Glycémie

La glycémie est le taux de glucose dans le sang. Le glucose est une molécule issu des aliments que nous consommons et qui est nécessaire au bon fonctionnement de notre organisme. Un taux de glycémie trop bas ou trop haut doit faire l'objet de surveillance et de traitements adaptés.

Trouver un diabétologue à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

L’alimentation peut jouer un rôle déterminant dans l’apparition de pathologies comme certains types de diabètes. Surveiller sa glycémie, c’est prévenir quelques affections chroniques. Des traitements existent pour réguler le taux de glycémie dans le sang.

Définition : qu’est-ce que la glycémie ?

La glycémie, c’est la teneur en sucre ou taux de glucose dans le sang. Ce sucre a une importance pour le bon fonctionnement de l’organisme, puisque les cellules du corps humain en ont besoin pour produire de l’énergie par l’effet de transformation du glucose en glycogène.

Il existe deux principaux types de diabète sucré, le type 1 et le type 2 : il s’agit d’une défaillance des cellules produisant de l’insuline, l’hormone qui régule la glycémie.

  • Le diabète de type 1, moins fréquent, est dû à une insuffisante sécrétion d’insuline par le pancréas;
  • Le diabète de type 2, plus fréquent, se produit lorsque le pancréas, épuisé, ne peut plus réguler efficacement le taux de sucre dans le sang. L’on assiste à une concentration de glucose dans le sang en raison d’un excès. Le contrôle glycémique du diabète de type 2 peut alors se faire par médicament. 

Bon à savoir 💡 :

D’autres types de diabètes existent : 

  • Le diabète gestationnel se développe chez la femme enceinte;
  • Le diabète MODY est lié à la défaillance des cellules bêta pancréatiques;
  • Le diabète insipide est une maladie hormonale : le patient urine énormément, jusqu’à 12 litres par jour.

Quelle est le taux de glycémie à jeun normal ?

Les personnes qui ne sont pas sujettes au diabète ou tout autre type d’affection chronique ont une glycémie normale. Celle-ci se situe entre 0,70 et 1,10 g par litre de sang à jeun. 

Pour la glycémie postprandiale, c’est-à-dire après un repas, le taux de sucre doit être inférieur à 1,40 g par litre.

Mémo ✍️ :  

  1. Lorsque la glycémie est basse, celle-ci est inférieure à 0,60 g par litre. Le patient est alors en état d’hypoglycémie.
  2. A contrario, quand la glycémie est élevée, le taux de sucre est supérieur à 1,10 g par litre, à jeun. Le patient est ainsi en état d’hyperglycémie modérée.
  3. ⚠️ La glycémie est à un taux trop élevé quand elle est supérieure à 1,26 g par litre.

Glycémie

Le saviez-vous ? L’hémoglobine glyquée (HbA1c) permet d’obtenir sur une période plus longue, entre deux et trois mois, la quantité de glucose contenue dans le sang. Elle permet de mieux suivre les patients atteints du diabète en tenant compte de l’équilibre glycémique.

Quelles sont les causes d’un indice glycémique bas ?

Un niveau bas de glycémie peut avoir différentes causes :

  • Certains traitements médicamenteux perturbent la glycémie, comme des traitements contre la douleur, les troubles du rythme cardiaque, l’hypertension artérielle, etc. ;
  • Une pathologie : le diabète en fait partie ;
  • La grossesse : elle peut avoir une incidence sur la glycémie basse en raison de la sensibilité de l’insuline due par exemple au développement rapide du fœtus, ou lorsque la femme enceinte ne se nourrit pas comme il se doit ;
  • Le stress peut agir négativement sur l’organisme au niveau du pancréas, de l’activité intestinale, etc. 

Cette liste n’est pas exhaustive. D’autres facteurs comme le jeûne prolongé ou une activité physique intense sur plusieurs heures peuvent occasionner une baisse du taux de glycémie.

Quels sont les symptômes d’une glycémie basse ?

En cas de glycémie basse, le patient peut ressentir :

  • des maux de tête ;
  • des étourdissements ;
  • des tremblements ;
  • Une transpiration excessive ;
  • un sommeil agité ;
  • une grande faiblesse ;
  • ou la faim. 

Cette liste de symptômes varie d’une personne à une autre. 

Quelles sont les causes d’une glycémie élevée ?

Les causes d’une glycémie élevée sont les suivantes :

  • l’alimentation : une personne consommant trop de glucides peut à court ou long terme avoir une glycémie élevée ;
  • la prise de certains médicaments comme la cortisone ;
  • un stress psychologique ou physique tel une maladie, une infection ;
  • Une affection comme le diabète. 

À noter qu’en cas de diabète, les médicaments doivent être pris selon la dose appropriée. À défaut, en cas d’oubli, le patient peut frôler un taux dangereux de glycémie, ce qui présente un risque pour la santé.

Quels sont les symptômes d’une glycémie élevée ?

