies fonctionnelles qui sont liées à un défaut de réfraction. Pour traiter une amblyopie un cache œil est souvent préconisé pour faire travailler l’œil atteint. A noter que plus l’amblyopie est traitée tôt et plus les chances de récupération sont fortes.

Trouver un spécialiste en Ophtalmologie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

L’amblyopie est caractérisée par une déficience visuelle touchant un œil (plus rarement les deux). Il y a donc une différence de vision entre les deux yeux. L’œil touché ne donne pas d’informations visuelles correctes au cerveau et cet œil finit par ne plus être utilisé. L’amblyopie doit être traitée dans l’enfance, période de mise en place du système visuel. Des programmes et des examens oculaires de dépistage des troubles visuels chez les enfants sont ainsi fortement recommandés.

Qu’est-ce que l’amblyopie ?

amblyopie image

L’amblyopie, appelée aussi œil paresseux, définit un œil (plus rarement les deux yeux) présentant une acuité visuelle déficiente. Cette diminution de l’acuité visuelle n’est pas liée à une lésion anatomique, mais à une mauvaise gestion des données visuelles par le cerveau. En effet, ce trouble persiste même si un trouble de la réfraction ou un strabisme a été pris en charge. L’amblyopie est liée à un défaut de prise en charge et de traitement de l’image par le cerveau.

Non traitée correctement dans l’enfance, l’amblyopie peut causer une perte permanente de la vue à l’âge adulte : en effet, le développement de la vision se fait environ jusqu’à l’âge de 8 ans. Pour que la vision soit correcte, il faut que le cerveau soit stimulé avec des images de bonne qualité provenant des deux yeux. Si l’un des deux yeux ne peut pas fournir une image correcte (à cause d’un problème de réfraction, un strabisme ou un traumatisme), le cerveau ignore cette information et les images provenant de l’œil touché ne sont plus traitées, il n’y a donc plus d’isoacuité (acuité visuelle égale entre les deux yeux). C’est pour cela que tout traitement doit se faire avant cet âge critique (8 ans). Au-delà, les thérapies mises en place risquent d’échouer. L’amblyopie concerne, par ailleurs, environ 2 à 3 % des enfants en France.

Quelles sont les causes de l’amblyopie ?

L’amblyopie se développe quand un des deux yeux (plus rarement les deux) n’est pas assez stimulé : on parle de stimulation asymétrique.

On classe généralement les amblyopies en deux catégories :

  • les amblyopies organiques (liées à une pathologie ou un traumatisme de l’œil) ;
  • les amblyopies fonctionnelles qui sont liées à un défaut de réfraction.

Ce problème de stimulation peut donc venir d’un problème de réfraction non corrigé, par exemple :

  • une hypermétropie (difficulté à voir des images de près);
  • une myopie (difficulté à distinguer les images lointaines);
  • un astigmatisme (difficulté à voir nettement à cause d’un défaut de courbure de la cornée et du cristallin), un problème de strabisme (désaxation des yeux);
  • un problème de strabisme (désaxation des yeux). Lorsqu'un seul des deux yeux est touché par le strabisme, l'autre œil prend le dessus et devient progressivement le seul à envoyer des informations au cerveau. Le strabisme est généralement associé à l’amblyopie (50 à 70 % des cas);
  • un problème physique comme une occlusion (par exemple en cas de ptosis l’axe visuel est occlus par la paupière), une cicatrice, une maladie de l’œil, une cataracte congénitale (opacification du cristallin);
  • ou encore un ptosis (chute de la paupière).

Certains enfants sont plus à risque de développer une amblyopie, comme ceux nés prématurément, ceux souffrant d’antécédents familiaux d’amblyopie ou de pathologies neurologiques. L’amblyopie bilatérale est très rare et se développe en cas de très fort problème de réfraction (forte myopie, forte hypermétropie ou fort astigmatisme) ou en cas de nystagmus congénital (trouble de la fixation du regard).

Quels sont les symptômes de l’amblyopie ?

L’amblyopie ne donne pas de symptômes particuliers, l’enfant ne se plaint pas, il est donc important de procéder à un dépistage dans l’enfance avant 6 ans afin de détecter une éventuelle amblyopie et la traiter rapidement. Parfois, l’enfant peut se frotter régulièrement un œil ou cligner d’un œil particulièrement. Certains enfants peuvent également se plaindre de maux de tête. L’enfant plus âgé peut se plaindre de ne pas percevoir les objets en trois dimensions. Non traitée, l’amblyopie peut conduire à la perte de l’acuité visuelle chez l’adulte. On distingue plusieurs niveaux d’amblyopie, suivant que celle-ci impacte un peu, beaucoup ou fortement l’acuité visuelle : on parle alors d’amblyopie légère, d’amblyopie modérée ou d’amblyopie profonde.

