Acide urique

L’acide urique est un composé organique présent dans l’organisme. Il est produit à partir des purines, composés organiques présents dans les aliments et dans les cellules de l’organisme. L’acide urique est éliminé par les reins et excrété dans les urines. Un taux d'acide urique trop élevé doit être baissé via un traitement adapté, car il est souvent le signe de graves problèmes de santé.

Trouver un Laboratoire d’analyses médicales à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

Présent dans les urines qui permettent de l’éliminer, l’acide urique permet de détecter des problèmes rénaux, de goutte ou d’arthrite. Seule l’hyperuricémie (taux d’acide urique élevé) est cliniquement significative. Un acide urique bas n’indique que très rarement un problème médical, le plus souvent d’origine génétique.

Définition : qu’est-ce que l’acide urique ?

C’est en se dégradant dans l’organisme que les protéines des cellules mortes de l’organisme ou provenant de l’alimentation forment l’acide urique. Il se retrouve d’abord dans le sang avant d’être éliminé par les urines, grâce au travail des reins. Il s’agit donc d’un déchet du corps humain et on peut analyser soit l’acide urique sanguin, soit l’acide urique urinaire.

Acide urique

 

À quoi sert l’acide urique ?

Dans la mesure où il s’agit d’un déchet de l’organisme, qui a donc pour but de l’éliminer, l’acide urique n’a pas d’intérêt pour le fonctionnement du corps. En revanche, il est utile d’en mesurer la quantité afin de dépister diverses pathologies. L’acide urique tend par exemple à précipiter en cristaux, ce qui peut provoquer des crises de goutte, des inflammations des articulations ou encore une lithiase urinaire.

L’acide urique et l’alimentation

L’acide urique provient de deux sources majeures dans l’organisme : la dégradation des cellules mortes dans le corps et des protéines apportées par l’alimentation. Plus précisément, ce sont les purines qui se transforment en acide urique. Par conséquent, il est possible d’agir sur son taux d’acide urique par l’alimentation, en évitant les aliments riches en purines, notamment :

  • les asperges ;
  • les abats ;
  • les champignons ;
  • les moules ;
  • les harengs, les anchois et sardines ;
  • la viande rouge et le poulet.

Quoique d’un impact moins important, l’alcool joue également un rôle dans l’obtention d’un taux d’acide urique haut, en particulier la bière et les spiritueux. Au contraire, il est recommandé de privilégier :

  • les céréales ;
  • les féculents ;
  • les légumes (hors légumes à grandes feuilles). 

Les produits laitiers, notamment lait et fromage à pâte molle. 

Quel est le taux d’acide urique normal dans le sang ?

Lorsqu’elle est correctement régulée, l’uricémie est comprise entre :

  • 3,5 et 7,2 mg/dL chez un homme ;
  • 2,6 et 6 mg/dL chez une femme ;
  • 1,6 et 8 mg/dL chez un enfant. 

À noter également que le taux d’acide urique diminue chez la femme enceinte durant les 5 premiers mois de grossesse et que chez l’adulte de plus de 80 kg, le taux d’acide urique est directement corrélé au poids.

Pourquoi faire une analyse de l’acide urique ?

L’analyse de l’acide urique est principalement utilisée dans le dépistage de la goutte. C’est alors le liquide contenu dans les articulations qui est analysé : on y cherche des cristaux d’acide urique. Dans la mesure où l’acide urique est évacué par les reins, l’analyse de l’uricémie peut également mettre au jour un dysfonctionnement rénal. Acide urique et cancer peuvent également être liés ainsi que certaines hémopathies ou maladies congénitales comme la maladie rare de Lesch-Nyhan.

Comment se déroule un examen de l’acide urique ?

Deux solutions sont possibles pour connaître l’uricémie d’un patient :

  • analyse d’acide urique par prise de sang ;
  • analyse urinaire. 

Dans le premier cas, un échantillon sanguin est prélevé chez le patient et plusieurs caractéristiques sont analysées en laboratoire :

  • élimination de l’acide urique toutes les 24 h ;
  • fraction d’excrétion ;
  • clairance de l’acide urique. 

L’analyse de l’acide urique par prise de sang est cependant insuffisante, car toutes les personnes présentant un taux d’acide urique élevé ne souffrent pas de goutte. Il faut donc envisager le prélèvement du liquide synovial. L’analyse urinaire est privilégiée pour évaluer le risque de formation de calculs d’urate.

Comment interpréter les résultats ?

Que signifie un taux d’acide urique bas ?

Un taux d’acide urique bas, c’est-à-dire inférieur à la moyenne, n’est que rarement observé. Il peut traduire certaines anomalies des reins comme le syndrome de Fanconi ou un mauvais fonctionnement des enzymes, ou encore une insuffisance hépatique sévère ou une intoxication au plomb. Certains médicaments ont également une fonction hypo-uricémiante, comme l’allopurinol.

 

Que signifie un taux d’acide élevé ?

Un taux d’acide urique haut peut indiquer :

  • la goutte ;
  • une leucémie ;
  • une maladie rénale ;
  • un état de déshydratation ;
  • une acidocétose diabétique ;
  • certains cancers ;
  • un myélome multiple ;
  • des calculs ;
  • certains médicaments augmentent également l’uricémie, comme les furosémides, les indapamides ou les hydrochlorothiazides. 

Quel traitements pour influer sur le taux d’acide urique ?

Comment faire augmenter le taux d’acide urique ?

Pour faire grimper le taux d’acide urique, un traitement de la maladie à l’origine de la maladie sera nécessaire. Il est possible d’opter pour une alimentation riche en purines, mais le traitement est le plus important, le taux d’acide urique bas n’étant pas une maladie, mais un symptôme.

 

Comment faire baisser le taux d’acide urique ?

Pour faire revenir une uricémie élevée dans la normale et obtenir des résultats d’acide urique sanguin ou d’acide urique urinaire moyens, il existe plusieurs médicaments tels que :

  • les réducteurs de synthèse d’acides nucléiques (type allopurinol) ;
  • les inhibiteurs de réabsorption rénale de l’acide urique (type benzbromarone) ;
  • les traitements enzymatiques ;
  • les anti-inflammatoires (notamment en cas de goutte) ;
  • la prescription de ces médicaments est délicate et doit tenir minutieusement compte des risques d’allergie ou d’interaction avec d’autres médicaments ;
  • Il est également important de diminuer son acide urique par l’alimentation en réduisant l’alcool, les produits gras et les charcuteries. 



 

Cet article médical a été relu et validé par un  médecin spécialiste biologie médicale au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les biologistes médicales au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Vos questions fréquemment posées :

Quels sont les symptômes d'un excès d'acide urique ?

Un excès d'acide urique peut provoquer des symptômes tels que des douleurs articulaires, des crampes musculaires, des démangeaisons, des nausées ou des vomissements. Si vous présentez l'un de ces symptômes, consultez un médecin.

Est-il grave d'avoir trop d'acide urique ?

L'acide urique est un produit normal du métabolisme. Cependant, certaines personnes ont tendance à en produire trop, ce qui peut entraîner des problèmes de santé tels que des attaques de goutte, des calculs rénaux ou une insuffisance rénale.

 

Quels sont les aliments qui donnent de l'acide urique ?

Les aliments qui donnent de l’acide urique sont les aliments riches en purines, comme les produits gras ou les charcuteries.

Combien de temps dure une crise de goutte ?

Une crise de goutte peut durer quelques jours à plusieurs semaines. La goutte est une maladie chronique, ce qui signifie qu'elle peut revenir à plusieurs reprises au cours de la vie.

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

2 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

137

établissements