En cas de glycémie élevée, les symptômes suivants sont perceptibles :

  • une extrême fatigue ;
  • une soif intense ;
  • une grande faim ;
  • une irritabilité grandissante ;
  • des étourdissements. 

La glycémie élevée liée à une pathologie comme le diabète peut perturber le transit du patient. Ce dernier peut avoir des urines abondantes.

Comment contrôler taux de sucre dans le sang : lecteur et bandelette de glycémie ?

La glycémie peut faire l’objet d’un autocontrôle, il s’agit de l’autosurveillance glycémique. La mesure peut également être faite par un laboratoire d’analyse médicale. La mesure de la glycémie, pour contrôler son taux de glucose dans le sang, se fait à jeun. Voici quelques méthodes pour surveiller sa glycémie :

  • le lecteur de glycémie permet de contrôler plusieurs fois par jour la glycémie en se piquant. Toutefois, il existe des lecteurs plus modernes sans piqûre ;
  • la bandelette de glycémie : ce test sanguin servant à mesurer la glycémie est appelé la glycémie capillaire. Après piqûre et dépôt d’une goutte de sang sur la bandelette, on utilise le lecteur de glycémie pour connaître le résultat ;
  • prise de sang : elle permet de déterminer le niveau de sucre dans le sang. Elle peut être réalisée après les résultats obtenus par des bandelettes de glycémie ; 
  • contrôle urinaire : il permet d’analyser la quantité de glucose.

Bon à savoir : le patient peut éviter de tomber dans un taux dangereux de glycémie grâce à une mesure régulière de glycémie. Cela permet aussi d’identifier l’état de prédiabète.

Comment traiter une glycémie basse ?

La prise en charge médicale de la glycémie basse se fait en suivant des traitements :

  • la situation personnelle du patient est prise en compte pour le traitement : âge, poids, antécédents, etc. En cas de glycémie basse, ou si le patient souffre d’hypoglycémie, le traitement consiste à se faire des injections d’insuline ;
  • certains médicaments comme du glucagon permettent au foie de libérer une quantité importante de glucose. 

À noter que les fumeurs et les personnes consommant de l’alcool doivent modérer leur prise de substance.

Comment traiter une glycémie élevée ?

Pour réguler la quantité de glucose dans le sang en cas de glycémie élevée, il faut :

  • avoir un mode de vie sain et équilibré : alimentation, sport… ;
  • prendre un traitement médicamenteux pour faire baisser le taux élevé de glycémie, comme la metformine ou encore les sulfamides et glinides en cas de diabète ;
  • s’hydrater suffisamment. 

En cas de glycémie élevée, votre médecin traitant pourra adapter les doses d’insuline que vous recevez.

Quelles sont les mesures de prévention contre une glycémie haute ?

Il est possible de contrôler le niveau de glycémie. Pour lutter contre une glycémie haute, le patient peut :

  • pratiquer une activité sportive pour faire baisser le taux de glycémie ;
  • éviter d’être en surpoids ;
  • soigner son alimentation : la régulation de la glycémie est possible en surveillant son alimentation. Il faut tenir compte de l’"indice glycémique" ou "index glycémique" des aliments, qui indique s’ils sont ou non susceptibles d’augmenter le taux de sucre dans le sang. Selon le tableau des index glycémiques, les aliments à IG bas ou faible sont la pomme, les lentilles ; les aliments à IG moyen sont la patate douce, le kiwi ; et les aliments à IG élevé sont les frites, le pain blanc. 

La glycémie a une incidence sur la santé selon qu’elle est normale, basse ou élevée. La meilleure prévention, c’est de bien surveiller son alimentation, et de pratiquer un sport régulier que vous aimez pour éviter la sédentarité.

 

Cet article médical a été relu et validé par un médecin spécialiste en endocrinologie au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les médecins diabétologues au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Vos questions fréquemment posées :

Quel taux de glycémie dangereux ?

Un taux de glycémie trop bas (hypoglycémie) c'est à dire qui est inférieur à 0,60g par litre à jeun peut être dangereux pour la santé; tout comme un taux de sucre trop élevé (hyperglycémie), c'est à dire supérieur à 1,10g par litre à jeun.

Comment faire pour faire baisser son taux de glycémie ?

Il existe plusieurs moyens de faire baisser son taux de glycémie, notamment en suivant un régime alimentaire sain et équilibré, en faisant de l'exercice, en diminuant le stress, en prenant certains médicaments, etc.

Quels sont les signes d'un début de diabète ?

Les signes d’un début de diabète sont souvent insidieux et peuvent passer inaperçus. Pourtant, certains symptômes doivent alerter et inciter à consulter un médecin. Parmi les principaux signes, on retrouve : la soif intense, la fatigue, la faim excessive, les infections à répétition, la cicatrisation lente des plaies, la vision floue et les envies fréquentes d’uriner.

Qu'est-ce que la glycémie à jeun ?

La glycémie à jeun est le taux de glucose dans le sang après une période de jeûne de 8 à 12 heures.

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

2 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

137

établissements