Comment diagnostiquer l’amblyopie ?

L’amblyopie se diagnostique pendant un examen ophtalmique. S’il est plus difficile de diagnostiquer une amblyopie chez le très jeune enfant, en grandissant, l’enfant peut participer plus facilement à l’examen ophtalmologique. Un examen ophtalmologique complet est également pratiqué afin de détecter et traiter un éventuel problème de réfraction. Un test de dépistage est généralement pratiqué préventivement quelques années après la naissance, en maternelle et/ou en primaire afin de détecter au plus vite l’amblyopie.

Afin de distinguer s’il s’agit d’une amblyopie fonctionnelle ou organique, l’ophtalmologue va réaliser un examen du fond d’oeil, ce qui permettra de prescrire une correction adaptée et révéler si le patient présente par exemple une anomalie de la rétine ou une cataracte congénitale.

Quels sont les traitements de l’amblyopie ?

Une prise en charge médicale de l’amblyopie s’effectue étape par étape. Il est nécessaire de réaliser systématiquement un examen visuel sous collyres cycloplégiques puis de traiter toute forme de maladie de l'œil, telle qu’une cataracte congénitale.

amblyopie traitement

Le traitement de l’amblyopie est ensuite simple, il faut stimuler l’œil invalide en cachant l’œil valide pendant quelque temps, afin de forcer l’œil touché à traiter les informations visuelles correctement. On parle également d’occlusion de l'œil dominant. Le port du cache-œil est donc le traitement de référence, et il s’avère très efficace. Porté pendant quelques mois, il permet à l’œil paresseux de retrouver une acuité normale.

Amblyopie : quels traitements ?

La réussite des traitements dépend en grande partie de l'âge auquel ils débutent :

  • avant 2 ans, 99 % de réussite ;
  • jusqu'à 6 ans, 90 % de réussite ;
  • lorsqu'ils débutent après 8 ans, il n'y a quasiment aucun succès possible.

L'objectif des traitements est de contraindre l'œil amblyope à travailler.

Occlusion de l'oeil dominant

L'œil dominant est masqué à l'aide d'un pansement occlusif :

  • L'occlusion est en général totale pendant la phase d'attaque du traitement. Sa durée varie en fonction de l'âge du patient (3 semaines pour un enfant de 3 ans, 4 semaines pour un enfant de 4 ans, etc.) et peut se prolonger jusqu'au moment ou l'œil amblyope récupère la même acuité visuelle que l'œil sain, ou qu'on observe une progression de l'acuité. Le pansement est changé tous les 2 à 3 jours, dans une pièce sombre. Il est préférable que l'enfant garde les yeux fermés.
  • Un traitement d'entretien sera ensuite mené obligatoirement sur le long terme, jusqu'à l'âge de 12 ans.

S’il existe un défaut de réfraction, celui-ci est également pris en charge par le port de lunettes ou éventuellement de lentilles.

Certains praticiens, quand les troubles de réfraction ne peuvent plus être corrigés par le port de lentilles de contact ou de lunettes, peuvent également utiliser un collyre sur l’œil sain qui brouille la vue, et qui force l’œil atteint à travailler.

Le médecin rassurera également les parents sur le traitement : si dans un premier temps celui-ci est difficile à suivre, notamment chez le tout-petit, il va être petit à petit accepté. Le traitement est toujours adapté à l’enfant pour une efficacité optimale.

Parfois, des traitements de consolidation peuvent être proposés. Plus l’amblyopie est traitée tôt et meilleures sont les chances d’une récupération totale.

Cet article médical a été relu et validé par le Dr Danièle AMANA, ophtalmologue de la Clinique de l'Archette du réseau ELSAN, 1er opérateur de santé privé en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous les praticiens ophtalmologues du réseau de cliniques privées ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos 137 établissements hospitaliers.

Article écrit le 17/06/2022 , vérifié par le Dr Danièle AMANA, ophtalmologue à la Clinique de l'Archette

Vos questions fréquemment posées :

Comment vivre avec une amblyopie ?

L’amblyopie est en général asymptomatique, l’enfant ne se plaint pas, il est donc important de procéder à un dépistage dans l’enfance avant 6 ans, le plus tôt possible.

Comment voit un œil amblyope ?

Cette pathologie empêche une vision de qualité d'un œil ou des deux.

Comment se manifeste l'amblyopie ?

L’amblyopie se manifeste chez l’enfant par une perte de vision d’un œil. Il est important de faire un dépistage avant l’âge de 3 ans pour corriger la vision le plus tôt possible.

Comment soigner un œil paresseux ?

Pour soigner un œil paresseux le port d’un cache œil peut être prescrit, et également de lunettes ou de lentilles pour corriger la vision.

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

2 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

137

établissements